Dimanche 26 mai 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

CONDUIRE EN ESPAGNE - Tous des chauffards ?

Par lepetitjournal.com Madrid | Publié le 03/03/2011 à 00:00 | Mis à jour le 14/11/2012 à 11:30

Voitures, taxis, bus, camions, deux-roues. En Espagne, les automobilistes ont l'accélérateur facile. Surtout en ville. Bien souvent, les piétons et les rares cyclistes évitent de justesse l'accident. Une série de mesures anti-chauffards vient d'être annoncée par le gouvernement Zapatero

(L'Espagne est le premier pays d'Europe en matière de piétons tués sur un passage protégé / Photo Lepetitjournal.com)


Un oubli de clignotant. Un feu rouge grillé alors qu'une poussette est déjà engagée sur le passage piéton, suivie de près par une vieille dame. D'après l'association automobile d'Espagne (Race), la Péninsule est le premier pays d'Europe en matière de piétons tués sur des passages protégés (158 morts l'an dernier). En 2010, 1.730 personnes ont perdu la vie sur les routes espagnoles. Principales causes selon la Sécurité routière espagnole : une vitesse excessive ou inadaptée, et le non-respect des distances de sécurité.
Une situation inacceptable pour le gouvernement Zapatero. Le 25 février dernier, le Conseil des Ministres a donné son feu vert à un vaste plan de sécurité routière, d'ores et déjà vivement contesté. Objectifs d'ici 2020 au plus tard : zéro enfant sans ceinture de sécurité, ainsi qu'une meilleure prévention auprès des jeunes permis, des deux-roues et des conducteurs de plus de 64 ans. Dans les prochains mois, 100 nouveaux radars seront également mis en service.

Vitesse et pollution dans le collimateur

Mais la vraie "nouveauté" se trouve dans la limitation des autoroutes et des voies rapides, réduite de 120 à 110km/h. "A cette vitesse, c'est quand même difficile de rester éveillé", lance le pilote de Formule 1 Fernando Alonso, très mécontent de cet abaissement. En ville, les rues à sens unique seront bientôt limitées à 30km/h, au lieu de 50. "A 70km/h, on ne survit pas, à 50 km/h, les chances sont de 50% et de 95% à 30km/h", assure  Pere Navarro, le directeur de la Direction générale de la circulation (DGT). Au-delà du volet sécuritaire, l'Etat espère bien réduire la consommation d'essence, crise arabe oblige, mais aussi agir contre la "boina".  A Barcelone, sept véhicules en circulation sur dix sont des diesels.

"Ils accélèrent, freinent et brutalisent leur boîte de vitesses"
Seulement, "ce n'est pas comme cela que l'on va réduire la pollution atmosphérique", estime Miguel Angel Blanquez Mayor, directeur de plusieurs auto-écoles à Madrid. "Le problème vient des camions et des cars de touristes qui consomment beaucoup. Il y a aussi une conduite peu souple et donc peu économique des Espagnols. Ils accélèrent, freinent et brutalisent leur boîte de vitesses".
Certes. Mais l'Espagne n'est pas plus mauvaise élève que ses voisins européens. Le pays reste en la matière dans la bonne moyenne du continent. En France, on se félicitait en début d'année des statistiques 2010 : 3.994 morts, un record. L'Allemagne (4.152 morts en 2010), ou la Pologne (4.273) caracolent loin en tête.

Mathilde BAZIN (www.lepetitjournal.com ? Espagne) 3 mars 2011


0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet