Jeudi 6 août 2020

Royaume-Uni : les risques de la nouvelle réforme sur l’immigration

Par Fiona Barrile | Publié le 24/02/2020 à 21:00 | Mis à jour le 24/02/2020 à 21:00
Photo : @PartoDomani / Creative Commons
Royaume-Uni politique immigration conséquences

Cette semaine, le gouvernement britannique a révélé le système par points qu’il souhaite mettre en place pour l’immigration. Et pour le moment, il a été très mal reçu, notamment par les entrepreneurs.

 

« C’est un désastre pour l’économie et l’emploi ». Voilà ce que disent les leaders de l’industrie et de l’agriculture, sur la nouvelle politique migratoire proposée par le gouvernement britannique. Et pour cause, le nouveau système n’acceptera plus que les immigrants ayant de hautes qualités professionnelles. Ainsi, les Européens qui souhaiteront travailler dans des secteurs nécessitant des compétences moins pointues, tels que la restauration, l’hôtellerie, les usines ou entrepôts alimentaires, ne seront plus acceptés sur le territoire anglais.

Quelles conséquences ?

Les chefs d’entreprises et de la santé, ainsi que le Parti des Travailleurs et le Parti des Libéraux Démocrates, affirment que les conséquences de cette décision vont être désastreuses. En effet, d’après Tom Hadley, Directeur de la Confédération de Recrutement et d’Emploi (REC), « les emplois que le gouvernement considère comme peu qualifiés sont vitaux pour le bien-être et la croissance des entreprises. » Les répercussions seront donc multiples :

-Une pénurie de plusieurs produits alimentaires, comme la viande, sont à craindre dans les supermarchés, les industries alimentaires s’appuyant aujourd’hui énormément sur les travailleurs européens.

-Les restaurants et hôtels perdront la majorité de leurs employés. Chez la chaîne de restauration Prêt À Manger, par exemple, seul 1 employé sur 50 est britannique.

-Et du côté du secteur médical, seul 1 emploi sur 11 est occupé actuellement, alors que les étrangers représentent déjà un sixième des 840 000 travailleurs de la santé.

Un temps d’ajustement

Dans dix mois, cette nouvelle politique migratoire devra être mise en place. Mais nombreux sont ceux qui réclament une transition plus longue. Le cabinet international d’avocats et de consultants en immigration Fragomen a notamment supplié le gouvernement de ne pas fermer les frontières d’un coup, afin de laisser plus de temps aux personnes pour s’ajuster à la situation. Il estime aussi qu’une réduction des prix pour obtenir un visa est nécessaire.

Fiona Barrile, Étudiante en deuxième année de Master à l’Ecole du Journalisme de Nice

Fiona Barrile

Étudiante en deuxième année de Master à l’Ecole du Journalisme de Nice.
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet