Mardi 25 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

"Portavozas" : quand la porte parole (se) mord la langue

Par Camille Guil | Publié le 12/02/2018 à 18:46 | Mis à jour le 13/02/2018 à 11:22
Photo : Vidéo d'archive Youtube
irene montero

Portavoces ou portavozas ? C’est le débat linguistique de la semaine en Espagne. A l’origine, la porte-parole du groupe Unidos Podemos qui a féminisé le terme "porte-parole" au cours d’un discours devant le Congrès des députés. Retour sur les faits et les réactions.

 

Mardi dernier, lors d’un discours au Congrès, Irene Montero, la porte-parole du groupe de Gauche Unidos Podemos a utilisé lors d'un discours le terme "portavoza", un néologisme visant à féminiser le nom commun "portavoz" -porte-parole en espagnol. Petit problème, le mot n'est pas masculin, il est neutre, comme l'a d'ailleurs confirmé l'Académie espagnole, la RAE (Real academia española) dans un tweet. Quelques jours plus tard, d’un changement de terminaison, c’est devenu une véritable polémique, provoquant des réactions de tous bords. 

 

portavOZAS RAE
Tweet de la RAE

 

Il suffit de consulter la Une de vendredi du quotidien conservateur ABC pour s'en convaincre : une bonne partie de la société espagnole a grincé des dents face à l'invention de madame Montero. "Dire 'portavozas' ne nous donne pas plus d'égalité, ni de liberté", "Appuyer le féminisme avec des initiatives grotesques ne nous aide pas", "Cette dame devrait retourner au Primaire pour apprendre à parler et écrire correctement", y déclarent notamment les femmes de lettre Julia Navarro, Carmen Posadas ou Milagros Del Corral, illustrant assez bien les postures critiques qu'a pu générer dans la société espagnole le mot de la porte-parole de Podemos. 

 

Cette dame devrait retourner au Primaire pour apprendre à parler et écrire correctement

 

Face à la polémique, Irene Montero, qui est donc elle-même porte-parole du groupe Unidos Podemos au Congrès des députés, s’est défendue jeudi en revendiquant l’utilisation de ce terme comme un moyen de "donner plus de visibilité aux femmes dans leur lutte pour l’égalité des droits avec les hommes". En pleine effervescence féministe avec le mouvement "Metoo" et l’affaire Weinstein, le débat a rapidement pris de l’ampleur la semaine dernière, surtout dans un pays ou la loi sur l’égalité hommes femmes dans le monde du travail de 2007 n’est pas respectée et où la crise a creusé encore plus les écarts en la matière. Les réactions ont donc été nombreuses, que ce soit en faveur ou contre la féminisation du mot.

 

portavozas abc
Couverture du quotidien ABC

Mais pourquoi un tel engouement ? On se rappelle de la polémique du langage inclusif en France qui avait fait tant parler. C’est plus ou moins la même chose, même si la féminisation de termes n’est pas une nouveauté dans la langue espagnole. Durant les dernières décennies, de nombreux mots se sont féminisés, comme "ministra", "arquitecta" ou encore "medica". 

De fait, au-delà de la question grammaticale, c'est bien le débat sur l'égalité entre hommes et femmes (et les moyens pour y parvenir) qui a été ravivé. On peut dire qu'en la matière la porte-parole a plutôt réussi un joli coup. Irene Montero a ainsi reçu le soutien de la Secrétaire générale adjointe du PSOE, Adriana Lastra : "Moi j'appelle 'portavoza' ma porte-parole [Margarita Robles]" a-t-elle déclaré. 

 

Nous disons que nous sommes ici dans ce pays, nous sommes des médecins, des infirmières, des ingénieures, des politiciennes, nous sommes beaucoup de choses et nous contribuons à construire ce pays

 

Les porte-paroles ont du prendre un malin plaisir à s'exprimer sur la question. Comme la porte-parole du PSOE à Madrid, Purificacion Causapié, qui dimanche lors d’un discours en hommage à Clara Campoamor, féministe espagnole connue pour sa lutte en faveur du droit des femmes, en a profité pour clarifier certains points : "Lorsque les gens disent 'portavozas' ou 'jovenas', ils veulent exprimer le fait que les femmes sont présentes dans la reconstruction du pays et qu’elles subissent en retour discrimination et harcèlement sexuel, […] Nous disons que nous sommes ici dans ce pays, nous sommes des médecins, des infirmières, des ingénieures, des politiciennes, nous sommes beaucoup de choses et nous contribuons à construire ce pays". Ou encore Angel Gabilondo, porte-parole du PSOE à l’assemblée de Madrid, qui a pour sa part nuancé en se disant favorable à l'évolution de l’usage de la langue, tout en estimant que cela doit être fait en accord avec la grammaire. 

Le dernier mot à Mercedes Bengoechea, sociolinguiste et professeur de Philologie à l’université d'Alcala, qui estime que "si nous voulons l’inclusion absolue, nous devons nous attaquer au langage, […] le problème est que le genre masculin représente toute l’humanité entière (…) Tout cela n’est pas venu de nulle part". 

3 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

riquita lun 19/02/2018 - 11:12

La langue espagnole castillane est très riche, belle, subtile. Ne la détériorez surtout pas . Elle est beaucoup plus belle que" la globlangue" anglaise. Elle est mieux défendue que la langue française, L'unité d'un pays doit se faire autour de sa langue principale.

Répondre
Commentaire avatar

Franco-Espagnole mer 14/02/2018 - 14:22

Effectivement, le terme "voz" est déjà en lui-même féminin et montre bien que les genres grammaticaux en espagnol ne se réduisent pas à la terminaison "a" ou "o" (d'ailleurs, le "o" est aussi la marque du neutre comme dans "ello" ou "esto"). Il y donc non seulement méconnaissance grammaticale, mais confusion entre genre et sexe et, également, ignorance ou mauvaise foi au sujet du travail lexicographique qui préside à l'élaboration des dictionnaires, travail qui n'est pas prescriptif mais descriptif. Si la cinquième acception de "fácil" dans le dictionnaire de la RAE (autre sujet de discorde) dérange, il suffit de rajouter qu'il s'agit d'un péjoratif. Donc, plus de visibilité et de considération pour les femmes à travers la langue ou plutôt premier pas vers la création d'une novlangue?... J'espère ne pas connaître le jour où les sciences humaines, tout comme la littérature ou les arts, se (re)mettront au service de l'idéologie en place.

Répondre
Commentaire avatar

Pas mar 13/02/2018 - 19:01

Ridicule !!! Désormais on doit dire en espagnol : la voza ??? Une telle inculture concernant la langue ! Parce que le "a" n'est pas nécessairement la marque grammaticale du féminin ! Doit-on l'appeler désormais Mme Montera ?

Répondre
Sur le même sujet