Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 0
  • 0

Royaume-Uni et Grèce : la discorde autour des frises du Parthénon

La position du gouvernement grec est claire depuis 40 ans, les frises du Parthénon réparties entre le British museum et le musée de l’acropole d’Athènes sont l'œuvre d’un “pillage” britannique et revient à “couper Mona Lisa en deux”. Dans l’objectif d’aboutir à un accord, le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis devait rencontrer Rishi Sunak le 5 décembre 2023, une rencontre annulée par le Premier ministre britannique qui a été remplacé par le vice-Premier ministre Oliver Dowden. En réaction, un froid diplomatique s’est installé, et le chef du gouvernement grec a affirmé sa déception lors d’un discours affirmant que «celui qui croit à la justesse et au bien-fondé de ses positions n’a jamais peur de se confronter aux arguments ».

Parthénon à LondresParthénon à Londres
Écrit par Daphnée Quentin
Publié le 4 décembre 2023, mis à jour le 5 décembre 2023

Les frises du Parthénon : une oeuvre coupée en deux

Les frises du Parthénon ont été construites au Ve siècle avant Jésus-Christ, et font désormais partie du patrimoine de l’Unesco. 

Depuis 40 ans, la Grèce revendique son droit à récupérer la seconde partie de la frise qui aurait été pillée lors de l’occupation ottomane. À l’inverse, le Royaume-Uni s’y oppose et y voit une vente légale effectuée en 1802. Si l’échange était discuté au début de l’année 2023, les tensions actuelles semblent avoir mis à mal ce retour en Grèce. 

Suite à la comparaison de la répartition des frises à une Joconde coupée en deux par le Premier ministre grec, Rishi Sunak a préféré annuler sa venue, une première dans l’histoire diplomatique entre les deux pays. 

 

Cravate Charles III
Crédit photo : AFP

Le roi Charles III : une prise de position vestimentaire ?

Lors de son passage médiatique à la COP28, le roi Charles III arborait une cravate, ainsi qu’un mouchoir aux couleurs de la Grèce. Les réactions se sont rapidement multipliées, les spectateurs pensant à une prise de position digne de la défunte Reine Elizabeth II. À l'époque, celle-ci avait prononcé le discours du trône vêtue d’un chapeau très similaire au drapeau de l’Union européenne, seulement un an après la conclusion du Brexit. 

Buckingham a finalement communiqué à ce sujet, affirmant que cette cravate faisait simplement partie de sa garde-robe actuelle, et qu’aucun message politique ne se cachait derrière cette tenue. Néanmoins, cela n’a pas apaisé les rumeurs qui persistent à y voir une prise de position.   

 

Pensez aussi à découvrir nos autres éditions

© lepetitjournal.com 2024