Mardi 7 décembre 2021
TEST: 2262

"Comment vous sentez-vous en tant que femme en Turquie ?"

Par Lepetitjournal Istanbul | Publié le 08/03/2021 à 02:30 | Mis à jour le 08/03/2021 à 09:40
Femmes en Turquie

À l’occasion de la Journée internationale des femmes, lepetitjournal.com Istanbul/Turquie a souhaité donner la parole à ses lectrices qui résident en Turquie, et qui toutes, viennent d’ailleurs. Expatriées "classiques" pour certaines, en couple avec un Turc pour d’autres, franco-turques (belgo-turques etc.), toutes d’horizons différents, elles ont répondu à la question : "Comment vous sentez-vous en tant que femme en Turquie ?" 

 

C.L, 30 ans, secteur start up digitales, à Istanbul depuis 6 mois

"Heureuse et optimiste, dans un pays où tout semble possible, et où les projets fourmillent, n'attendant que les bonnes volontés pour fleurir."

Nathalie Ritzmann, 57 ans (dont 17 années en Turquie, Istanbul et Izmir) journaliste et photographe

"Je me considère comme moitié alsacienne et moitié turque et me sens vraiment chez moi ici en Turquie où je n'ai pas connu de problème en tant que femme."

Florence Heilbronn-Öğutgen, 60 ans, commerçante dans le Grand-Bazar, à Istanbul depuis 38 ans

"Être femme en Turquie ? Vaste programme ! Apprécier la courtoisie des Turcs mais lutter chaque jour pour s’imposer..."

Mandy Guerin, 32 ans, coiffeuse à Cihangir, à Istanbul depuis 7 ans

"Sécurité, bienveillance, partage et douceur. Voilà ce que je ressens en tant que femme dans mon pays d’adoption. J’ai le sentiment qu’il y a toujours un homme pour veiller sur nous ici. Ça peut passer par le chauffeur de taxi qui attend que vous rentriez chez vous avant de partir le soir ou alors le 'abi' qui est toujours là pour nous secourir en cas de besoin."

Françoise Özdilek, 62 ans, retraitée, Istanbul, en Turquie depuis 30 ans

"Après trente ans en Turquie, je suis toujours une femme française, souvent bien accueillie et appréciée, heureuse de vivre ici."

Pia Mallet, 30 ans, travaille en logistique, à Istanbul depuis 1 an et demi

"Intégrée & épanouie dans mon pays d'accueil."

Bérénice, 36 ans, universitaire et artiste, à Istanbul depuis 3 ans

"Au cœur/au creux des mers et des collines et des gens et des continents, je me sens à la maison."

Chantal Okan, 69 ans, retraitée, depuis 9 ans à Fethiye (la famille turque de mon mari demeure à Istanbul)

"Je ne peux que me réjouir d'avoir choisi de venir passer ma retraite dans ce beau pays qu'est la Turquie, vraiment aucun regret. Bien sûr comme partout rien ni personne n'est parfait mais d'une manière générale la vie est très agréable, les gens accueillants et la nature superbe ! On a la chance d'habiter entre mer et montagne et dans une région foisonnante en sites historiques qui comblent la curiosité. Encore beaucoup de régions authentiques à découvrir dès que la liberté nous sera rendue. 

Une heureuse expat' ;-)"

Anne Roussel, 37 ans, sans emploi, à Narlidere (Izmir) depuis presque 2 ans

"En Turquie je me sens entourée de chaleur, de couleurs, d’odeurs et de bienveillance. C’est un vrai bonheur."

Véronique S, 57ans, pâtissière française, à Ankara depuis un peu plus de 2 ans

"Je me sens en équilibre, non pas entre 2 cultures, mais entre 2 Turquies."

Gülay Öztürk, 26 ans, avocate à Izmir, en Turquie depuis 8 ans

"Ce n'est pas toujours facile d'être une femme en Turquie, et pourtant, malgré tout, j'aime ce pays car je me sens chez moi et je me sens vivre."

M.P.-E, 70 ans, historienne de l'art, plus de 35 ans en Turquie, à Ankara et à Istanbul

"En Turquie ou ailleurs, je me suis toujours sentie bien en tant que femme et j'ai toujours fait ce que je voulais. Mais je suis privilégiée et tristement consciente que de nombreuses femmes ici ou ailleurs ne peuvent pas en dire autant."

Danielle Theuillon, 74 ans, retraitée, Istanbul, en Turquie depuis 14 ans

"En tant que française de 74 ans, je me sens très bien en tant que femme en Turquie, on apprécie que je sois française et que je parle la langue du pays.  Je n'ai jamais subi le moindre affront, ni le moindre geste ou la moindre parole déplacée, il y a toujours eu de la courtoisie et de la bienveillance envers moi."

Alexandra Suadiyeli, 43 ans, femme au foyer, à Istanbul depuis 3 ans 1/2

"Chaleur et entraide à Istanbul. On ne se sent jamais seule ou en insécurité !"

Marie-Rose Koro, Conseillère des Français de Turquie, à Istanbul depuis 16 ans

"Merveilleusement bien à titre personnel, même si je sais que ce n’est, de loin, pas le cas pour toutes. Comme souvent, la solidarité et l’engagement s’imposent !!"

Gisèle Durero-Köseoğlu, 62 ans, professeur de français à la retraite, à Istanbul depuis septembre 1983 

"Femme, étrangère, professeur et écrivain, c’était le cocktail idéal pour être respectée et partout accueillie comme une reine en Turquie !"

H.B.-D, 34 ans, Conseiller littéraire et éditorial & relectrice, correctrice, rewriter, à Fethiye depuis 5 ans 

"Je me sens bien, chez moi, chanceuse ! Mais je suis aussi très consciente du chemin à parcourir, ici comme ailleurs, pour une meilleure reconnaissance des droits des femmes."

Sylvie Breton, 54 ans, sans activité professionnelle, Kadıköy/Istanbul depuis 3 ans et demi  

"(Je me sens)

Européenne sur la rive asiatique et dépaysée dans les quartiers historiques,

Anonyme dans la foule, respectée et en sécurité, 

Libre à vélo et en bateau, prudente voire méfiante en auto,

Marcheuse, vadrouilleuse et curieuse de découvrir toujours plus Istanbul…"

E.H, 44 ans, cadre, à Istanbul depuis 3 ans

"Beaucoup à faire, mais témoin de femmes et hommes engagés sur le terrain à la fabrique de l’égalité de genre." 

Selma Elise Numanoğlu, 38 ans, Guide-Conférencière, à Istanbul depuis 15 ans

"Être une femme en Turquie permet souvent d’être accueillie et traitée avec plus d’égards. La politesse, la gentillesse des Turcs semblent décuplées envers les femmes."

Daffa Konaté, 45 ans, fondatrice de Kelen, organisation d'événements artistiques et culturels dédiés à l'art contemporain d'Afrique, à Yeniköy/Istanbul depuis août 2015

"En tant qu'expatriée (j'insiste sur 'expatriée' car je considère que c'est un statut particulier), Istanbul représente pour moi un formidable compromis entre l'Occident et l'Afrique. Mais surtout, en tant que femme, Istanbul restera la ville où je suis devenue une heureuse entrepreneure."

C.D, 40 ans, économiste, à Istanbul depuis 6 ans, mariée à un Turc

"Je ne me suis jamais sentie si libre et moi-même que depuis que j'ai rencontré mon mari. Je ne veux pas que cela éclipse pour autant le fait que de nombreuses femmes turques souffrent de divers maux et qu'il est temps qu'on leur donne les moyens de véritablement se défendre contre toute forme d'oppression."

Eliza Pieter, 39 ans, enseignante en maternelle, depuis bientôt deux ans à Ankara, ceci est mon deuxième long séjour dans la capitale

"Je me sens ici chez moi, tout simplement."

Karen Nugent, 50 ans, chaîne d'approvisionnement, à Istanbul depuis 10 ans

"Bien ici en tant que femme. Il y a un élément patriarcal dans la culture, il faut juste savoir s’adapter parfois."

Catherine Trotin, 37 ans, entrepreneure & professeure, à Istanbul depuis 7 ans

"La Turquie est un pays fabuleux avec des paysages magnifiques et diversifiés et une histoire incroyable pour les amoureux de vieilles pierres et d’histoire comme moi. Ma curiosité et ma soif de découvertes y sont stimulées. Du point de vue business, quand on est une femme étrangère, c’est un pays très challenging mais très stimulant, surtout du point de vue de la créativité et de nouvelles idées."

Meriem Draman, 45 ans, conseillère en orientation scolaire (ancienne responsable de l'édition d'Istanbul lepetitjournal.com, pendant 5 ans), à Istanbul depuis 2003

"Turque par mariage, la Turquie est mon pays d'adoption et de cœur !"

Noémie Deveaux, 42 ans, photographe, à Istanbul depuis 7 ans et demi

"En tant que femme à Istanbul, je me sens bien, à l'aise. 
Et je ne me sens pas étrangère. Je suis d'ailleurs souvent prise pour une Turque, sauf à Sultanahmet où évidemment, je ressemble à une touriste. 

C'est toujours assez drôle de voir le regard confus des vendeurs à qui je réponds en turc quand ils m'ont interpellée en anglais." 

A.C, Istanbul

"Malgré parfois le sentiment dérangeant que l’égalité hommes/femmes en Turquie relève d’un plus grand défi, Istanbul est devenu un chez moi loin du mien, où je me sens acceptée, épanouie et valorisée à certains égards en tant que femme venue d’ailleurs."

Valérie Çağlar, 48 ans, gérante d’une entreprise (relocation des expatriés français à Istanbul), à Istanbul depuis juillet 2014

"Mariée à un homme d’origine turque né en France, à l’âge de 40 ans j’ai quitté la France pour m’installer à Istanbul, ville magique pour laquelle j’ai eu un vrai coup de foudre ! La Turquie est un pays de service où tout est fait pour vous faciliter la vie et certaines valeurs perdues en France y sont conservées et respectées.

Les Turcs nous ont accueillis chaleureusement et avec quelle bienveillance ! Je me sens épanouie, en sécurité, et n’ai aucun regret depuis mon départ !"

N.D, 30 ans, juriste, française expatriée à Istanbul depuis 1 an

"En Turquie je me sens libre de choisir la femme que j'ai envie d'être."

A.Ç, 43 ans, profession libérale, à Istanbul depuis 16 années

"Féministe"

 

Merci à vous toutes pour ces témoignages ! 

 

Nous vous recommandons
lepetitjournal.com istanbul

Lepetitjournal Istanbul

L'unique média gratuit et quotidien sur internet pour les Français et francophones de Turquie et d'ailleurs!
0 Commentaire (s) Réagir