TEST: 2269

Tony, un héros de 6 ans, sur les traces de son idole Captain Tom

Par Marie Benhalassa-Bury | Publié le 25/05/2021 à 19:15 | Mis à jour le 26/05/2021 à 12:07
Photo : Evelina London - Twitter
Tony Hudgell le pouce levé avec un t-shirt de l'hôpital pour enfants

C’est le récit fabuleux que nous vous présentons aujourd’hui,: un enfant aux jambes amputées des suites de maltraitances infantiles, retrouve peu à peu l’usage de son corps et apprend même à marcher. Son inspiration ? Le Capitaine Tom Moore !

 

Le petit Tony, tout juste âgé de 6 ans aujourd’hui, n’avait auparavant jamais réellement trouvé la motivation pour apprendre à se déplacer en dépit de ses handicaps sévères. Ses parents biologiques l’avaient très horriblement battu, au point de lui causer des séquelles irréversibles, seulement quelques semaines après sa naissance. Ses parents adoptifs depuis 2016 ont alors tout fait pour l’encourager à marcher et à reprendre le contrôle de son corps meurtri, à son rythme et sans le brusquer puisque Tony était réticent. Mais c’était sans compter sur le miracle survenu l’an dernier : l’espoir retrouvé grâce aux vidéos virales de l’illustre Capitaine Tom Moore à partir d’avril 2020. Presque d’un coup d’un seul, le vétéran s’était enfin emparé de son déambulateur jamais utilisé jusqu’alors, prêt désormais à conquérir le monde !

Un vétéran devenu héros national en plein pandémie

Rappelez-vous le capitaine reprendre son déambulateur, décidé à parachever un objectif incroyable : 100 allers et retours de son jardin, (qu’il a d’ailleurs dépassés !). Le succès de cette opération le fit connaître de toute la nation, parvenant même à nous prodiguer un peu de baume au cœur; en pleine pandémie. Le jour de son centième anniversaire, 30 millions de livres furent récoltés pour le NHS ! Une merveilleuse histoire, de laquelle en a depuis découlé une autre.

Le déclic : Tony face aux vidéos des allers-retours

Tony regardait la télévision chez ses parents adoptifs, il était âgé de 4 ans à ce moment-là. Il s’exclame de joie devant le poste, à la vue du capitaine qui « comme moi, maman ! » use un déambulateur. Ce héros national lui permet donc de trouver cette motivation dont il avait tant besoin, jusqu’à la déclaration de Tony en juin 2020 « C’est Capitaine Tom qui m’a donné la force de le faire. Je l’ai vu marcher à la télé. Je me suis dit que moi aussi, je pouvais faire ça ! ».

Une inspiration devenue à son tour collecte de fonds

Ainsi, le jeune lauréat du prix intitulé Pride of Britain a lui-même récolté des fonds en faveur du domaine de la santé : à hauteur de plus d’1,3 million de livres ! Les fonds ont été reversés en faveur de l’hôpital pour enfants Evelina London, celui-là même où il avait été admis avant d’être recueilli par Paula Hudgell et son époux. Cette dernière a elle-même participe à la diffusion de cette aventure pas comme les autres auprès des différents médias, accompagnant notre jeune héros dans toute cette démarche. Une histoire incroyable quoiqu’aux prémices tragiques, dont la jolie fin nous avait alors fait sourire jusqu’aux oreilles.

La perte du capitaine

Le malheureux décès du vétéran avait néanmoins bouleversé Tony, qui se réconfortait alors avec sa petite peluche en laine à son effigie, tricotée par l’une de ses propres fans. Au cours des derniers mois de sa vie, le capitaine lui avait envoyé personnellement bon nombre de messages de soutien et d’admiration, que Tony se repassait en boucle, incrédule.

Notre courageux garçonnet ne s’est pas découragé pour autant. Il utilise désormais des prothèses de jambe, des béquilles, et enchaîne les challenges, avec toujours dans ses pensées feu le Capitaine : il a dernièrement marché 100 pas, et ce sans aide extérieure. Il s’est même déplacé un peu (filmé, qui plus est !) avec les mascottes du Gillingham FC, en guise de surprise destinée à le récompenser pour ses récents exploits.

 

Le petit Tony Hudgell marche avec les mascottes de Gillingham FC
Gillingham FC - Twitter

 

Qu’un enfant si jeune puisse déjà avoir conscience de tout ce qui a pu composer son existence, et qui, après un temps d’adaptation, soit parvenu à s’inspirer d’un personnage comme Sir Moore pour mener à bien une action caritative de telle envergure, ne peut que nous émerveiller.

Mais surtout, cette épopée nous montre que les minorités de ce monde, ici les personnes atteintes d’un handicap, ont réellement besoin de plus de représentation positive dans les médias pour à leur tour s’épanouir du mieux possible.

 

Marie Benhalassa - Journaliste Londres

Marie Benhalassa-Bury

Etudiante à Sciences Po Aix, curieuse de tout, ancienne expatriée à Brighton avant de rejoindre l'équipe de rédaction de Londres
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale