Samedi 5 décembre 2020
Édition Internationale
Édition Internationale

Émilie Aubry : « les Français ont une fascination pour les cartes »

Par Némo Empis | Publié le 05/11/2020 à 18:00 | Mis à jour le 05/11/2020 à 20:18
Photo : Crédits : Fabien Boukla
Émilie Aubry dessous des cartes

À la tête de l’émission « Le dessous des cartes » sur Arte depuis 2017, Émilie Aubry vient de présenter son 100ème numéro du programme. Dans cet entretien, elle revient sur sa reprise du magazine géopolitique, sur la capacité d’adaptation du format et sur ce qui fait sa force.

Vous avez repris l’émission en septembre 2017 après des années de présentation de Jean-Christophe Victor, la véritable figure de l’émission, qu’est-ce que vous avez ressenti après avoir repris le flambeau ?

C’était évidemment un défi très compliqué. Le décès de Jean-Christophe Victor a été un vrai traumatisme pour Arteparce que c’était l’un des visages emblématiques de la chaîne. L’émission « Le dessous des cartes » est intimement liée à sa personne. Arte m’a d’abord proposé de présenter le numéro hommage qui lui a été consacré juste après sa mort. Dans un second temps, la direction s’est demandée si l’émission pouvait lui survivre, la réponse était oui. Mais la chaîne a fait le choix de prendre quelqu’un qui n’était pas un clone de Jean-Christophe Victor : une femme, journaliste, certes habituée des sujets géopolitiques avec la présentation des magazines Global Mag et Thema, mais sans prétendre être spécialiste et universitaire.

Finalement je suis restée moi-même, fidèle à mon crédo de passeuse : donner à voir et à comprendre aux téléspectateurs. J’aime imager notre reprise de l’émission en disant que nous avons « rallumé la lumière ». Après une année et puisque tout se passait très bien, j’ai récupéré la rédaction en chef du magazine. Avec mon équipe, j’ai appliqué notre nouvelle ligne éditoriale : se mettre à la place des téléspectateurs et se poser les questions qu’eux-mêmes se posent sur le monde. Autre principe de base : il faut toujours partir de ce que le téléspectateur connaît d’un pays, d’une région du monde, d’un sujet géopolitique pour l’entraîner ensuite vers ce qu’il ne connaît pas. D’où le choix de toujours partir d’une photo mettant en scène un lieu, un personnage, un fait d’actualité emblématique d’un sujet pour capter l’attention. Nous avons ensuite accéléré le développement numérique de notre magazine.

La géopolitique est un domaine parfois très compliqué à assimiler. « Le dessous des cartes » permet au grand public de le faire, son succès vient-il de là ?

Au départ il y a l’intuition de Jean-Christophe Victor se disant qu’il était possible de proposer 12 minutes de cartes non animées à la télévision. Je pense ensuite que le succès vient principalement du fait que nous avons tous une fascination pour les cartes, presque métaphysique, dans le sens où les cartes nous rappellent que nous faisons partie d’un vaste ensemble qui nous dépasse. Par ailleurs, nous avons modernisé la mise en images de ces cartes, notamment avec Marie-Laure Lesage, La Brigade du Titre et Angèle Le Névé, directrice de production, arrivée en même temps que moi dans l’aventure : charte graphique, animation, recours aux photos satellites, à la 3D, c’est aussi cela qui fait aujourd’hui le nouveau succès du programme.

J’explique aussi cette réussite par le fait que nous prenons davantage conscience de nos interdépendances. C’est évidemment lié à la mondialisation, mais deux phénomènes ont accentué cela. D’abord la vague d’attentats terroristes des années 2015 : les gens ont compris que ce qui se passait dans le lointain territoire irako-syrien finissait par avoir des répercussions potentiellement en bas chez eux. Le second phénomène, c’est évidemment la pandémie de la Covid-19. Depuis maintenant plusieurs mois, nous regardons la situation à Wuhan, en Chine, pour essayer d’imaginer à quoi va ressembler notre vie quotidienne dans trois mois. Depuis des mois, Rome regarde Wuhan, Paris regarde Rome, Londres regarde Paris pour la mise en œuvre des politiques sanitaires.

« Le dessous des cartes »remplit modestement une mission de service public. Nous avons la volonté de faire comprendre ce vaste monde que nous ne pourrons pas tous découvrir par nous-même. Et parce que nous savons que donner à connaître le monde, c’est aussi contribuer à mieux se comprendre d’un continent, d’un pays, d’un peuple ou d’une culture à l’autre.

 

La Covid-19 est un virus totalement géopolitique

Vous avez réussi à vous adapter à la situation sanitaire, qu’est-ce que cette année si spéciale a changé concrètement pour « Le dessous des cartes » ?

Non seulement nous nous sommes adaptés au contexte du Coronavirus mais en plus de cela il nous a rendus créatifs. Comme tout le monde, nous avons été très contraints, notamment dans la réalisation des tournages. Lors du premier confinement, nous avons donc utilisé nos archives de cartes, ma fille et mon mari m’ont filmée à la maison, l’équipe m’a aidée à réaliser à distance des interviews par écrans interposés. L’objectif était de proposer de manière hebdomadaire, un échange avec l’un de nos correspondants à l’étranger qui nous racontait comment évoluait l’épidémie dans son pays, et analysait pour nous les conséquences géopolitiques de ce virus. Nous avons saisi le Coronavirus comme une occasion de découvrir chaque semaine un pays, sa géographie, ses modalités et son approche spécifiques de la pandémie. La Covid-19 est un virus totalement géopolitique : il nous oblige sans cesse à regarder au-delà de nos frontières !

Ce nouveau format numérique baptisé « Une leçon de Géopolitique » et mis en ligne chaque mercredi a vraiment bien marché, nous avons presque atteint les 300 000 abonnés sur notre chaîne Youtube.Désormais, ce rendez-vous 100% numérique est devenu complémentaire de nos émissions classiques diffusées sur l’antenne d’Arte le samedi soir à 19h30 qui, elles, nécessitent un travail au plus long cours avec nos journalistes, géographes, graphistes etc.

Vous faites régulièrement appel à des experts de la géopolitique dans « une leçon de géopolitique », quel poids ces experts apportent-ils au format numérique ?

Nous sommes heureux de donner enfin un visage à tous ces chercheurs, journalistes, spécialistes qui nous accompagnent au quotidien dans la fabrication de nos émissions. Avec eux nous apportons un autre regard sur l’actualité internationale de la semaine. Ils nous ancrent encore davantage dans le monde réel.

 

Nous avons encore plein d’envies et d’idées de développements !

Vous venez de fêter votre anniversaire avec la présentation de votre 100ème numéro, quels sont les projets d’avenir de l’émission et que peut-on lui souhaiter ?

La plus grande qualité de l’émission - et elle nous l’a récemment prouvé -, c’est sa capacité à s’adapter à l’air du temps. Elle a toujours réussi à profiter de l’engouement des générations pour la géopolitique et pour les cartes. « Le dessous des cartes »  a quand même pratiquement 25 ans ! Je ne peux que lui souhaiter de continuer d’évoluer : elle est passée d’un grand homme universitaire à une jeune femme journaliste, de cartes qui ne bougeaient pas à des cartes animées, de l’Atlas aux satellites, d’un rendez-vous antenne hebdomadaire à un format numérique… Nous avons encore plein d’envies et d’idées de développements. Nous aimerions nous glisser dans les coulisses de la diplomatie mondiale ou proposer régulièrement des cartes postales géopolitiques, des voyages-éclairs dans des endroits de la planète qui sont « des nœuds géostratégiques » souvent méconnus. Toujours dans le but de donner à voir et à comprendre, un monde inquiétant, et en même temps tellement stimulant !

Némo Empis

Némo Empis

Diplômé d'un master de journalisme, il a rejoint la rédaction parisienne de lepetitjournal.com. Némo est passé par Casablanca pour un stage de deux mois chez RadioMars.
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

KRISS sam 07/11/2020 - 22:35

Ah ben ouai très juste observation !! Les Français sont tellement fascinés par les cartes …..qu’il y en a 2.6 Millions de vitales plus que celles mises administrativement en circulation, idem les cartes de retraités centenaires par milliers à l'étranger, celles des RSA par millions, des CAF par wagons etc..etc... ! La France en faillite est un vrai tripot clandestin d'arrière cour médiatiquement enfumée car personne ne dit rien! Pas même de telles amazones de salons! Ouai, motus sur ce « dessous des cartes » géo-politicard bien cartésien en quelque sorte! Pourtant pour ces nouveaux médias à fortes doses paritaires , cela vaudrait le coup de laisser de coté l'international pour s'occuper de ce qui se passe chez nous......avant d'aller jubiler intello bobo gaucho ailleurs......à moins qu'ARTE ne soit qu'un artefact comme les autres médias! On en a donc un peu marre de vos mignonnettes photos endimanchées et beaux sermons de jeunes donzelles de Presse mains dans les poches cossues quand celles des autres se vident! Aveugle féminité privilégiée qui nous bassinent du même politicard menu à la carte intello qui nous est servi depuis des lustres et qui nous fait "dégueuler" devant les faits des réalités qui préoccupent le petit citoyen et .....la petite citoyenne ne déplaise. Les femmes.....ben ouai mesdames, analysez donc le réel " dessus des cartes" pour une fois, le vrai, le vécu, avant qu'il ne soit trop tard? Or vous avez changé quoi au juste dans le jeu macho habituel du poker menteur international ambiant sur le dos des autres dont les autres femmes aussi ...celles plus discrètes, celles qui elles, n'ont plus même le loisir des mains dans les poches d'un chouette falzar car elles n'ont plus même de quoi acheter un pantalon car vous participez dans vos bulles à les mettre économiquement à poils ? Metoo oh yes!.... you too !

Répondre

Société

Délit d’écocide : un défi international pour sauver la planète

Le « délit d’écocide », visant à sanctionner les atteintes graves à l’environnement et dérivé d’une proposition de la Convention citoyenne pour le climat, est une problématique internationale.

Gastronomie

Stockholm Appercu
PORTRAIT D'ENTREPRENEUR

Vincent et Jenny Caillard: Boulangerie-pâtisserie française à Göteborg

Cela fait maintenant plus d’un an que Maison Caillard a ouvert ses portes à Göteborg. Lepetitjournal.com/stockholm est allé à la rencontre de Vincent et Jenny Caillard.

Voyage

Zurich Appercu
Coronavirus

Les stations de ski restent ouvertes en Suisse

Le conseil fédéral a décidé vendredi de ne pas limiter le nombre de visiteurs sur les pistes de ski suisses à Noël. Ils imposent tout de même quelques restrictions.