Jeudi 15 avril 2021
Lisbonne
Lisbonne

Sines - L'hydrogène vert pilier de la transition énergétique

Par Alexandre Klein | Publié le 31/03/2021 à 00:27 | Mis à jour le 31/03/2021 à 01:02
Hydrogene


Le 18 février dernier a vu le dernier jour de production d'électricité de la centrale à charbon de Sines, au sud de Lisbonne. Après 35 ans de fonctionnement, le processus de désactivation des équipements a commencé, et pourrait prendre jusqu'à cinq ans. La fermeture de cette centrale s'inscrit dans un enjeu plus large, qui est celui du développement de la production énergétique à partir d'énergies renouvelables, en partie l'hydrogène vert.
 

La fermeture de la centrale de Sines s'inscrit dans un projet de transition énergétique

La centrale à charbon de Sines était une des plus importantes du pays. Créée en 1985, celle-ci produisait plus d'un tiers (34%) de l'électricité du Portugal en 1991 et 1992, avant de se maintenir au-dessus des 25% durant les années suivantes. La centrale a par la suite enregistré deux fortes baisses de production. La première en 2010 après un arrêt programmé, et en 2019, en raison des coûts élevés (prix du charbon, ainsi que les taxes carbone) mais également de l'augmentation de la production d'énergie à partir de sources renouvelables. En effet, la fermeture de la centrale à charbon de Sines devrait entraîner la construction d'un site de production d'hydrogène vert dans la ville portuaire.

L'hydrogène vert, qui désigne le dihydrogène produit à partir d'énergie renouvelable et nucléaire, est présenté par certains industriels et dirigeants comme un potentiel pilier de la transition écologique, notamment dans le cadre des transports (voiture, train ou encore avion à hydrogène), du stockage d'énergie ou de l'industrie. Cependant, l'hydrogène vert ne représente aujourd'hui que 4% des 8,8 mégatonnes d'hydrogène produites en Europe.
 

Les mesures gouvernementales et les enjeux de l'hydrogène vert

Le Portugal souhaite investir et capitaliser sur cette source d'énergie renouvelable. Le Plan de Relance et de Résilience (PRR) du pays, qui a été mis en consultation publique du 1er février au 1er mars 2021, prévoit 371 millions d'euros uniquement pour investir dans l'hydrogène et les énergies renouvelables. Cette somme devrait permettre de dynamiser la croissance économique ainsi que l'emploi, notamment par le développement de nouvelles industries. L'autre objectif est de réduire la dépendance énergétique du pays.

«Nous sommes toujours un pays fortement dépendant de l'extérieur. Plus de 80% de l'énergie provient de l'extérieur », a déclaré le 5 mars 2021 le Ministre de l'Environnement João Pedro Matos Fernandes, en faisant référence au pétrole ou au charbon. «Nous avions, il n' y pas si longtemps, environ 83% de l'énergie consommée venant de l´importation. Et aujourd'hui, nous en sommes à 74% ».
Le PPR prévoit également une somme de 715 millions d'euros de subventions pour la décarbonisation de l'industrie. Cette somme vise à décarboniser le secteur industriel et commercial et à promouvoir un changement dans l'utilisation des ressources, afin de contribuer à accélérer la transition vers une économie neutre en carbone. L'hydrogène vert a un rôle à jouer dans l'accomplissement de cet objectif, de part ses faibles émissions de CO2.
 

Le développement de l'hydrogène vert à travers une coopération avec d'autres pays

Afin de promouvoir le développement et la production d'hydrogène vert, le Portugal a commencé à coopérer avec d'autres pays. Le pays a ainsi signé un protocole d'accord avec les Pays-Bas le 23 septembre 2020. Celui-ci officialise le début d'un travail commun pour le développement et l'articulation des plans stratégiques des deux pays en matière d'hydrogène vert.

« Les deux pays se sont engagés à franchir une nouvelle étape dans leur ambition de contribuer au développement de l'hydrogène vert en Europe, c'est-à-dire de l'hydrogène obtenu à partir de sources renouvelables », soulignait alors le communiqué du ministère de l'Environnement. L'un des projets stratégiques de cette coopération est la création d'une infrastructure à grande échelle à Sines pour la production et l'exportation d'hydrogène vert.

Après les Pays-Bas, le gouvernement portugais a convenu d'un programme de coopération avec le Maroc, toujours afin de promouvoir le développement et la production de l'hydrogène vert. Les deux pays travailleront ensemble pour promouvoir cette énergie renouvelable, selon une déclaration commune signée le 2 février 2021 par les ministres de l'environnement des deux pays.

Dans le domaine de l'hydrogène vert, le Maroc et le Portugal pourront s'affirmer comme des pôles de compétitivité solides, grâce à leur fort potentiel pour l'installation de centrales solaires photovoltaïques. Celles-ci pourront fournir des électrolyseurs pour la production d'hydrogène vert, afin d'offrir une électricité bon marché.

La question du développement de l'hydrogène vert au Portugal sera donc centrale durant les mois et les années à venir et déjà des batailles d´ordre politique et financières sont en cours entre les divers acteurs nationaux et internationaux intéressés par le secteur de l´énergie ainsi que l´hydrogène, en particulier. L´objectif est que le pays réduise sa dépendance énergique, mais également de favoriser une transition énergétique propre.

 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir