Jeudi 19 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Moratoire sur Madrid Central: plus d'amendes mais davantage de NO2

Par Arthur Diaz | Publié le 19/06/2019 à 17:00 | Mis à jour le 19/06/2019 à 18:54
Photo : CC BY 4.0 Madridiario
madrid central

La nouvelle Mairie dirigée par le bloc de droite met en place ses premières mesures en annulant un des projets phares de l'équipe de Carmena.

 

Manuela Carmena avait mis en place le projet Madrid Central qui prévoyait une réduction de la circulation dans le centre-ville. Le nouveau Maire de droite, José Luis Martínez-Almeida, a longuement critiqué en campagne le projet. Entre reconversion ou annulation pure et simple de la mesure, la nouvelle équipe municipale va devoir décider quel est son positionnement concernant les problématiques de circulation et de pollution dans la capitale. 

En attendant, l’objectif est d’imposer un moratoire annulant les amendes prévues pour les véhicules non autorisés à circuler dans la zone, concrètement les plus polluants. Un moratoire qui devrait être effectif à partir du 1er juillet jusqu'au mois de septembre au moins, et qui revient à rouvrir la circulation à tous, sans risque de contravention. 

Pour justifier sa décision, la tête de la municipalité évoque l'inéfficacité du plan de Carmena pour lutter contre la pollution, mais aussi les plaintes des commerçants de cette zone, qui dénoncent depuis des mois la chute des ventes causées par le véto imposé aux voitures. 

En avril, selon l'association Ecologistas en acción, les taux de NO2 mesurés dans l'air dans le centre de Madrid étaient les plus bas depuis 10 ans.

Nous vous recommandons

arthur diaz

Arthur Diaz

Jeune journaliste partagé entre la France, le Canada et l’Espagne. Arthur est passionné par la politique. Motivé et polyvalent, il a déjà travaillé pour la télévision québécoise.
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Dublin Appercu

Apple met en cause le « bon sens » de l’UE devant la justice

Apple a dénoncé mardi devant la justice européenne la décision de Bruxelles lui demandant de rembourser à l’Irlande 13 milliards d’euros d’avantages fiscaux, estimant qu’elle défiait « la réalité et l

Sur le même sujet