Mercredi 20 mars 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

La Semaine Sainte en Espagne

Par Camille Guil | Publié le 22/03/2018 à 21:46 | Mis à jour le 22/03/2018 à 21:50
Photo : CC0 Creative Commons
semaine sainte processions espagne

En Espagne, la Semaine Sainte est l’une des fêtes les plus importantes du pays. Pendant toute la semaine, dans chaque ville, il y a des processions religieuses qui attirent des milliers de touristes et de locaux. Cette année elle dure du 25 mars au 1er avril, l’occasion de revenir sur une tradition qui a traversé les siècles.


La Semaine Sainte, pourquoi et pour qui ?


L’Espagne est un pays très attaché aux traditions religieuses. Chaque année, lors de la Semaine Sainte, tout le pays vit au rythme des processions religieuses et des célébrations. C’est aussi l’un des moments préférés des Espagnols pour voyager : le temps y est -généralement- clément, et les enfants ont une semaine de vacances scolaires. 
Pour les Chrétiens, la Semaine Sainte est la dernière semaine du Carême, il s’agit du moment le plus important de l’année. Elle commence le Dimanche des rameaux et s’achève une semaine plus tard, lors du Dimanche de Pâques, pour la commémoration de la résurrection du Christ. La célébration de la Semaine Sainte a été déclarée comme « intérêt touristique national » dans de nombreuses villes espagnoles comme à Huelva en Andalousie où elle est d’ailleurs considérée comme l’une des plus belles d’Espagne. 
Une foule considérable d’Espagnols et d’étrangers, de croyants et de non-croyants se presse dans les rues des villes pour se recueillir ou simplement admirer le passage de ces imposants cortèges des pénitents, dont certains accompagné de musique.

Que se passe-t-il pendant la Semaine Sainte ?
Lors de la Semaine Sainte, la principale attraction sont les processions, dans certaines villes il y en a même plusieurs par jour ! Des confréries sortent en procession pour se rendre à la cathédrale, l’église ou la basilique. Tout au long de son cheminement, chacune de ces congrégations conduit ses « pasos », autels portés à dos d’homme, richement décorés, qui servent de support aux sculptures qui sont d’ordinaire dans les lieux de cultes, représentant des scènes de la Passion. Si certaines processions se font dans le silence et la sobriété, d’autres sont richement décorées, grandioses et sont accompagnées de musique. 

 

Lors des festivités, il y a quelques symboles à ne pas manquer. 


-    Premièrement, les femmes en mantille. C’est l’une des images les plus significatives de la Semaine Sainte. Lors des processions, elles revêtent la mantille, un habit typique espagnol, utilisé spécialement pour le jour de la Passion du Christ, afin de montrer le deuil et la douleur. Il s’agit d’une sorte de grand ornement pour les cheveux, recouvert d’un voile en dentelle qui est généralement accompagné d’une robe noire.


-    Puis il y a les Nazaréens, véritable symbole des événements de la Semaine Sainte. Ce sont les fidèles des différentes confréries qui accompagnent les icones durant la procession. Ils sont vêtus d’un costume qui est composé d’une tunique et d’une cape accompagnées d’une « cagoule » c’est-à-dire un chapeau en forme de cône qui, dans la majorité des processions, couvre le visage.


-    Enfin, il y a toute une gastronomie propre aux festivités à découvrir. Entre autres ; les torrijas, élaborés avec des tranches de pain trempées dans du miel, du lait, panées avec des œufs, puis frits à la poêle et soupoudrés de cannelle et les pestiños qui peuvent se retrouver dans toutes les maisons espagnoles.

 

Que voir et où ?


Pendant la Semaine Sainte, toutes les villes et régions d’Espagne sont en fête, mais c’est l’Andalousie qui a la réputation d’avoir les plus belles et les plus importantes célébrations. Voici une liste non exhaustive des villes andalouses (ou pas) où profiter des festivités.


Séville


C’est la Semaine Sainte la plus célèbre d’Espagne et aussi la célébration religieuse la plus importante de la ville qui vit durant une semaine au rythme des processions. Près de 60 confréries (« hermandades » et « cofradias ») sortent pour se rendre à la cathédrale, faire leur pénitence, avant de revenir à leur point de départ. Les processions à ne pas rater sont :


-    Le moment le plus spécial de cette semaine est la Madruga, qui a lieu dans la nuit du jeudi au vendredi saint. Des confréries très anciennes, qui remontent parfois jusqu’au moyen âge, défilent avec deux icones, objets de dévotions, représentant la Vierge de l’Espérance Macarena et celle de l’Espérance de Triana. Toute la nuit les fidèles attendent pour voir la sortie de la Basilique, de ces deux icones. 


-    Le Mercredi Saint, vous pourrez profiter de la procession des Confrérie du Saint-Christ de la Miséricorde, de Notre-Dame de la Miséricorde et de la Vierge de la Charité à Soledad, le “matador”, confrérie de la capitale de l’Andalousie. Son histoire est étroitement liée à la tauromachie de Séville et son patrimoine artistique est plein de symboles et de merveilleux détails qui font référence à la fête des taureaux.


-    Saint Benoit. Cette fraternité est l’une des confréries qui sort les icônes les plus célèbres dans la rue. La plus grande d’entre eux est le « mystère de la Sainte Présentation de Jésus au peuple ».

 

Malaga


A Malaga, pendant 10 jours à partir du Dimanche des Rameaux, les processions des confréries se relaient tous les jours dans les rues, escortées par des habitants et des touristes entrainés par cette fête populaire. Cette semaine est aussi un moment d’union du peuple avec ses forces armées puisque des marches militaires ponctuent certaines processions. Le Mercredi Saint, un prisonnier « sans délit de sang » comme le précise la loi, est gracié par la Fraternité de Jésus El Rico, un privilège datant du XVIIIe siècle. Pendant plus de 500 ans d'histoire sans interruption, la Semaine Sainte de Malaga est restée présente dans le sentiment religieux et populaire des habitants de Malaga. Le 16 février 1980, elle a été déclarée d'intérêt touristique international. Un événement spectaculaire de nature religieuse, sociale et culturelle qui attire des millions de visiteurs dans la capitale de la Costa del Sol. Quelques incontournables à découvrir à Malaga :


-    Le captif de Malaga : l’icône de Notre Père Jésus Captif de Malaga est la plus vénérée de la province. Œuvre du sculpteur José Gabriel Martin Simon, elle rassemble plus d’un million de personnes dans les rues chaque année. C’est le Lundi Saint que l’on peut contempler la beauté de cette sculpture et la dévotion qui l’entoure.


-    Les légionnaires de Malaga : cette procession fait partie des plus importantes et des plus connues de la Province. Elle a lieu le Jeudi Saint et le matin de ce jour débarque dans la ville la compagnie d’honneur du Tercio Don Juan d’Autriche III de la Légion espagnole. Après la veillée du Christ de Mena et la tombée de la nuit, les légionnaires accompagnent en procession cette icône au son d’hymnes militaires. 


-    Le riche de Malaga. Le Mercredi Saint est un jour très spécial dans la capitale de la Costa del Sol. La nuit, “Le Riche”, un nazaréen œuvre du sculpteur José Navas Parejo, est sorti lors d’une procession. La légende raconte que durant le règne de Charles III une grande épidémie a frappé la ville, laissant le trône sans hommes pour le porter. Les prisonniers sont donc sortis de la prison pour le porter avant de tous regagner leurs cellules. 


-    La Vierge de Zamarrilla est une des plus connues et des plus adorées dans la ville, en particulier pour sa légende. On raconte qu’un brigand est entré dans l’église pour fuir la Garde Civile et s’est caché sous les jupes de la Mère de Dieu. Une fois les poursuivants partis, le bandit, en signe de remerciement a planté une fleur blanche avec un poignard dans la poitrine de la Vierge, cette dernière devenant rouge.


-    Dans la nuit du Lundi de Pâques à Malaga, il y a une icône du Christ qui a dans son dos l’idiosyncrasie d’une race. La fraternité de Jésus de la Columna et María Santísima de la O, la confrérie des « Los Gitanos » sort avec son joyeux cortège et un chaos peu orthodoxe depuis la rue Frailes. Il existe une curiosité à mettre en avant : depuis 1996, la confrérie a une relique du Lignum Crucis, qui, chaque Lundi de Pâques est transportée dans un ostensoir sur la main droite de Maria de la O.
Outre ces deux villes, il y a des événements et des processions spectaculaires comme bien d’autres villes andalouses comme Grenade ou l’on peut retrouver la procession « Le silence de Grenade », dans un cadre exceptionnel, aux pieds de l’Alhambra, à la lumière des bougies, ainsi que le Christ des Gitans, l’une des icones qui attire le plus d’attention, encore une fois grâce au cadre magnifique. A Cadix, la Borriquita a lieu le Dimanche des Rameaux, c’est une procession lors que laquelle les enfants participent avec des branches de rameaux. Enfin, à Huelva le quartier le plus fraternel, où règne la plus grande ferveur est le Polvorín d’où part la procession du Dîner Sacré de Huelva. Elle rassemble chaque année un très grand nombre de fidèles le Dimanche des Rameaux.

 

Ailleurs en Espagne


-    León
La Semaine Sainte de León est l’un des événements les plus importants de la région. Un total de 16 confréries pénitentielles, certaines ayant plus de 400 ans, paradent dans les rues de León avec des sculptures de maîtres renommés de l’imagerie comme Juan de Juni, Juan de Angers, Gregorio Fernandez, Luisa Roldan, Angel Estrada ou des sculptures appartenant à Victor de los Rios. La particularité des processions de León est qu’elles se déroulent de manière très silencieuse et traditionnelle. Des milliers de personnes regardent et accompagnent les « Papones » dans un rituel perpétué dans le temps qui submerge par son spectacle que l’on soit croyant ou non. La procession la plus importance est appelée la Ronda, elle se déroule depuis 400 ans, à minuit entre le Jeudi et le Vendredi Saint. Elle quitte la Plaza de San Marcelo et officie au Calvaire en s’arrêtant à la Mairie de León, représentée par le maire, pour appeler tous les habitants.

-    Madrid
Enfin, la capitale espagnole est également un haut lieu de célébrations pour la Semaine Sainte. Tout au long de cette semaine, des milliers de personnes visitent la ville pour assister aux processions qui serpentent les rues de Madrid, dans l’atmosphère singulière créée par le son des tambours et des trompettes. Madrid commémore avec intensité la passion et la mort de Jésus Christ par l’organisation simultanée de nombreux événements culturels. 


Au programme, des concerts de musique sacrée sont proposés par plusieurs églises et basiliques : le cycle « Musique sacrée pour accompagner la Semaine Sainte » est accueilli par la basilique Nuestra Señora de Atocha, la paroisse de Santa Cruz et le Basilique pontificale de San Miguel, avec entrée gratuite dans la limite des places disponibles. Puis les défilés des confréries avec leurs pasos (chars de procession élaborés tout au long de l’année) ainsi que les plats typiques de la Semaine Sainte qui viennent compléter l’offre gastronomique des meilleurs restaurants et pâtissiers de la ville. Les effigies religieuses qu’abritent les églises et basiliques seront ornées de fleurs, de châles, de bougies et conduites en procession à travers les endroits les plus pittoresques de la ville : Paseo del Prado, calle Alcala et Plaza Mayor. 


Les processions les plus importantes ont lieu le Dimanche des Rameaux et le Mercredi Saint, ce sont celles du Christo de la Fe y del Padron et Nuestro Padre Jesus de la Salud. Les autres processions populaires de la capitale ont lieu le Jeudi et le Vendredi Saint. A San Ginés, a lieu une série de concerts gratuits de musique classique et liturgique interprétée par de jeunes talents et de grands maîtres organistes. Pour clôturer la Semaine Sainte et célébrer le Dimanche de la Résurrection, une « tamborrada mana » a lieu sur la Plaza Mayor ou défile une confrérie au rythme des tambours et des caisses.

1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Olivia ven 23/03/2018 - 14:09

Très bon article mademoiselle Guil !

Répondre

Communauté

Valence Appercu
INTERVIEW

BHL : "C’est trop facile de ne mettre en cause que les populistes"

Le philosophe et écrivain Bernard-Henri Levy est actuellement en tournée européenne pour sa pièce Looking for Europe. Lancée à Milan le 5 mars dernier, c’est à Valencia qu’elle sera présentée ce mercr

Sur le même sujet