TEST: 2269

Une pétition pour mettre le Royaume-Uni en quarantaine

Par Maxime Cliet Ruzza | Publié le 16/03/2020 à 14:39 | Mis à jour le 16/03/2020 à 15:59
opengraph-image-74d2a08295a6290b3e3c5b57a8d37deedf3d61f8a07d36883a6750f1ac82e828

Alors que de plus en plus de pays prennent des mesures contre le coronavirus, une pétition circule pour que le Royaume-Uni soit mis en quarantaine.

 

Le gouvernement britannique tarde peut-être à agir, mais les Britanniques eux, non ! Ces derniers jours, la situation s’est dégradée un peu de partout en Europe et principalement en Espagne et en France où les pays sont en quarantaine totale ou partielle. Si le nombre de cas inquiète les pays du monde entier et qu’une bonne partie des pays européens commencent à fermer leurs frontières, la stratégie du gouvernement britannique est bien différente. En effet, Boris Johnson a pour l’instant dit qu’il comptait laisser le virus se propager afin que les habitants britanniques développent une immunité contre le virus. Un scénario qui engendrera des morts comme l’a prévenu le résident du 10 Downing Street, et qui pourrait bien surcharger les hôpitaux et les services de santé du Royaume-Uni.

Pour s’opposer à cela, une pétition a été lancée pour demander au parlement de discuter de la mise en quarantaine du pays afin de protéger la population et la santé de tous. La pétition, qui a recueilli pour le moment déjà plus de 266 000 signatures, sera donc débattue par le Parlement puisque celui-ci prévoit en effet de discuter des pétitions faisant plus de 100 000 signatures. À moins que Boris Johnson, qui est censé s’exprimer aujourd’hui, annonce les premières mesures…

Si vous voulez signer la pétition, rendez-vous sur ce lien.

Pour ceux étant un peu plus modérés, vous pouvez signer la pétition qui demande uniquement aux écoles de fermer sur ce lien.

 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale