TEST: 2269

L’ancien directeur de la Barclays a échangé 1200 mails avec Jeffrey Epstein en 4 ans

Par Margaux Audinet | Publié le 15/11/2021 à 14:11 | Mis à jour le 15/11/2021 à 14:19
Photo : Flickr - Manuel Lopez
Jes Staley, ancien directeur général de la Barclays

Le rapport analysant les mails échangés entre Epstein et Staley a révélé la proximité de la relation entre les deux hommes et l’utilisation de mots indéchiffrables comme « blanche neige ».

 

De 2015 à 2021, Jes Staley était le directeur général de la banque britannique Barclays. Il y a deux semaines, il a été contraint de démissionner du fait de l’enquête portant sur ses relations avec Jeffrey Epstein. Lorsque Staley travaillait pour JP Morgan aux États-Unis, l’homme d’affaires en était client. Dans le cadre de l’affaire Epstein, les rapports entretenus entre les deux hommes pendant plusieurs années ont fait l’objet d’une enquête de la FCA (autorité de conduite financière) et de la PRA (autorité de régulation prudentielle).

 

Jeffrey Epstein et Jes Staley ont échangé 1'200 mails en l’espace de quatre ans

Le rapport se penchant sur les relations entre Epstein et Staley a détaillé le cache des mails qu’ils se sont échangés. En plus de mettre en lumière leur nombre plus que conséquent, il atteste selon le Financial Times de leur relation proche. Entre 2008 et 2012, de nombreux messages visaient à organiser des sorties ou à discuter de nouveaux articles. D’autre part, certaines expressions utilisées par les deux hommes sont indéchiffrables : on rencontre au travers de la lecture des mails le terme « snow white », c'est-à-dire blanche neige en français. L’enquête de la FCA et de la PRA a commencé en décembre 2019, alors que l’été précédent Staley se portait lui-même volontaire pour expliquer à la Barclays ses liens avec Epstein, lorsque les médias ont commencé à se pencher sur leur relation. Les deux hommes se sont rencontrés en 2000, lorsque Jes Staley a commencé à diriger la banque privée de JP Morgan s’occupant des clients les plus aisés. Ils se sont vus pour la dernière fois en 2015, lorsque le premier a utilisé son yacht pour visiter l’île privée caribéenne du second. Entre temps, Jeffrey Epstein a été accusé de solliciter de la prostitution de la part de jeunes femmes mineures. Le banquier lui a même rendu visite en 2009 en Floride, alors qu’il purgeait sa peine en placement à l’extérieur. Les raisons pour lesquelles Staley a coupé les ponts avec son ancien clients ne sont aujourd'hui pas réellement connues.

 

L’entourage de Staley se mobilise face à ses révélations

L’avocate de l’ancien directeur général de la Barclays s’est empressée de faire parvenir une lettre légale au Financial Times : « nous souhaitons préciser expressément que notre client n’a été impliqué dans aucun des crimes présumés commis par M. Epstein, et que des mots de code n’ont jamais été utilisés par M. Staley dans aucune communication avec M. Epstein, jamais ». La Barclays a, pour sa part, refusé de commenter les révélations faites ; mais la banque britannique a précisé que cette enquête ne concluait pas que Staley aurait eu connaissance des crimes commis par son ancien client. Le porte-parole de Jes Staley a précisé au Guardian qu’il « a l’intention de contester les conclusions initiales de l’enquête de la FCA et de la PRA. Il ne fera pas d’autres déclarations publiques à ce stade ».

 

Margaux Audinet - Journaliste Londres

Margaux Audinet

Etudiante à Sciences Po Aix curieuse et passionnée, je transmets cette flamme à travers mes écrits et photographies, au gré de mes aventures.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale