DEMOGRAPHIE – En 2052, l'Espagne aura perdu 10% de sa population

Par lepetitjournal.com Madrid | Publié le 22/11/2012 à 00:00 | Mis à jour le 10/12/2012 à 09:53

En 2013, la population espagnole sera inférieure à celle de 2012. C'est la première fois que l'Espagne enregistrera une population inférieure d'une année sur l'autre depuis 1981. D'autre part, les seniors y sont de plus en plus nombreux. Beaucoup de voyants sont au rouge au pays de Cervantes

(Photo AFP)

D'ici 40 ans, la population espagnole aura diminué de 10%
La population espagnole sera inférieure en 2013 par rapport à celle de 2012. C'est l'information à retenir de l'enquête de l'INE (Institut National de la Statistique) publiée le 19 novembre. Une telle situation n'était pas arrivée depuis? 1981. Si elle était de 46,2 millions en 2012, elle ne sera plus que de 46 millions en 2013. Et la tendance n'est pas prête de s'inverser. Effectuant des prévisions pour les 40 prochaines années, l'INE prévoit 41,5 millions d'habitants en Espagne en 2052. Soit 10% de moins qu'aujourd'hui ! La barre des 45 millions devrait être franchie en 2022, donc d'ici 10 ans à peine. Si l'on analyse la courbe d'évolution de la population, on constate qu'elle augmente rapidement entre 1999 et 2008. En 2007, le taux d'accroissement de la population espagnole s'élève à près de 2%. Pour se situer, deux ans plus tard, à moins de 0,5 %. L'année 2009 apparaît clairement comme une année de transition. 2009? soit un an après le début de la crise. Coïncidence ?

Solde migratoire : c'est la différence entre le nombre de personnes qui sont entrées sur le territoire et le nombre de personnes qui en sont sorties au cours de l'année. Ce concept est indépendant de la nationalité.
Accroissement naturel : c'est la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès enregistrés au cours d'une période.
Age médian : âge qui partage en deux moitiés égales une population triée selon les âges. Il est préférable à l'âge moyen car il est beaucoup moins sensible aux extrêmes, en particulier aux effets des inégalités soudaines dans les effectifs des générations.

"Adiós, España"
Ce déclin progressif s'explique en partie par l'évolution du solde migratoire (voir encadré). Dans la lignée de 2011, celui-ci est négatif en 2012. C'est-à-dire qu'entre ces deux dates, il y a plus de personnes qui ont quitté le territoire espagnol (près de 560.000) que de personnes qui y sont entrées (près de 380.000). Le calcul n'est pas bien compliqué, cela donne 180 000 personnes en moins ! Et selon l'enquête, l'évolution devrait se confirmer dans les 10 prochaines années puisque le taux d'immigration devrait augmenter de 3,9% contre 5,2% pour le taux d'émigration. Un des problèmes principaux de l'Espagne serait donc sa capacité à garder les personnes sur son territoire. L'enquête ne détaille pas les caractéristiques de ces émigrants, mais on peut aisément imaginer que pour beaucoup d'entre eux, les raisons de leur départ sont d'ordre économique. Comme le prouve cette lettre ouverte de Monica publiée dans El Pais, intitulée "Adiós, España" et dans laquelle elle explique son départ par le manque de perspectives économiques rassurantes dans son pays.

En 2052, 37% de la population aura plus de 64 ans

Pour couronner le tout, l'INE met en avant un autre aspect négatif dans l'évolution de la population espagnole : son vieillissement. En 2052, les plus de 64 ans seraient 7,2 millions, soit 89% de plus qu'aujourd'hui ! Alors que, dans le même temps, les personnes entre 16 et 64 ans vont diminuer de 32%... Conséquence : dans 40 ans, les plus de 64 ans représenteront 37% de la société espagnole. Cette répartition de la population aura sans doute des conséquences sur le rapport actif/inactif et posera le problème du financement des retraites. La cause de ce vieillissement de la population espagnole est une diminution du taux d'accroissement naturel (voir encadré). En 2021, les naissances vont diminuer de 20% par rapport à l'an dernier, quand le nombre de décès ne cessera d'augmenter pour atteindre 17,9% en 2052. Déjà, en 2004, les Nations Unies avaient prévu ce vieillissement dans un scénario repris par l'Assemblée Nationale. Selon cette projection, en 2020, l'Espagne serait un des plus vieux pays de l'UE avec un âge médian (voir encadré) compris entre 48 et 53 ans.

Qu'en est-il en France ?
De l'autre côté des Pyrénées, la population française n'est pas promise à un futur similaire que sa voisine. D'après une projection de l'INSEE réalisée en 2007, la France métropolitaine comptera 11,8 millions d'habitants de plus qu'en 2007. La tendance n'est donc pas au déclin. Toutefois, le vieillissement de la population est une évolution qui touche aussi la société française. En 2060, 23,6 millions d'habitants seraient âgés de 60 ans ou plus, soit 80% de plus qu'en 2007 ! Cette augmentation soudaine des seniors dans la population constitue une phase transitoire due à l'arrivée à cet âge de la génération des baby-boomers.

Arnaud ROY (www.lepetitjournal.com - Espagne) jeudi 22 novembre 2012

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale