TEST: 2269

Le phénomène Tiktok

Par Johanna Wozniak | Publié le 27/01/2021 à 16:42 | Mis à jour le 27/01/2021 à 17:58
Photo : Hello I'm nik - Unsplash
Tiktko phénomène planétaire

Je ne sais pas vous mes chers lecteurs, mais moi j’ai longtemps rejeté le nouveau réseau social à la mode : TikTok. Me voilà de retour pour vous dire que j’en suis devenue complètement accroc aujourd’hui.

 

TikTok ou l’application du diable. Je trouvais cette application inutile et inintéressante. Toutes mes amies me conseillaient de la télécharger, en vain. Jusqu’au jour où notre très cher ami, j’ai nommé confinement numéro 1 a décidé de pointer le bout de son nez. J’ai donc commencé (comme beaucoup d’entre nous) à trouver le temps long et à vouloir me divertir de différentes façons. Au début, j’ai commencé à l’utiliser « juste pour voir », puis tu te retrouves à y passer 20 ou 30 minutes. 1h ou plus, à 2h du mat’ au lieu de privilégier les bras de Morphée. Alors si vous n’êtes pas encore tombés dans le piège TikTok, je vous conseille de vous éloigner de cette application qui est tout ce qu’il y a de plus addictif à souhait (ou alors de l’utiliser avec modération, cela va de soit).

Cette application est un véritable traquenard. Sincèrement. Si j’ai le malheur de m’y rendre pour me divertir quelques instants, je peux littéralement y rester des heures à scroller et liker les vidéos qui m’auront fait plus rire les unes que les autres. Le cocktail parfait pour une réussite scolaire, n’est-ce pas. TikTok en quelques chiffres c’est plus de 850 millions d’utilisateurs dans le monde (rien que ça), d’après l’agence Bloomberg. En 2020, 35 milliards de dollars de ventes soit deux fois plus que l’année précédente. Une croissance exponentielle qui ne cesse de prendre de l’ampleur donc. Mais il y a un hic (et oui forcément). Au-delà de ses nombreux challenges destinés à reproduire une danse de quelques secondes sur une musique entrainante, d’autres sont beaucoup plus dangereux.

 

L’ami de certains…

Son format vidéo courte touche les plus jeunes, et pour cause le réseau social diffuse des vidéos entre 15 et 60 secondes (une réelle addiction quand nous pouvons les faire défiler une à une, avec la petite pub ciblée entre deux qui va bien). L’application vient littéralement balayer les réseaux sociaux comme Instagram, Facebook et Snapchat qui prennent un sacré coup de vieux face à sa modernité et son pep’s. Devenue incontournable pour les jeunes (les plus de 30 ans s’y penchent souvent par curiosité), TikTok est une source d’inspiration pour les jeunes artistes mais aussi pour les médias traditionnels qui tentent tant bien que mal d’amener leur pierre à l’édifice (et de se mettre à la page pour attirer les « djeuns »).

Les britanniques quant à eux en sont des fans indéniables puisqu’1 anglais sur 4 utilise TikTok tous les mois. L’application devrait atteindre les 10,9 millions d’utilisateurs au Royaume-Uni cette année, selon une étude menée par Emarketer. Quand 17 millions de personnes l’utilisent plus d’une heure tous les jours, un britannique moyen va utiliser l’application environ 41 minutes par jour.

Dernièrement, un couple d’octogénaires britanniques a fait fondre la toile avec une adorable vidéo d’eux entrain de danser, confinés. Jackie, leur fille, témoigne : « Ils n’avaient plus envie de sortir prendre l’air, ne voyaient plus personne, ne voulaient même plus parler, donc il a fallu que je trouve quelque chose pour les ranimer. » Et c’est en grande partie grâce aux confinements dûs à la pandémie du coronavirus que l’application doit son importante évolution. À titre de divertissement, l’application a quand même des points positifs et permet de se vider la tête et de redonner vie à des personnes isolées qui subissent le poids du confinement, comme Joseph et Sylvia.

 

…Mais l’ennemi de beaucoup

À contrario de sa forte popularité, l’application ne fait pas que des heureux. Pour cause, jugée pour son univers trop superficiel et son culte du corps, le contenu est pointé du doigt pour son manque de modération. TikTok est au centre d’un bon nombre de polémiques. L’ancien président des Etats-Unis, Donald Trump avait même souhaité l’interdire. Il soupçonnait cette dernière de servir dans la collecte illégale de données personnelles pour les services de renseignements chinois. L’avenir de l’application aux Etats-Unis dépend donc de la relation sino-américaine.

Mais ce n’est pas tout puisque ces derniers jours, l’application fait parler d’elle en Italie. Elle serait bloquée à certains utilisateurs italiens jusqu’au 15 février. Une annonce qui fait suite au décès d’une jeune fille de 10 ans à cause d’un challenge sur cette dernière. Le challenge en question ressemblait de très près au jeu du foulard, consistant à bloquer sa respiration au point de manquer dangereusement d’oxygène. L’Inde s’ajoute à la liste des pays qui ont mené une guerre à l’application, plus pour des raisons politiques puisqu’après un conflit meurtrier entre la Chine et l’Inde, New Delhi a fait interdir l’application.

Récemment, TikTok a fait revoir sa politique de confidentialité dans le but de protéger ses plus jeunes utilisateurs. Mesure qui laisse présager un avenir plus sûr pour TikTok et ses usagers. De quoi la réconcilier avec bon nombre de ses détracteurs. Alors chers lecteurs, si vous aussi vous êtes des aficionados de l’application mondialement connue, pas de panique. Seulement à utiliser avec modération et ne pas reproduire TOUS les challenges que vous pouvez y voir passer.

 

Pour ne rien rater de l’actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics !

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale