Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 0
  • 0

L'Espagne se classe 4ème dans l'indice mondial du travail à distance 2023

L'Espagne est l'un des meilleurs pays pour le télétravail et le seul du sud de l'Europe. C'est ce qui ressort de l'étude publiée par NordLayer, qui classe 108 pays en fonction de différents aspects liés au télétravail.

Un homme fait du teletravail au bord de la piscine en espagneUn homme fait du teletravail au bord de la piscine en espagne
Peggy marco pixabay
Écrit par Armelle Pape Van Dyck
Publié le 30 novembre 2023, mis à jour le 30 novembre 2023

Alors que le travail à distance gagne du terrain, l'Espagne apparaît comme un mélange unique de charme culturel et de préparation au numérique. Seul pays d'Europe du Sud à figurer dans le top 5, l'Espagne concilie en effet d'excellents environnements de travail à distance avec son climat accueillant et ensoleillé.

 

Le Danemark, les Pays-Bas et l'Allemagne arrivent en tête du classement, suivis de près par l'Espagne. L'étude met également en évidence l'Uruguay (43e) et le Chili (50e). Le Costa Rica est classé 54e, l'Argentine 55e et le Mexique 62e. La France arrive en 15e place. Selon NordLayer, l'indice est "un outil permettant aux professionnels du numérique d'évaluer et de comparer l'attractivité de 108 pays en tant que lieux de travail à distance". Pour déterminer où voyager et travailler, il utilise "des données compilées par des scientifiques qui s'appuient uniquement sur des enquêtes fiables et actualisées".

 

Pour arriver à ce classement, NordLayer a analysé plusieurs aspects liés au travail à distance: les conditions économiques et sociales, la structure numérique et physique, les niveaux de cybersécurité et la sécurité. En ce qui concerne le niveau de sécurité numérique, chaque pays a été analysé en fonction de la solidité de son infrastructure et de sa réponse aux menaces de la cybercriminalité. Pour ce qui est de l'attractivité socio-économique, le coût de la vie, l'accès aux soins de santé, la facilité de communication et les possibilités de loisirs de qualité ont été analysés. En ce qui concerne le confort physique et numérique, la vitesse de connexion à l'internet et l'accessibilité financière ont été évaluées. Enfin, la sécurité sociale a été évaluée en fonction de la sécurité générale contre la criminalité dans le pays, de l'équité et de l'accès aux droits de l'homme.

 

carte du 'global remote world index 2023'

 

L'Espagne se distingue dans des catégories clés, notamment la cybersécurité (11e), la sécurité économique (9e), l'infrastructure numérique et physique (13e) et la stabilité du pays (16e). Selon l'étude, la législation et l'infrastructure de cybersécurité sont particulièrement robustes, se classant respectivement aux 2e et 4e rangs. "Bien que la maîtrise de l'anglais en Espagne puisse encore être améliorée, ce pays est un excellent choix pour ceux qui recherchent un mélange équilibré de climat, de sécurité et de prix abordables" signale le rapport.

 

En matière de cybersécurité, l'Espagne excelle, notamment en ce qui concerne la législation sur la cybersécurité (2e), où le pays n'est devancé que par l'Allemagne. L'Espagne s'enorgueillit également d'une infrastructure de cybersécurité bien développée (4e), bien que sa capacité de réaction soit légèrement inférieure (11e). Cela pourrait s'expliquer par la concentration des talents en matière de cybersécurité dans les nombreuses entreprises numériques espagnoles, ce qui laisse le secteur public relativement dépourvu de personnel.

Comparaison avec les pays voisins

Par rapport aux pays voisins, l'Espagne dépasse la France (15e) et rivalise étroitement avec le Portugal (6e) dans l'indice GRWI global. Alors que la France n'atteint pas le classement de l'Espagne dans la majorité des catégories, le Portugal représente un défi de taille, dépassant l'Espagne en matière de sécurité économique (8e contre 9e) et de sécurité du pays (7e contre 16e).

 

L'Espagne et la France se classent étroitement aux 11e et 12e rangs dans le domaine de la cybersécurité, avec des différences marginales au niveau des critères. Le Portugal se classe quant à lui au 18e rang dans cette catégorie. Cependant, le Portugal devance les trois pays en termes de capacité de réponse (4e). En ce qui concerne la sécurité économique, l'Espagne cède légèrement le pas au Portugal, le principal facteur de différenciation étant la maîtrise de l'anglais, l'Espagne se classant 34e et le Portugal 10e. En ce qui concerne les infrastructures numériques et physiques, la France revient dans la course, se classant juste derrière l'Espagne (13e), à la 14e place. En ce qui concerne la sécurité, le Portugal surpasse l'Espagne (16e) et la France (38e), se classant à la 7e place.

 

En définitive, l'Espagne peut être un excellent choix pour le travail à distance, non seulement en raison de son climat, mais aussi parce qu'elle offre un bon équilibre dans de nombreux domaines importants pour une expérience de travail à distance satisfaisante. En termes de sécurité économique, elle se classe assez bien, étant relativement abordable par rapport à d'autres pays de premier plan et offrant un bon système de soins de santé. En outre, l'Espagne est très attrayante sur le plan touristique. "Son infrastructure numérique et physique est en bon état, même si la qualité de l'internet laisse légèrement à désirer. Enfin, il s'agit d'un État relativement libéral où l'on peut jouir des libertés individuelles et de la stabilité sociale. Si l'on tient compte de tous ces facteurs, l'Espagne est une excellente option pour s'installer et travailler !" conclut le rapport de NordLayer.

 

Indice Mondial du travail à distance 2023

Flash infos

    Pensez aussi à découvrir nos autres éditions

    © lepetitjournal.com 2024