Comment vous faire rembourser les PCR effectués en France ?

Par Armelle Pape Van Dyck | Publié le 10/01/2022 à 15:47 | Mis à jour le 10/01/2022 à 16:56
Photo : CC BY-NC-SA 2.0 Comunidad de Madrid https://www.flickr.com/photos/comunidaddemadrid/50251466761/in/photostream/
un opérateur réalise un test pcr à Madrid

Gardez bien vos factures si vous avez finalement dû payer un PCR dans une pharmacie ou laboratoire en France. C’est un fait que les pharmaciens sont rarement au courant que les expatriés français, comme ceux qui résident en France, n’ont pas à débourser un centime pour ce test, avec leur passe sanitaire. Quant aux expatriés non vaccinés, un décret du 2 décembre 2021 leur offre cette possibilité sous certaines conditions.

 

Par conséquent, après avoir payé les 44 euros minimum pour un test PCR en France (plus abordable qu’en Espagne soit dit en passant, le moins cher étant toujours Democratest, 60 euros), il vous faudra scanner la facture et procéder comme il suit :

- Les affiliés à la Caisse des Français de l'Étranger doivent envoyer leur facture à la CFE qui se chargera du remboursement, selon les mêmes modalités que l'Assurance Maladie.

- Si vous êtes inscrit à une caisse d'assurance maladie (CPAM), vous devrez d’abord déposer une demande de prestations auprès de l'Assurance Maladie. Ensuite, vous pourrez envoyer la facture pour être remboursé. 

- Enfin, si vous êtes affilié au régime de la securité sociale espagnole, dans le cadre de la convention internationale de sécurité sociale, vous pourrez déposer la demande de remboursement sur cette plateforme sécurisée et joindre ensuite les documents suivants scannés: la facture du PCR ; pièce d'identité ; relevé bancaire (RIB ou mieux, IBAN); la carte européenne d'assurance maladie (CEAM); un document qui prouve votre droit au remboursement (par exemple, le calendrier complet des vaccinations ou une prescription médicale).

Armelle pvd

Armelle Pape Van Dyck

Après 15 ans à la direction de la communication de la 1ère banque espagnole, elle a décidé de concilier vie pro & perso, comme journaliste freelance en français ou espagnol. Elle est vice-présidente de l’Association des Correspondants de Presse Étrangère.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale