Journée d'élimination de la violence à l'égard des femmes: Mujeres Avenir mobilisée

Par lepetitjournal.com Madrid | Publié le 15/11/2021 à 10:00 | Mis à jour le 15/11/2021 à 17:04
mujeres avenir

Tous les 25 novembre novembre a lieu la Journée internationale de l'élimination de la violence à l'égard des femmes, et tous les ans Mujeres Avenir organise à cette occasion une conférence, qui inscrit (aussi) le combat de l'association dans cette lutte.

 

Ce sera encore le cas cette année, avec la conférence organisée jeudi 18 novembre à 19h30 au Club Financiero Genova (c/ del Marqués de la Ensenada, 14), sous le thème "Rendons visible l'inadmissible : les différentes formes de violences à l'égard des femmes".

La conférence comptera sur la présence de la ministre espagnole de la Justice, Pilar Llop, qui se chargera d'introduire avec Marie-Christine Lang, Consule générale de France à Madrid, les débats.

Elle réunira en outre autour de la table 3 ambassadrices et une sénatrice (des Français de l'étranger) : Wendy Ellen Drukier, Ambassadrice du Canada en Espagne, Ana Helena Chacón Echevarría, Ambassadrice du Costa Rica en Espagne, Louise Nznga Ramazani, Ambassadrice de la République Démocratique du Congo en Espagne, et Samantha Cazebonne, récemment élue sénatrice représentant les Français établis hors de France, ex-députée des Français de la 5e circonscription (Espagne, Portugal, Andorre et Monaco).

Tada Bastida, Coordinatrice au sein du ministère espagnol des Affaires étrangères, sur les sujets relatifs à la violence faite aux femmes à l'étranger, assurera le rôle de modératrice.

"La violence à l'égard des femmes continue à représenter un défi dans le monde entier", défendent les organisatrices de la manifestation. "Les séquelles sociales et économiques de la pandémie ont projeté les femmes et les jeunes filles dans une pauvreté disproportionnée, qui fait croître le risque qu'elles deviennent victimes de violence de genre". "Au cours de la conférence, nous rendrons visibles les aspects de la violence de genre qui restent dans l'ombre, tels que la violence contre les femmes indigènes, la violence contre les femmes handicapées ou l'usage du corps des femmes comme arme de guerre".


En raison du nombre de places limité, l'inscription préalable est obligatoire.  

Il sera par ailleurs possible de suivre la conférence par streaming, sur ce lien.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale