Lundi 24 juin 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Alain Brouté: comédien, prof de FLE, universitaire, auteur… romancier

Par Mathilde Dumur | Publié le 26/03/2019 à 18:00 | Mis à jour le 26/03/2019 à 18:00
Photo : lepetitjournal.com
alain brouté

À la fois écrivain, professeur d’université et ancien comédien, Alain Brouté a publié son premier roman "Le Grand Fardeau" en ce début d’année. Une nouvelle aventure qui commence pour ce Français de Madrid.

 

Un parcours très vaste, centré autour du théâtre et de l’écriture. Alors qu’il se souvient d’avoir toujours écrit des poèmes, des nouvelles, Alain Brouté a publié son premier roman "Le Grand Fardeau", un roman sur la violence, une jeunesse désespérée en fuite.

"Je lisais beaucoup, et j’ai toujours aimé écrire". C’est ainsi que commence Alain Brouté, avant de se lancer dans le récit de son parcours. Un parcours chargé, avec des rebondissements, des voyages, et toujours l’amour de l’écriture et de la lecture. Originaire du Havre, ce Français obtient son Baccalauréat et entre en Sup de Co, et au même moment au conservatoire d’art dramatique. Après avoir obtenu son diplôme Sup de Co , il devient acteur professionnel. "À cette période j’étais donc acteur, mais j’étais aussi danseur, metteur en scène… J’ai même donné des cours de théâtre à d’autres jeunes à l’époque. J’aimais déjà beaucoup transmettre". En parallèle, Alain continue d’écrire des textes, tout en les gardant toujours pour lui, sauf un. Un recueil de poèmes qu’il a rédigé alors qu’il était à Madrid et qu’il va présenter au prix national du disque de poésie. Il remporte la première place du concours, est publié et même enregistré, en compagnie de Laurent Terzieff notamment. 

 

J’ai commencé à donner des cours de français, en cours particulier

Puis, en 1989, "je me rends compte que ma situation à Paris est une voie sans issue. J’ai travaillé dans différentes compagnies, pendant plusieurs années et à ce moment-là j’ai besoin de changement". C’est là qu’il rencontre une compagnie madrilène, avec laquelle il retourne dans la capitale espagnole, où il écrit un one-man show qu’il jouera l’année suivante à Paris. Après son spectacle, il est encore de retour à Madrid, mais cette fois dans l’optique de s’installer pour un bon moment. "J’ai commencé à donner des cours de français, en cours particulier pendant un an. Puis je suis arrivé à l’Institut français en 1991, en tant que professeur". Mais il avait plusieurs casquettes : "On a organisé des spectacles, dans les salles, c’était un succès". Il y reste jusqu’en 2001. A partir de 1997 néanmoins, Alain reprend ses études jusqu’à la rédaction d’une thèse doctorale sur l’étude de la théâtralité,   point de départ pour déboucher sur une méthodologie de l’interaction orale. Il reçoit les plus hautes qualifications du jury. Au début des années 2000, on lui propose d’organiser des formations théâtrales pour les professeurs. "On travaillait surtout les interactions orales en fait. En tout, j’ai organisé plus d’une centaine de formations, dans toute l’Espagne  et dans d'autres pays d'Europe. C’était un plaisir et les professeurs appréciaient aussi". Puis il commence à publier des livres de méthodologies sur la langue française pour les étrangers, des manuels de FLE. Il en a même écrit un pour enfants.

 

Le point de départ, c’est le désespoir de la jeunesse, dans un monde empli de violence

Il y a quatre ans Alain commence la rédaction de son roman. Son tout premier, une réelle aventure. "Je l’ai écrit, je me suis isolé pour le rédiger, et une fois terminé j’ai voulu le publier mais la maison d’édition voulait qu’il soit traduit en espagnol. Je tenais à ce qu’il reste en français alors j’ai refusé. Puis j’ai commencé à écrire un deuxième roman. Et au fil de l’écriture je me suis rendu compte qu’en fait, j’écrivais la suite de ma première histoire". Il envoie sa nouvelle version, les deux parties donc, à 150 maisons d’édition. C’est finalement La P’tite Hélène Éditions qui publiera ce tout premier roman. "Ça m’aura pris trois ans et demi à rédiger, et maintenant le livre est là". Ce livre qui raconte les destins croisés de plusieurs personnages, presque tous âgés entre 25 et 35 ans. "Le point de départ, c’est vraiment le désespoir de la jeunesse, dans un monde empli de violence. L’histoire tourne autour d’une valise, qui va chambouler la vie de tous ceux qu’elle rencontrera". Dans le futur, le Français a déjà de nouveaux projets lancés. Un deuxième roman est en cours d’écriture, tandis qu'il continue de donner des cours à l’université Autonome de Madrid . Cette année, il a même participé aux Trophées des Français d'Europe, organisés par lepetitjournal.com : il était finaliste dans la catégorie éducation. 


     

"Le grand fardeau"


Fuyant le harcèlement d’une femme qu’il n’aime plus alors qu’il s’apprête à retrouver à Vienne une conquête féminine de l’été dernier, un jeune chercheur français accepte la valise que lui tend un vieillard au bord de la mort.
Touché par la violence du regard de l’homme, il accepte le fardeau et la mission consistant à remettre cette valise à une femme. En ouvrant le fardeau, il découvre non seulement le nom et l’adresse de la destinataire, mais de même le contenu d’une fortune considérable qui va transformer son voyage, sa vie et celle de nombreuses personnes qu’il croisera lors d’une étape en Alsace.
Une fois remise enfin à la destinataire supposée vivant à Paris, la valise n’en continuera pas moins de provoquer des remous sans fin parmi les nombreux personnages de l’histoire jusqu’à ce que son rôle de révélateur des consciences et de la cruauté du monde apparaisse au grand jour, révélation favorisée par l’action conjuguée d’un couple de personnages surprenants et attachants, une jeune femme détective inexpérimentée et sans crainte et un flic sur le retour plein d’amertume et d’amour malgré tout.


https://www.laptiteheleneeditions.com/boutique/le-grand-fardeau.html

mathilde dumur

Mathilde Dumur

Mathilde Dumur est une étudiante en 2e année de journalisme. Grande passionnée de voyages et notamment intéressée par la culture et l'histoire.
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet