Jeudi 24 juin 2021

“La mode reflète l’esprit des villes, Londres est plus fun que Paris”

Par Stéphane Germain | Publié le 16/02/2021 à 09:56 | Mis à jour le 16/02/2021 à 09:56
Photo : Imani Bahati - Unsplash
Londres instagram street style

Le street style renaît depuis quelques mois sur instagram sous l’impulsion du compte Parisiensinparis, qui fait sensation en capturant l’essence du style parisien. Depuis, d’autres comptes de diverses capitales européennes, dont Londres, fleurissent sur le même modèle.

 

LePetitJournal.com a rencontré Michelle Bellucci, l’étudiante en vogue de 22 ans derrière le compte instagram Londonersinlondon. Sur le modèle de son homologue parisien, Parisiensinparis, Michelle décide de se lancer dans l’aventure du street style en octobre dernier. Le but ? Parvenir à capturer l’essence d’une ville à travers le style vestimentaire de ses habitants. A Paris, dont le style a toujours fasciné autour du globe, le succès du compte est retentissant : il rassemble aujourd’hui 196 000 abonné.e.s. De l’autre côté de la manche, Londonersinlondon compte 22 600 abonné.e.s, un chiffre qui augmente rapidement à mesure que le concept séduit.

 

Un retour à l’essentiel de la photographie de rue

A l’instar de Parisiensinparis, la page instagram de Michelle Bellucci n’a pas vocation à devenir un lieu de promotion. La jeune italienne étudiante au London College of Fashion n’identifie donc jamais ni les marques ni les personnes sur ses publications. “C’est volontaire de ma part de ne pas identifier ni les marques ni les personnes sur mes photos. Je ne veux pas que ma page devienne un lieu de sponsoring ou de publicité. Tout ce que je veux, c’est montrer des inspirations différentes. Je me fiche de faire de la promotion.” Sur sa page Londonersinlondon, il est surtout question de spontanéité et de faire preuve d’un œil suffisamment aguerri pour faire se dessiner le style de la capitale. L’entorse à sa règle ne survient que pour mettre en avant de jeunes créateur.trices locaux : “Je refuse de tagger les marques, en revanche je suis plus qu’heureuse de pouvoir faire découvrir de jeunes talents londoniens.”

Sur la plateforme, on croit alors assister à un retour à l’âge d’or du street style, où la mise en avant de sa page personnelle ou de marques n’était pas une condition sine qua none. Ainsi débarrassée de tout aspect performatif ou lucratif, Michelle Bellucci peut se concentrer sur sa passion pour la mode et son envie de faire partager son amour de Londres et ses habitant.e.s.

 

 

Pour elle, la spontanéité doit constituer la qualité principale d’un.e bon.ne photographe de rue : “Il faut être capable de capturer les personnes de manière sauvage, lorsqu’ils ne prennent pas la pose. J’étudie la photographie de mode alors j’aime les photos travaillées, mais le street style doit parvenir à saisir le moment furtif, la démarche, le naturel.” C’est sans doute ce qui fait le charme de ces comptes instagram européens qui donnent la sensation d’être en immersion dans les villes, au plus près de l’autre qui en devient la source d’inspiration la plus pure.

Au fil de son parcours avec Londonersinlondon, Michelle Bellucci a fait beaucoup de rencontres, dont certaines l’ont durablement marquée. Elle nous confie, enthousiaste, sa rencontre avec une inconnue dans les rues de Londres le soir d’Halloween dernier : “J’ai rencontré cette fille sur son vélo, et c’est sans doute la rencontre qui m’a le plus marquée. Elle avait fabriqué elle-même son costume et l'avait assorti jusqu’à son vélo ! J’ai trouvé ça génial comme idée. Nous avons discuté et avons partagé un super moment toutes les deux. Ce genre de moment fait aussi partie de la magie de ce que je fais.

 

Michelle Bellucci
Costume d'Halloween fait main, des chaussures au vélo ! © Michelle Bellucci

 

Le street style : au-delà du vêtement, capturer l’art de vivre

Les photographies s’enchaînent au fil des jours : imper en vinyle, coupe de cheveux excentrique, pièces faites main… Sur le compte de Michelle, les londonien.nes se suivent mais ne se ressemblent pas. A coup de photographies des styles vestimentaires se dessine alors une ville multiple, libre, amusante, peuplée d’originaux et de créatifs à chaque coin de rue pourvu que l’on ouvre assez les yeux pour les remarquer.

Michelle Bellucci célèbre avec bonheur cette explosion de créativité au quotidien : “Londres a un style vraiment multiculturel qui va avec les habitants de la ville. C’est très difficile de définir “le” style londonien, parce qu’il y en a en fait une infinité. Selon les quartiers où on se trouve, les styles seront très différents. A Kensington ou dans le centre, il va y en avoir un bien particulier alors que dans l’Est, les tenues seront plus artistiques, par exemple. C’est ce que j’aime à propos de Londres : tout est toujours différent, il y a toujours de nouveaux looks, de nouvelles personnes à découvrir.

 

 

La capitale britannique est effectivement connue pour son brassage de populations de différents horizons qui font d’elle une ville où ce qu’il faut saisir, c’est qu’elle est insaisissable. A l’inverse du style parisien, reconnaissable entre mille, le style londonien est en fait un patchwork d’influences qui ne saurait être réduit au singulier. Pour la jeune étudiante, “à Paris, le style est plus classique qu’à Londres. Ce qui n’est pas une mauvaise chose, au contraire, j’adore le style parisien ! Mais je trouve que celui de Londres est plus fun. Mais c’est aussi que les cultures sont très différentes, et je crois que les vêtements reflètent l’esprit des villes.”

Capturé.e.s sur le vif par l’objectif de Michelle Bellucci, les londonien.nes se révèlent dans toute leur diversité, et le vêtement devient alors bien plus qu’un simple bout de tissu. Il se fait œil de la ville, témoin d’une atmosphère et d’un art de vivre propre à la capitale aux mille couleurs. C’est un portrait de Londres touchant et brut que dresse l'étudiante “londonienne de cœur, surtout lorsqu’il s’agit de faire la fête.” Plusieurs comptes selon le même format se créent désormais chaque mois, nous donnant de plus en plus le sentiment d’avoir le don d’ubiquité.

 

Pour ne rien rater de l’actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics !

Nous vous recommandons
Stéphane Germain - Journaliste

Stéphane Germain

Étudiante en Master 2 Nouvelles Écritures Médiatiques à Nantes. Journaliste et inlassable curieuse.
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet