Samedi 24 août 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

VIREMENTS – Les frais bancaires, véritable casse-tête pour les expatriés

Par | Publié le 14/03/2017 à 16:09 | Mis à jour le 14/03/2017 à 17:58

Les expatriés sont fréquemment amenés à effectuer des virements entre deux pays. Jongler avec les devises au gré des frais bancaires, parfois opaques, peut s'avérer laborieux. Pour vous aider à vous retrouver dans cette jungle, lepetitjournal.com Londres fait un état des lieux et recense quelques alternatives intéressantes.

Depuis le 1er août 2014, les frais de virements bancaires sont harmonisés en Europe avec la création de l'espace unique de paiement en euros (SEPA, Single Euro Payments Area). A l'intérieur de cette zone, un paiement transfrontalier est maintenant traité avec la même rapidité et dans les mêmes conditions qu'un paiement domestique. Sont membres de cette zone les 28 pays de l'UE, même ceux qui ne font pas partie de la zone euro (le Royaume-Uni compris donc) ainsi que Monaco, la Suisse, le Liechtenstein, la Norvège, l'Islande et Saint-Marin.

La fin des frais bancaires pour les expatriés au Royaume-Uni ? 

Généralement, un virement SEPA est gratuit depuis une banque française? s'il est effectué en ligne. Il est facturé entre 2 et 4 ? si le virement est effectué en agence. Les virements étrangers en dehors de la zone SEPA sont, quant à eux, beaucoup plus chers : la banque émettrice prélève les frais de traitement, auxquels s'ajoutent la commission de change et les frais ponctionnés par la banque destinataire ! Il existe donc des frais d'émission et de réception, variables selon les banques et selon les devises. 
On parle de virements internationaux lorsqu'ils se font en dehors de la zone SEPA, c'est à dire un virement émis à l'intérieur de l'espace économique européen, mais libellé dans une autre devise que l'euro ou un virement en provenance ou à destination d'un pays situé hors espace économique européen. Si le destinataire du virement est dans la zone SEPA, le prix sera le même que pour un virement national? mais c'est sans compter les taux de change !

Les taux de change, des frais « cachés » par un système opaque

Pour un virement entre la France et le Royaume-Uni, les banques appliquent des frais additionnels sur leur taux de change. En moyenne, les frais standards sont de 13 euros par transaction. Cependant, il est impossible de connaître la marge exacte prise par les banques françaises sur le taux de change car elles ne les communiquent pas. 
Au Royaume-Uni, les banques sont plus transparentes, il est donc possible de calculer la somme que perdent les gens lors d'une transaction. Le rapport « Future of Finance » établi par Yougov (organisme de recherche indépendant) et commandé par Transferwise (service en ligne de transfert d'argent à l'international) nous en apprend plus : pour un virement bancaire du Royaume-Uni vers la France, les banques imposent un frais caché dans le taux de change à hauteur de 2.95% du montant transféré en moyenne.

Une défiance vis-à-vis des banques françaises

Les Français sont plutôt méfiants vis-à-vis de leur banque. Toujours d'après le rapport « Future of Finance », un Français sur vingt seulement (5 %) estime que sa banque lui offre un service « excellent et équitable ». Un pessimisme face quant aux institutions financières traditionnelles confirmé par le rapport annuel publié par EY (principal cabinet d'audit financier, basé à Londres). Ce rapport intitulé « The relevance challenge » s'appuie sur les témoignages de 55 000 clients issus de 32 pays. Il en ressort que seuls « 39% des répondants français font totalement confiance aux banques traditionnelles pour garantir la sécurité de leur argent (contre 48% des britanniques), et 24% pour leur proposer des conseils objectifs (20% au Royaume-Uni) ».

Les fintechs, une alternative aux banques traditionnelles 

Près de deux tiers des Français (63 %) déclarent faire la majorité de leurs opérations bancaires en ligne. La technologie s'enracine dans les habitudes des consommateurs. Les fintechs (technologies financières) ont fait leur entrée sur le marché financier français. 9 % des Français font déjà appel à une technologie financière pour gérer leurs finances. Les jeunes montrent la voie avec une personne sur sept (14 %) des 18-34 ans qui déclare utiliser un service numérique pour gérer ses comptes, d'après le rapport d'EY. Taavet Hinrikus, PDG de TransferWise note que « Les Français ne sont clairement pas satisfaits de leurs banques. Un Français sur six déclare « qu'il s'imaginerait volontiers passer par les services d'une fintech pour gérer ses finances ».

 

 

Transferwise ou Azimo, comment procéder ? 

Transferwise se pose en alternative aux services bancaires classiques. Vous faites un virement bancaire sur un compte Transferwise situé dans votre pays. Le prestataire envoie alors les fonds depuis son compte dans le pays du bénéficiaire en utilisant le taux réel du marché. Fini les frais cachés sur les taux de change ! Vous êtes informé par mail de chaque étape de la transaction (émission, prise en charge et réception). 
Azimo est un autre service en ligne qui propose une prestation identique à l'exception qu'il permet de mettre en relation les personnes via Facebook Messenger. Cette fonctionnalité permet de relier expéditeurs et destinataires (d'un transfert) via leur liste d'amis Facebook. Ils peuvent ainsi échanger rapidement leurs coordonnées bancaires et sont dirigés immédiatement vers l'application Azimo pour effectuer un transfert, le tout en quelques clics. 

 

Antoine Engels et Angélica Tarnowska (www.lepetitjournal.com/londres), le 14 mars 2017

PRATIQUE

* Rapport d'EY sur la confiance des consommateurs :
http://www.ey.com/Publication/vwLUAssets/ey-the-relevance-challenge/$FILE/ey-the-relevance-challenge-2016.pdf 

* Transferwise : https://transferwise.com/fr 

* Azimo : https://azimo.com/en/how-it-works 

 

 

 

 

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

ENVIRONNEMENT

Amazonie, le poumon vert de rage

Depuis plusieurs semaines, les incendies ravagent la forêt amazonienne dont 60% se trouvent sur le territoire brésilien. Lundi dernier, Sao Paulo se trouve plongée dans le noir en plein jour