Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 1
  • 0

Quand y aura-t-il finalement un nouveau gouvernement en Espagne?

Entre les formalités légales et le fait que les élections du 23 juillet dernier n'ont pas permis d'obtenir une majorité claire, le calendrier pour former un nouveau gouvernement en Espagne sera long et pavé de négociations.

Alberto Núñez Feijóo et Pedro Sánchez Alberto Núñez Feijóo et Pedro Sánchez
Réunion distante entre Pedro Sanchez et Alberto Nuñez Feijo le 30 aout dernier/Congreso de los Diputados
Écrit par Armelle Pape Van Dyck
Publié le 4 septembre 2023, mis à jour le 13 novembre 2023

La présidente du Congrès des députés, Francina Armengol, a fixé la session d'investiture d'Alberto Núñez Feijóo aux 26 et 27 septembre. Rappelons que le candidat du PP est celui qui a obtenu le plus de voix aux élections du 23 juillet dernier, mais qu'il apparait pourtant comme le grand perdant. En effet, ses possibilités de devenir chef du gouvernement sont minimes puisqu'il n'a pas les appuis nécessaires – il lui manque 4 députés- pour arriver à la majorité des 176 voix (137 voix du PP, 33 de Vox, 1 de UPN et 1 de Coalicion Canaria).

Paradoxalement, le candidat du PP a gagné les élections du 23 juillet, mais il apparait comme le grand perdant

Feijoo veut du temps pour négocier

La date choisie du 26 et 27 septembre répond à plusieurs objectifs. Tout d'abord, c'était une demande du PP qui voulait un peu plus de temps pour négocier, sans la précipitation d'une session fin aout, comme il en avait été question. Cela satisfait donc le candidat Feijóo, qui a déclaré qu'il souhaitait se réunir avec tous les groupes parlementaires (à l'exception du parti basque Bildu proche d'ETA). Il montre aussi qu'il n'accepte pas cette démarche comme une simple formalité, malgré le fait que son élection est plus qu'improbable.

La débâcle du PSOE aux élections municipales et régionales provoquent les élections anticipées en Espagne

 

les journalistes autour de Feijoo
Jusqu'au 23 juillet, Feijoo était le grand favori des élections (photo prise le 23 juillet/PP)

Pas de nouvelles élections à Noël!

Le deuxième objectif atteint avec cette date est d'éviter le risque d'une nouvelle élection en pleine période de Noël. Avec la date choisie, et en appliquant les mécanismes qui régissent la loi électorale, le premier vote aura lieu le 27 septembre et le délai de deux mois commencera à courir. En effet, si Feijóo n'est pas investi (ce qui est pratiquement certain), Pedro Sánchez aura jusqu'au 27 novembre pour obtenir une majorité alternative (121 députés du PSOE, 31 de Sumar, 7 d'ERC, 7 de Junts, 6 de Bildu, 5 de PNV et 1 de BNG). Dans le cas contraire, mais tout porte à croire qu'il y arrivera, les Cortes seraient dissoutes. Le décret royal serait publié le lendemain et les élections auraient lieu 47 jours plus tard, autrement dit le 14 janvier 2024.

Pedro Sanchez, lors du vote
Pedro Sanchez, lors du vote le 23 juillet dernier/PSOE

Pedro Sanchez a trois mois pour négocier avec Junts

Enfin et surtout, cette décision de Francina Armengol a une autre conséquence. Pedro Sánchez a plus de trois mois pour négocier une alternative. Et si Armengol n'a pris aucun risque avec les dates, en protégeant la période de Noël, c'est parce que personne n'ose exclure le scénario d'une nouvelle élection. Une épée de Damoclés dont saura aussi se servir Pedro Sanchez dans ses négociations avec les indépendantistes.

Flash infos

    Pensez aussi à découvrir nos autres éditions

    © lepetitjournal.com 2024