Exposition sur l'art du trompe-l'œil au Musée Thyssen

Par Monique Auxenfans | Publié le 09/05/2022 à 17:15 | Mis à jour le 09/05/2022 à 17:15
Photo : Tableau de Hoogstraten / Musée Thyssen
Tableau de Hoogstraten

Le Musée Thyssen présente jusqu'au 22 mai 2022, "Hiperreal. El arte del trampantojo" (Hyperréalisme. L’art du trompe-l’œil).

 

Le "trompe-l’œil", en jouant avec l'architecture, la perspective, les ombres et autres illusions d'optique, est un genre de peinture et de sculpture ressemblant à une photographie de haute résolution, conduisant le spectateur à se demander si la nature de l'œuvre artistique est une peinture ou une photographie.

 

Tableau représentant un livre ouvert
Anonyme / Musée Thyssen

 

Le trompe-l'oeil était déjà connu dès la Grèce antique et a connu une floraison notoire à l'époque de la Renaissance, du Barroque, du Romantisme jusqu'à nos jours.

L'occasion de voir une centaines d'oeuvres de musée du monde entier

Une centaine d'œuvres allant du XVème  au XXème siècles sont présentées par thèmes et non par date de réalisation, mettant ainsi en évidence la continuité du genre jusqu'à nos jours (On peut ainsi découvrir des tableaux sur le même thème mais réalisés avec 500 années de différence).

 

Tableau représentant une cage à oiseaux
Oeuvre de Pierson / Musée Thyssen

 

Les compositions exposées ont été prêtées par des galeries d'art telles que la National Gallery of Art de Washington, le Musée des Beaux-arts et d'Archéologie de Besançon (France), The Hispanic Society of America et le MET de New York, The J.Paul Getty Museum de Los Angeles, le Musée des Beaux-arts de Bilbao ou encore l'Académie Royale des Beaux-arts de San Carlos de Valence, entre autres institutions.
 

L'exposition est divisée en plusieurs sections: 

  • Mise en scène (natures mortes)
  • Figures, cadres et limites
  • Espaces pour les curieux
  • Murs feints : planches et murs
  • Parfait désordre et coin de l'artiste
  • Appel aux sens
  • Renouveau américain et son sillage (engouement américain pour le trompe-l'oeil au XIXème et XXème siècle)
  • Trompe-l'oeil nouveau (jeux d'apparence avec des toiles d'une grande technicité et imagination qui surprendront le spectateur)
  • Pour terminer, "Train élévé de Brooklyn (2022)",  collage moderne et urbain qui combine photographie, sculpture et architecture, créé spécialement pour cette exposition par l'artiste Isidro Blasco qui  renvoie le spectateur à la réalité et sans être réellement un trompe-l'oeil, provoque une réflexion sur la dualité réalité/représentation caractéristique du genre.

Une exposition curieuse et fascinante à voir jusqu'au 22 mai.

 

monique

Monique Auxenfans

Spécialisée sur les sujets culturels, touristiques et gastronomiques, expatriée au long cours, voyageuse infatigable. Spécialiste de l'Espagne et de l'univers hispanophone.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale