Réputation internationale : cette année l’Espagne baisse et la France monte

Par Armelle Pape Van Dyck | Publié le 07/10/2021 à 18:00 | Mis à jour le 11/10/2021 à 09:33
Photo : Jan Kopřiva
réputation internationale france espagne

C’est ce qui ressort de la dernière étude du think tank Real Instituto Elcano. Cette année, la France gagne encore deux places, alors que l’Espagne en perd une. Il est intéressant de constater que l’Amérique Latine a une meilleure image de la France que de l’Espagne.

 

Les entreprises sont parfaitement conscientes de l’importance d’avoir une bonne réputation internationale et dépensent des fortunes pour en prendre soin. Or, le prestige d’un pays est un élément tout aussi important. Lorsqu’une personne décide d’un endroit pour vivre, travailler, ou encore passer ses vacances, elle s’appuiera -consciemment ou inconsciemment- sur les images que reflète le pays. Il est clair qu’une bonne réputation signifie plus de tourisme, d’exportations, d’investissements ou de gens qui décident de s’y installer.

Le thinktank Real Instituto Elcano a réalisé, en collaboration avec l’américain Rep Track Company, une enquête ‘Country RepTrack’ qui analyse chaque année depuis 2009 le prestige international des pays qui composent les 55 premières économies mondiales.

24 pays interrogés

À cette occasion, et pour l’étude intitulée « la réputation de l’Espagne dans le monde », le travail de terrain a été effectué entre janvier et mars de cette année, c'est-à-dire dans une période encore fortement touchée par la pandémie de Covid. L'échantillon interrogé sur l'Espagne comprenait 24 pays: tous les anciens pays du G8 (Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie, Russie, États-Unis, Canada et Japon), les plus grands d'Amérique latine (Argentine, Brésil, Chili, Colombie, Mexique et Pérou), le Portugal, les Pays-Bas, la Belgique, le Maroc, la Chine, l'Australie, l'Inde, la Corée du Sud et l'Espagne elle-même. Une vingtaine de thèmes ont été évoqués, qui ont à voir avec la qualité de vie, le niveau de développement et la qualité des institutions du pays.

Baisse généralisée de prestige

La crise et l'incertitude générées par la pandémie -non seulement sur le plan sanitaire, mais aussi social et économique- ont des répercussions sur la réputation des pays en général. Real Instituto Elcano constate une baisse du prestige de la plupart des pays, y compris dans l'évaluation que les citoyens font du leur.

Après la chute subie au cours de la période comprise entre 2011 et 2013, l'Espagne reste dans le groupe de tête du prestige mesuré dans les pays du G-8. Classée 13ème en 2020, elle perd une place mais est toujours classée au-dessus de l'Italie (15ème), le Portugal (16ème), l'Allemagne (17ème), la France (qui passe de la 20ème à la 18ème place) et le Royaume-Uni (19ème). 

En tête du classement figurent, dans cet ordre, le Canada, l'Australie, la Norvège, la Suisse, la Suède, la Nouvelle-Zélande, le Danemark et la Finlande, des pays qui, selon l’étude Country RepTrack, partagent plusieurs caractéristiques : ce sont des économies riches, des démocraties consolidées et des acteurs pacifiques sur la scène internationale. 

États-Unis, Russie et Chine mal vus

Lorsqu'il s'agit d'analyser la réputation des principales puissances économiques mondiales, on constate une évolution disparate par rapport à 2020: Ainsi, les États-Unis occupent un rang assez bas dans la réputation mondiale mesurée par le G8 (35ème), bien que nettement supérieur à celui de la Chine (51ème) ou de la Russie (52ème). En termes d'évolution, un seul des 55 pays a connu une hausse de plus de 10%: l'Irak (+13%). De leur côté, l’Allemagne, la Chine et la France ont obtenu une très légère amélioration, inférieure à 2%.

Note d’espoir pour le tourisme en Espagne

Il est particulièrement important, pour mieux prévoir le comportement futur, de noter la forte reprise de l'attractivité touristique de l'Espagne, qui a fait passer le pays à la 9ème place du classement, bien au-dessus de sa position en 2020 (14ème place).

D’ailleurs, l'Espagne atteint des niveaux de prestige très élevés dans les 5 attributs qui ont le plus d'influence sur la décision de voyager dans un pays: amabilité et convivialité, environnement naturel, loisirs, style de vie et sécurité. L'Espagne se classe ainsi au 6ème rang des 55 pays évalués en termes de convivialité et d'amabilité de ses habitants (la France n’arrive qu’en 31ème position), et occupe également la 6ème place pour les loisirs et divertissements. En ce qui concerne le "style de vie", elle est 10ème, 13ème pour son environnement naturel et 16ème pour sa sécurité.

Rappelons qu’avant la pandémie, l'Espagne était le deuxième pays au monde en nombre de touristes, seulement en dessous de la France, avec presque 84 millions. Et l’écart se resserrait de plus en plus entre les deux pays. En effet, en seulement 10 ans l’Espagne avait enregistré 30 millions de visiteurs étrangers en plus.

La France, mieux vue que l’Espagne en Amérique Latine

Dans le classement du prestige du point de vue de l'Amérique latine (Argentine, Brésil, Chili, Colombie, Mexique et Pérou), l'Espagne ne se classe qu’au huitième rang des 18 pays évalués, juste au-dessus des États-Unis (neuvième). Le Canada reste en tête, bien qu'il affiche également une baisse de sa réputation (76,8 points), suivi par la France (73,9), l'Allemagne (73,0) et l'Italie (72,5).

En outre, l'analyse de la réputation de l'Espagne dans chacun des six pays étudiés montre la différence significative entre le classement du pays qui estime le plus l’Espagne (l'Argentine, avec 77,1 points) et celui qui a la pire image (le Pérou, 58 points), soit une différence de près de 20 points. Il est intéressant de constater que le pays le moins apprécié en Amérique Latine est la Chine. 

 

 

refaire vie espagneIls ont refait leur vie en Espagne et partagent leur expérience
 

Le bilan est clairement positif. Pour l’immense majorité des Français qui sont partis vivre en Espagne, la réalité dépasse même leurs attentes et de nombreux clichés tombent. Qualité et coût de la vie, climat, convivialité, sécurité, moins de stress sont les aspects les plus cités. Bien sûr, tout n’est pas rose, mais surmontable si l’on sait s'adapter et accepter les différences.

 

La France note mieux l’Espagne

Une année de plus, la France est le pays du G8 qui note le plus généreusement l’Espagne. Plus globalement, la Pologne est le pays qui évalue le mieux l'Espagne, avec une note de 81 points, suivie de l'Australie, de la France, de la Russie et de l'Argentine, qui ont toutes une note supérieure à 77 points.

À l'opposé, l’enquête de Real Elcano indique que ceux qui donnent les notes les plus basses à l'Espagne sont deux pays lointains, la Corée du Sud et la Chine, ainsi que deux autres avec lesquels la principale relation est migratoire, le Pérou et le Maroc. 

Mauvaise estime de soi des Espagnols 

Et quelle image ont les Espagnols d’eux-mêmes ? Entre 2009 -date de la première étude Country RepTrack- et 2014, les Espagnols se sont montrés très critiques envers eux-mêmes, avec des notes qui frôlaient à peine la moyenne. À partir de 2015, coïncidant avec l'amélioration des indicateurs macroéconomiques, la perception espagnole a entamé une reprise qui s’est arrêtée net cette année. L'Espagne est d’ailleurs le pays européen de l'échantillon qui a la plus mauvaise estime de soi.

Fierté du pays et mauvaise réputation

Par ailleurs, il est curieux de constater la différence entre la grande fierté de certains pays et leur réputation internationale. Ainsi, la Russie arrive en 6ème position, alors qu’elle est pratiquement la dernière (52ème sur 55) pour le prestige international. Il en est de même pour la Turquie, (nº2 en estime alors qu’elle est 43ème) ou encore les États-Unis, classés 35ème, mais nº 8 en réputation interne. La haute estime de soi ne rime donc pas toujours avec la bonne réputation internationale.

Armelle pvd

Armelle Pape Van Dyck

Après 15 ans à la direction de la communication de la 1ère banque espagnole, elle a décidé de concilier vie pro & perso, comme journaliste freelance en français ou espagnol. Elle est vice-présidente de l’Association des Correspondants de Presse Étrangère.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale