FORO MUJERES - Regards croisés : "la femme dans l’Armée"

Par lepetitjournal.com Madrid | Publié le 31/01/2013 à 00:00 | Mis à jour le 31/01/2013 à 02:44

La semaine dernière, le Forum Femmes, de l'Association d'Amitié franco-espagnole Diálogo, a organisé au Club Financiero Genova une rencontre sur le thème de "la femme dans l'Armée", avec le concours de Mme María Luisa de Contes, Directrice du Forum, et des intervenantes Mmes Patricia Adam, Présidente de la Commission de la défense nationale et des forces armées de France, et Irene Domínguez Alcahud, Sous-secrétaire à la défense et Présidente de l'Observatoire militaire pour l'égalité entre les femmes et les hommes, du gouvernement espagnol.


(Photos Diálogo)
À l'heure actuelle, la femme est intégrée à part entière dans les armées française et espagnole. Il s'agit en fait des deux pays européens où le plus grand nombre de femmes ont rejoint l'armée. Avec 15%, la France affiche le taux de femmes le plus élevé d'Europe, chiffre qui s'est maintenu plus ou moins stable ces dernières années, a déclaré Mme Adam au cours de son exposé. De son côté, Irene Domínguez-Alcahud a souligné que le pourcentage de femmes dans les armées en Espagne était de 12,3%, l'un des plus forts d'Europe. Ces chiffres contrastent considérablement avec d'autres pays, l'Italie par exemple, où la représentation féminine atteint à peine 3%.
Patricia Adam a également mis l'accent sur l'évolution frappante de la mentalité vis-à-vis de la femme dans le milieu militaire. Alors que traditionnellement elle se limitait à être épouse de militaire, voire prostituée, elle est aujourd'hui considérée comme militaire de plein droit, après bien des réticences, convenons-en. Le processus d'intégration de la femme a débuté en France en 1972 avec la consécration du principe d'Egalité dans les Statuts. "Certes, on n'en voit pas encore occuper les plus hauts postes, comme celui de Chef d'État major, et 5% seulement d'entre elles prennent part à des opérations extérieures", a-t-elle déclaré.


Quant à l'Espagne, Irene Domínguez-Alcahud a qualifié d'exemplaire le modèle d'incorporation de la femme dans l'armée, comblant ces 25 dernières années une lacune datant de plusieurs siècles (les premières femmes sont entrées à l'armée en 1988, ce qui était autorisé par la Constitution de 1978). "Nos forces armées sont prêtes comme peu d'autres à favoriser cette égalité réelle entre les hommes et les femmes", a-t-elle ajouté. De plus, malgré leurs mérites et leur capacité de leadership, les femmes ne peuvent pas aspirer à un grade supérieur à celui de lieutenant-colonel. "Nous avons à l'heure actuelle 11 femmes lieutenants-colonels et 251 commandants, mais je suis persuadée qu'il y aura bientôt une promotion, et que nous verrons alors des générales dans nos armées".

Irene Domínguez-Alcahud a également signalé que la législation espagnole avait instauré un modèle qui lui est propre et qui a facilité leur incorporation. Elle a précisé entre autres qu'aucun corps spécifique n'avait été créé pour les femmes et qu'elles avaient donc dû s'intégrer dans les corps existants, dans des conditions de parfaite égalité. Par ailleurs, elles peuvent accéder à toutes les destinations, les opérationnelles comprises, et arriver jusque dans les plus hautes sphères dans chacune de leurs spécialités.

foro mujeres madridL'importance de la conciliation vie professionnelle-vie personnelle
L'un des aspects fondamentaux à l'étude, aussi bien en France qu'en Espagne, est la conciliation de la vie avec le travail pour les militaires, non seulement pour les femmes mais aussi pour les hommes. Patricia Adam a insisté sur l'importance de la mise en place de mécanismes, allant de l'établissement de crèches jusqu'à la dotation d'aides. Elle a constaté, d'autre part, qu'il y avait de plus en plus de ménages de militaires, ce qui posait des problèmes familiaux lorsque les deux membres du couple étaient envoyés en mission, sachant que la vie militaire implique des absences prolongées.
À cet égard, Irene Domínguez-Alcahud a noté que la conciliation était un problème pour toutes les femmes ayant à charge des enfants ou des personnes âgées mais que dans le cas de la profession militaire, ce problème était aggravé par l'exigence d'une disponibilité permanente et souvent longue. C'est pourquoi le Ministère espagnol de la Défense a implanté des mesures légales visant à permettre cette conciliation, et qui se réfèrent, entre autres, aux horaires flexibles, la protection de la maternité, le développement de la carrière militaire, la réduction de la journée de travail pour la garde des enfants de moins de 12 ans, les congés de 4 heures en cas d'hospitalisation d'un enfant ou pour un prématuré, ainsi que la réduction à la demi-journée pour s'occuper d'un enfant atteint de cancer ou d'une autre maladie grave.

La rencontre hispano-française a été organisée dans le cadre du Forum Femmes, plateforme de collaboration entre femmes de différents secteurs qui contribue à resserrer les liens d'amitié et de coopération entre les deux pays. À la réunion ont assisté, entre autres, M. Jérôme Bonnafont, Ambassadeur de France en Espagne, M. le Lieutenant-général Jaime Domínguez Buj, M. le Général de l'Armée de l'air Francisco Javier García Arnáiz, M. l'Amiral général de la Marine Jaime Muñoz-Delgado y Díaz del Río, M. le Lieutenant-général de l'Armée de l'air Juan Antonio Carrasco Juan et M. le Lieutenant-général Eugenio Ferrer Pérez, Commandant en chef de l'Armée de l'air. C'est María Luisa de Contes, Vice-présidente de Diálogo, qui s'est chargée d'animer le débat.

dialogoÀ propos de Diálogo
Diálogo est une association d'amitié hispano-française dont le Président est M. José Luis Leal et les deux Vice-présidents, Mme María Luisa de Contes et M. José María Segovia. L'association a été reconnue d'utilité publique, elle est placée sous le patronage d'honneur du Président de la République française et de S.M le Roi d'Espagne. Diálogo se propose de rapprocher les réalités française et espagnole et anime, dans ce sens, différentes activités entrepreneuriales, culturelles, universitaires, scientifiques et informatives.

(www.lepetitjournal.com - Espagne) jeudi 31 janvier 2013

 

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale