Jeudi 3 décembre 2020

Port du masque obligatoire ou pas en Espagne ?

Par Armelle Pape Van Dyck | Publié le 13/07/2020 à 12:33 | Mis à jour le 13/07/2020 à 12:38
Photo : Kobby Mendez
port masque espagne

Outre les nombreux foyers qui se multiplient sur le territoire espagnol, il règne une sensation de chaos quant au port obligatoire ou non du masque. Alors que le gouvernement avait étendu son utilisation après l’état d’alarme, chaque Communauté autonome agit comme elle l’entend.

 

Selon le décret de la "nouvelle normalité" publié au Bulletin Officiel de l’État (BOE) le 21 juin, l'utilisation obligatoire des masques a été maintenue à la fin de l’état d’alarme, et ce, jusqu’à nouvel ordre. Comme le stipulait le BOE, "Le non-respect de cet article sera sanctionné par des amendes pouvant aller jusqu'à 100 euros et ce sont les communautés autonomes et les autorités locales auxquelles correspondront les fonctions de surveillance, d'inspection et de contrôle". 

Concrètement, dans la "nouvelle normalité", les personnes âgées de six ans et plus sont obligées de porter un masque dans les transports publics - avions, bateaux, bus, trains et métros - et dans les transports privés, si plusieurs personnes voyagent dans le véhicule et ne vivent pas ensemble. De même, dans les espaces fermés à usage public, dans la rue et à l'extérieur, mais seulement si une distance interpersonnelle d'un mètre et demi ne peut être maintenue. Enfin, quelques exceptions sont prévues pour les personnes qui souffrent d'un handicap ou d'une maladie respiratoire, ainsi que lors d’activités incompatibles avec l'utilisation de masques, comme le sport ou la consommation d'aliments.

 

Manque de civisme et responsabilité


Jusqu’ici, tout est clair, ou presque. Dans la rue ou les parcs, par exemple, s’il n’y avait personne aux alentours, ou à une distance de plus de 1,5 mètre, il était théoriquement possible d’enlever le masque, et de ne le remettre que lorsque l’on allait croiser quelqu’un. Mais c’était sans compter avec les personnes sans scrupules qui ont profité de ces exceptions ou du manque de clarté sur l'utilisation du masque pour ne directement pas en porter. Ou de n’en mettre qu’en présence de policiers.

A ce sujet, la récente étude de séroprévalence du ministère de la Santé et de l'Institut de santé Carlos III révèle que le civisme n’est pas seulement question d’âge ou d’éducation mais aussi et surtout de géographie. Les résultats sont pour le moins significatifs. 

 

Grandes différences géographiques


On découvre ainsi qu’en queue de peloton se trouve le Pays Basque, où clairement une grande partie de la population a décidé que cette mesure préventive ne la concernait pas… (23,5% en moyenne ne porte pas de masque et ce pourcentage monte même à Guipuzcoa, avec 55,5% de la population, où rappelons-le, l’un des foyers a été récemment détecté…). A Majorque, ils sont 22,4 % et à Lugo, où il y a aussi un important foyer, 18,9 % ne se protègent pas.

En revanche, les habitants les plus responsables se trouvent à Cáceres et Jaén, où 96,2% suivent les mesures imposées par le gouvernement. Viennent ensuite Cadix (95,5%), Madrid (95,3%), Albacete (95,1%) et Barcelone (95,1%).

Il y a cependant quelques notes positives. Ainsi, les données montrent comment l'adoption du masque s'est répandue pendant cette période. Alors que début mai, 20% de la population ne portait jamais de masque, à la fin du même mois, cette proportion avait sensiblement diminué pour atteindre 11%. Au cours du mois de juin, elle n’était plus que de 7%, en moyenne.

Depuis la fin de l'état d'alerte, les gouvernements autonomes sont redevenus compétents en la matière et, avec la multiplication des cas de coronavirus ces derniers jours, certains ont préféré réviser ces règles pour les renforcer. 

 

Masque obligatoire même avec distance sociale suffisante


C’est ainsi que le port du masque est devenu obligatoire, indépendamment du fait que la fameuse distance de sécurité de 1,5 mètre soit maintenue, dans déjà 8 communautés autonomes : la Catalogne, l’Andalousie, l’Aragon, les Baléares,  Estrémadure, La Rioja, la Navarre et les Asturies, tandis que  Cantabrie, Madrid et Murcie envisagent de l’adopter.

Mais chaque communauté autonome met en place ses propres règles pour renforcer la loi. Ainsi, par exemple, en Estrémadure il est obligatoire de continuer de porter le masque en terrasse et de ne l’enlever que pour manger ou boire. Les amendes peuvent atteindre 3.000 euros. Face à cette situation, le ministère de la Santé et les communautés autonomes travaillent actuellement à l'unification des critères concernant l'utilisation des masques, ce qui serait plus simple pour la population, afin d’éviter les mauvaises surprises en se rendant dans une autre région.
 

Nous vous recommandons

Armelle pvd

Armelle Pape Van Dyck

Après 15 ans à la direction de la communication de la 1ère banque espagnole, elle a décidé de concilier vie pro & perso, comme journaliste freelance en français ou espagnol. Elle est vice-présidente de l’Association des Correspondants de Presse Étrangère.
5 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

joanès mar 14/07/2020 - 17:56

Je reviens d'un voyage au PaysBasque en France et me rends compte que presque personne ne porte le masque dans la rue.Par contre à SanSebastian et à Madrid la mesure semble mieux appliquée.

Répondre
Commentaire avatar

olissou mar 14/07/2020 - 14:59

Article agréable à lire, bien synthétique. Dommage que le résumé en en-tête soit un peu trompeur. Comme beaucoup d'expatriés, je suis abasourdi de la très faible utilisation du masque lors que je me déplace en France, du moins en Occitanie. Au contraire, le taux d'acceptation du port du masque en Espagne, mesure très contraignante par ailleurs, dans un délai aussi court, me semble remarquable.

Répondre
Commentaire avatar

jaspat3 lun 13/07/2020 - 21:38

L'article donne une impression de chaos en Espagne. Ils ont 2 morts par jour et nous une vingtaine. https://ig.ft.com/coronavirus-chart/?areas=usa&areas=gbr&areas=esp&areas=fra&areasRegional=usny&areasRegional=usca&areasRegional=usfl&areasRegional=ustx&cumulative=0&logScale=1&perMillion=0&values=deaths

Répondre
Commentaire avatar

jaspat3 lun 13/07/2020 - 21:36

C'est la pagaille pour les masques en Espagne! Mais il faut chercher l'évolution du nombre de morts pour s'apercevoir qu'ils font beaucoup mieux que nous avec moins de 2 morts par jour et un nombre de malades comparable.

Répondre
Commentaire avatar

Avo 7 mer 15/07/2020 - 12:38

Il y a aussi tous les crétins qui se croient très intelligents et pensent tromper leur monde en promenant leur verre en carton pour pouvoir justifier qu'ils sont en train de boire. J'en ai même vu qui parlaient littéralement à leur téléphone à défaut d'un autre interlocuteur. Et ne parlons pas des exhibitionnistes du nez , pour une fois les femmes sont sur le même plan que les hommes ... Il ne serait pas étonnant que les chiffres repartent à la hausse avec tous ces fins stratèges....

Répondre

Vivre à Madrid

Coaching : pourquoi me fixer des objectifs en 2021 ?

Cette année 2020 a sans doute remis en cause pas mal d’habitudes et de décisions... Pas certain que cette année on refasse la même chose que tous les ans pour se souhaiter « une bonne année 2021 ».

Expat Mag

Lima Appercu
THÉÂTRE

Gilbert Rouvière, un metteur en scène français pour « Avant/Après »

L’œuvre de l’Allemand Schimmelpfennig est la première pièce de théâtre montée au Pérou depuis le début de la pandémie. Une production de l’ENSAD présentée gratuitement en ligne du 3 au 20 décembre.

Sur le même sujet