Lundi 19 août 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

"Balenciaga et la peinture espagnole", au Musée Thyssen-Bornemisza

Par Monique Auxenfans | Publié le 11/07/2019 à 13:34 | Mis à jour le 11/07/2019 à 13:37
Photo : DR
balenciaga thyssen

Cette première grande exposition consacrée au grand couturier basque sera visible jusqu'au 22 septembre. Elle met en évidence le lien entre le travail de Cristóbal Balenciaga (1895-1972), un des couturiers espagnols les plus admirés et les plus influents de tous les temps, et la tradition de la peinture espagnole entre les XVIe et XXe siècle. 

 

L'exposition présente une exquise sélection de 90 vêtements et pièces vestimentaires splendides provenant du Musée Cristóbal Balenciaga de Guetaria, du Museo del Traje de Madrid et du Museu del Disseny de Barcelone ainsi que de nombreuses collections particulières nationales et internationales, dont la majorité n'avait jamais encore été exposée à ce jour, face à une exceptionnelle sélection de 55 peintures des plus grands peintres espagnols (Greco, Velazquez,  Murillo, Zurbarán, Goya, Madrazo, Zuloaga, entre autres), sources de son inspiration.

Les références à l'art et à la culture espagnole ont toujours été présentes dans le travail de Balenciaga. Les lignes simples et minimalistes des habits religieux ou le volume architectural de ces tissus sont une constante dans la plupart de ses pièces. Le noir, par exemple, a toujours fasciné le monde de la mode en raison de son puissant impact visuel et symbolique. Balenciaga, reprenant l'esthétique des vêtements des Hasbourg, a su le réinterpréter d'une façon très personnelle. Il lui donna une lumière spéciale, élargisant ainsi la ligne ouverte par Chanel en 1926 avec sa "petite robe noire" et l'incorpora d'une façon définitive dans la modernité de la première moitié du XXe siècle. "Ici le noir est tellement noir qu'il te frappe en pleine figure. Noir espagnol épais comme du velours, comme une nuit sans étoiles qui fait que les autres noirs paraissent gris", soulignait une critique spécialisée de la revue Harpers Bazaar en 1938.`

Son sens de la proportion et de la mesure, sa technique impeccable et sa recherche de l'excellence lui valurent l'admiration de ses collègues contemporains tels que Christian Dior qui le considérait comme étant "le maître de nous tous", ou de Coco Chanel, qui le qualifia comme étant "l'unique couturier authentique". Quelques uns des couturiers les plus importants du XXe siècle se formèrent dans son atelier et suivirent ses conseils, tels que Hubert de Givenchy, Emanuel Ungaro, Oscar de la Renta ou Paco Rabanne.

"Un bon couturier doit être architecte pour les patrons, sculpteur pour la forme, peintre pour les dessins, musicien pour l'harmonie et philosophe pour la mesure", telle était la devise du génial Balenciaga.

Merveilleuse exposition à ne pas manquer.
Plus d'infos : https://www.museothyssen.org/exposiciones/balenciaga-pintura-espanola

Nous vous recommandons

monique

Monique Auxenfans

Spécialisée sur les sujets culturels, touristiques et gastronomiques, expatriée au long cours, voyageuse infatigable. Spécialiste de l'Espagne et de l'univers hispanophone.
0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Madrid ?

Barcelone Appercu
TOURISME

Les tops et les flops des plages espagnoles

L’Espagne est connue pour réunir quelques unes des plus belles côtes d’Europe. Mais si on y trouve de véritables joyaux, d’autres plages peuvent très vite vous faire déchanter.

Vivre à Madrid

TRADITIONS

Le plaisir d’être "de rodriguez" à Madrid en août

"Estar de rodriguez" est une expression qui se réfère aux maris, souvent pères de famille, qui restent à la ville l’été lorsque que leurs femmes et enfants sont au "pueblo" ou au bord de mer.

Sur le même sujet