Francisco de Goya, l’énergie du néant

Par Jill-Manon Bordellay | Publié le 30/04/2022 à 11:30 | Mis à jour le 30/04/2022 à 11:30
Photo : Portrait de Goya par Vicente López Portaña
Goya Vicente López Portaña_0

Si l’artiste vénérait Vélasquez, Rembrandt et la nature, il a changé toutefois le cours de l’histoire de l’art par son influence considérable. Retour sur ce grand peintre espagnol mort à Bordeaux.

 

Goya peint le carnage du 2 mai, détonateur de la défaite de Napoléon

Le 2 mai, la haine est à Madrid. D’un côté, les cavaliers de Murat ; de l’autre, les Madrilènes, exaspérés par l’invasion napoléonienne. Chaque maison est une forteresse, chaque couteau est un poignard. Des femmes se jettent à la tête des chevaux, d’autres leur coupent les jarrets. Partout, on saigne les soldats français, et les militaires réagissent. C’est un carnage. Des têtes de moines décapitées pleuvent dans les rues, des quartiers entiers sont nettoyés à coups de crosse et de fusil.

Goya qui a suivi ces débordements de violence, vomit son dégoût

Le 3 mai, Murat, dont la victoire est désormais complète, fait fusiller sur place tout Madrilène porteur d’une arme blanche ou à feu. Goya qui a suivi ces débordements de violence, vomit son dégoût. Il ne sera jamais plus le même homme : bouleversé par tout ce sang, hanté par toute cette épouvante, son génie va se transformer, courbé sous le poids de l’horreur et de l’innommable.

Goya échoue à tous les concours de peinture!

Goya naît le 30 mars 1746. Son père est maître doreur, artiste. Francisco suit alors les traces paternelles. En 1760, à quatorze ans, il entre dans une école de dessin et en 1763, s’inscrit au concours d’entrée à l’Académie de Madrid mais échoue à tous les concours de peinture. Il fait un séjour à Rome d’une année et découvre le néo-classicisme.

Une oeuvre fait scandale : La maja nue, oferte à tous les regards, dont le modèle était la maitresse de Godoy, le favori de la Reine

En 1771, Goya, de retour en Espagne, reçoit sa première commande. C’est l’époque où le roi Charles III révolutionne l’art de la tapisserie. Goya dessine de nombreux cartons qui sont ses premiers chefs-d'œuvre :  L’ombrelle, la Rixe à la venta nueva. Puis, dès 1783 il devient portraitiste de la cour.

Goya devient sourd

En 1792, une grave maladie manque de l’emporter. Elle le laisse privé durant quelques mois de l’usage de sa main droite et, surtout, il devient sourd. Cette surdité créera en lui une coupure avec le monde. Malgré tout, l’artiste reste en contact avec la vie, la politique et la nature l'intéressant tout particulièrement. C’est un homme de l’évolution, il apprécie la Monarchie libérale et souhaite une constitution. Peintre de cour, il parvient toutefois à quitter l’Espagne.

 

En juin 1824, à l’âge de soixante-dix ans, il s’installe à Bordeaux où il se plaît beaucoup auprès de son vieil ami l’écrivain Moratin. En 1828, il tombe malade et meurt le 16 avril 1828 à Bordeaux, à l’âge de quatre-vingt-deux ans.

Plus de 500 tableaux de Goya

On doit à Goya, en plus de deux cent quatre-vingts eaux-fortes et lithographies et d’un millier de dessins, quelque cinq cents tableaux, dont trois cent cinquante portraits -depuis La Famille du duc d’Osuna (1788), avec ses stupéfiantes harmonies de vert et de gris, jusqu’à La laitière de Bordeaux (1827), qui serait un portrait caché de Rosario Weiss.

 

Portrait de la duchesse de Alba, par Goya
Portrait de la Duquesa de Alba, par Goya / CC

Dans l’intervalle, on doit citer La Duchesse d’Albe, tachée des mêmes rouges ardents que La Famille du duc d’Osuna, et auréolée de l’épaisse chevelure noire qui la rendait si fière ; Francisco Bayeu, avec son fabuleux habit gris argenté ; La Marquise de Santa Cruz, portrait en mantille ; La Reine Marie-Louise à cheval.

Goya: La Maja nue et la Maja vêtue

 

Le tableau de la maja nue, de Goya
Tableau de Goya, la Maja desnuda(Musée du Prado)

 

Une oeuvre fait scandale : La maja nue, offerte à tous les regards. Le corps troublant de la belle Pepita Tudo, maîtresse du favori de la reine Marie-Louise, Manuel Godoy, est un tableau qui a son pendant : La Maja vêtue, composant un jeu de toiles superposées que l’on pouvait interchanger grâce à un mécanisme secret, dans le petit salon de Godoy.

 

Tableau de Goya, la Maja vestida, au Musée du Prado
Tableau de Goya, la Maja vestida, au Musée du Prado

 

Le diptyque des deux journées sanglantes des 2 et 3 mai 1808

Le célèbre diptyque des deux journées sanglantes des 2 et 3 mai 1808, relate l’histoire d’une part événementielle tout particulièrement du 2 mai et l’histoire allégorique du révolté avec la toile du 3 mai. Les fusillés sont des martyrs, notamment le personnage central avec sa chemise blanche qui lève les bras dans la nuit. Goya a peint ses tableaux beaucoup plus tard en 1814 , ce qui donne à ces événements une puissance symbolique impressionnante.

 

Tableau de Goya du 3 de mayo, au Prado
Un des plus célèbres tableau de Goya, el 3 de mayo de 1808, au Prado

 

L'art moderne naît avec Goya

Si l’artiste vénérait Vélasquez, Rembrandt et la nature, il a changé toutefois le cours de l’histoire de l’art par son influence considérable. La première période de son œuvre a été marquée par Tiepolo, restant en cela dans un univers préromantique, où la peinture de style rococo domine. Mais lorsque Goya s’affranchit de toutes les règles et qu’il peint un univers sombre de sorcières, de monstres extravagants, des scènes de guerres terrifiantes, son pinceau fait naître les prémices de l’expressionnisme. Les Caprices sont une série de gravures, peintes sans flatterie qui vont éclairer ses contemporains de réalisme sans complaisance. Avec Goya naît finalement l’art moderne.

 

Sur le même sujet
Jill-Manon Bordellay

Jill-Manon Bordellay

Docteure en Philosophie, Littérature comparée et Psychologie, collaboratrice à l'Encyclopédie Universalis, elle a écrit plusieurs essais et nouvelles traitant de l'Art et de la relation entre les humains et les animaux.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale