Mardi 25 janvier 2022
TEST: 2269

La Barbade prend son indépendance et retire à Elizabeth II son statut de chef d’État

Par Judith Chouzenoux | Publié le 26/10/2021 à 13:00 | Mis à jour le 26/10/2021 à 13:12
Photo : Steve Parsons - WPA Pool/Getty
la reine et la présidente de la Barbade

Elizabeth II s’apprête à perdre sa souveraineté sur La Barbade, l’un des derniers royaumes du Commonwealth. Le divorce constitutionnel intervient alors que le pays est sur le point de devenir officiellement une République indépendante.

 

Sous domination britannique pendant plus de trois siècles et indépendante depuis 1966, la petite île des Caraïbes s’apprête à tourner officiellement une page de son histoire en devenant une République dès fin novembre. Le divorce constitutionnel avec le Royaume a été annoncé dans un discours de rentrée du parlement local par la gouverneure générale de l’île, Sandra Mason, qui représente la Couronne anglaise. Mia Mottley, la Première ministre de La Barbade, s'est réjouie dans la presse locale : « Nous croyons que le moment est venu de prendre notre destin en main. »

 

Une République qui sera dirigée par une Présidente

The Barbados Advocate rapportait la semaine dernière que « la gouverneure générale Dame Sandra Mason » avait été « élue à l’unanimité par le Parlement pour devenir la première présidente de la Barbade. Une décision qui sera effective quand l’État deviendra officiellement une république, le 30 novembre 2021 » alors que le pays « célébrera également le 55e anniversaire de son indépendance. » Une journée symbolique qui s’annonce pour l’ancienne colonie britannique, qui restait jusqu’à hier encore un pays souverain de la Couronne. La Barbade s’apprête, après un demi-siècle, à dire enfin “bye, bye” à la Reine.

 

Tourner la page du passé colonial

Le processus intervient alors que de nombreuses ex-colonies britanniques s’interrogent quant aux séquelles laissées par la domination anglaise. La Présidente, tout récemment élue, s’est déjà exprimée sur le sujet. Elle a affirmé que l’heure était venue pour son peuple de « laisser [son] passé colonial complètement derrière [lui]. » Elle a également rassuré le monde sur les capacités de son pays à « s’autogérer ». Mais bien que le pays ait accédé à une pleine autonomie, il restera un membre à part entière du Commonwealth, une organisation intergouvernementale composée de 54 États qui sont, pour la plupart, d’anciennes colonies britanniques devenues indépendantes.

 

Elizabeth II reste la chef d’Etat de 14 nations en plus du Royaume-Uni

La Barbade n’est pas le premier pays ayant choisi de retirer à la Reine sa position de Chef d’Etat. Avant elle, l’île Maurice (1992), le Ghana (1960) ou l’Afrique du Sud (1960) l’ont déjà destituée de sa position. Pour d’autres nations comme l’Australie, la question a été rejetée suite à un référendum.

 

Aujourd’hui, Elizabeth II conserve sa position de chef d'État sur 14 territoires, en plus du Royaume-Uni, parmi lesquels les Bahamas, le Canada, Grenade, la Jamaïque, la Nouvelle-Zélande, mais également Salomon et Tuvalu. Pour l’île touristique des petites Antilles aux plages paradisiaques, ce pan de l’histoire se clôturera le 30 novembre prochain.

 

Judith Chouzenoux - Journaliste Londres

Judith Chouzenoux

Etudiante à Sciences Po Aix, spécialiste de pas grand chose, curieuse d’à-peu-près tout.
0 Commentaire (s) Réagir