TEST: 2269

Le Royaume-Uni légifère contre les “contenus dangereux” sur internet

Par Jennifer Febvay | Publié le 10/04/2019 à 13:00 | Mis à jour le 10/04/2019 à 13:26
Sécurité web internet réseaux sociaux Londres Royaume-Uni pénaliser légiférer dirigeants patrons

Le gouvernement britannique veut impliquer la responsabilité individuelle des dirigeants de réseaux sociaux dans la propagation « contenus dangereux » sur internet.

Le gouvernement britannique va légiférer pour protéger les internautes de publications jugées dangereuses. Dans sa ligne de mire : les dirigeants de réseaux sociaux, qui n’en font pas assez pour protéger leurs utilisateurs.

Les réseaux sociaux devront surveiller leurs publications

Les plateformes numériques devront désormais réguler elles-mêmes les contenus inappropriés qu’elles hébergent, sous peine de sanctions.

Un « régulateur indépendant » s’assurera que les entreprises « assument leurs responsabilités ».

Les contenus violents et inadaptés aux mineurs seront interdits

Est considéré comme « contenu dangereux », tout « contenu violent ou incitant à la violence ou au suicide, à la désinformation, au cyber-harcèlement et documents inappropriés accessibles aux enfants ».

Cette nouvelle loi intervient en réponse à des scandales comme la diffusion en live sur Facebook d’images du massacre dans une mosquée de Christchurch en Nouvelle-Zélande.

« L’époque de l’auto-régulation est terminée »

« Depuis trop longtemps, ces entreprises ne font pas assez pour protéger leurs usagers, particulièrement les enfants et les jeunes, des contenus dangereux », déclare la Première ministre, Theresa May, dans un communiqué.

Le gouvernement promet notamment « une réglementation stricte » en matière de « contenus terroristes et pédophiles ».

« L’époque de l’auto-régulation est terminée », affirme le ministre en charge du numérique, Jeremy Wright.

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale