Samedi 16 janvier 2021

Diego dans les mains de Dieu

Par Corentin Mittet-Magnan | Publié le 26/11/2020 à 13:24 | Mis à jour le 26/11/2020 à 13:30
Photo : Cadaverexquisito - Wikimedia Commons
hommage diego maradona

Diego Armando Maradona, dieu du football argentin, napolitain et mondial est mort hier soir à l’âge de 60 ans. Le gamin de Buenos Aires aura fait rêver des millions de fans de football pendant plusieurs décennies. Mais, s’il est considéré comme un héros dans son pays natal et comme un saint à Naples où il a connu le sommet de sa carrière, il aura laissé un souvenir contrasté, pour ne pas dire amer, en Angleterre.

Pour comprendre cette relation compliquée entre les anglais et le Pibe de Oro, il faut revenir aux années 1980. Le 22 juin 1986, l’Angleterre et l’Argentine s’affrontent à Mexico en quart de finale de la Coupe du Monde. Quatre ans plus tôt, ces deux nations s’affrontaient dans une guerre éclair pour le contrôle du petit archipel des Malouines dans le sud de l’Atlantique. Les deux mois d’affrontements se concluent par une défaite argentine  qui compte environ 650 morts et un millier de blessés. Les Malouines deviendront les Falklands et sont restées depuis sous contrôle britannique.

Les stigmates de cette guerre sont encore dans les têtes au moment du coup d’envoi de ce match, et Maradona écrit ce jour-là l’une des pages les plus importantes de sa légende. Peu après le début de la seconde période, l’argentin ouvre le score en marquant de la main. L’arbitre ne voit pas la faute et accorde le but. Non content de cette performance, Maradona inscrit quelques minutes plus tard ce qu’on appelle aujourd’hui le but du siècle. Il reçoit le ballon dans sa moitié de terrain et dribble quatre anglais avant de feinter le gardien.

En conférence de presse, à la fin du match il déclare avoir marqué son premier but « un peu avec la tête [..] et un peu avec la main de Dieu » consacrant l’expression désormais légendaire. Il ajoute également que cette victoire était « une revanche symbolique contre les Anglais » après la défaite militaire.

 

Pour ne rien rater de l’actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics !

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet