Samedi 28 novembre 2020

La crise du Covid n’épargne pas les black cabs londoniens

Par Corentin Mittet-Magnan | Publié le 20/11/2020 à 15:17 | Mis à jour le 20/11/2020 à 15:21
Photo : JJ Ying - Unsplash
impact crise covid taxi londonien

Les temps sont durs pour l’industrie du tourisme à Londres et les célèbres black cabs ne sont pas épargnés. D’après les données de Transport for London, le nombre de licences, obligatoires pour exercer le boulot de chauffeur, est passé de 18 900 au mois de juin à 15 000 début novembre. Encore pire, selon la Licensed Taxi Drivers’ Association seulement un chauffeur sur cinq est encore en mesure d’exercer aujourd’hui.

En octobre, un chauffeur de taxi assigné à l’aéroport de Heathrow devait attendre en moyenne neuf heures avant d’embarquer un client. Plusieurs compagnies sont aujourd’hui contraintes de louer des champs autour de Londres pour stocker une partie de leur flotte de véhicules, aujourd’hui inutile.

 

Pour ne rien rater de l’actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics !

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Nouvelle-Calédonie Appercu
SPORT

Wind-Surf : Sarah Hauser entre au Guinness World Records

La windsurfeuse Calédonienne Sarah Hauser entre au Guinness World Records pour la plus haute vague wind-surfée par une femme à 10,97 mètres de haut à Haiku, Hawaï, USA le 31 Décembre 2019.

Sur le même sujet