Manifestation contre la nouvelle régulation turque sur les chiens errants

Par Lepetitjournal Istanbul | Publié le 10/01/2022 à 12:49 | Mis à jour le 10/01/2022 à 14:00
Photo : Des chiens errants à Üsküdar (rive asiatique d'Istanbul), @Jeff Leal
chiens errants Turquie

Des centaines de défenseurs des animaux se sont rassemblés dans le quartier Kadıköy (rive asiatique d’Istanbul) ce dimanche 9 janvier, appelant à la protection des chiens errants, après la publication d’une nouvelle circulaire le mois dernier, ordonnant aux municipalités de retirer des rues les chiens classés comme "dangereux".

Ce dimanche, les manifestants ont brandi des pancartes telles que "Où sont les chiens de notre quartier ?", "Liberté pour les animaux errants", "Les refuges sont des camps de la mort", ou encore "Les animaux errants ne sont pas sans propriétaire".

Une récente circulaire très contestée sur le ramassage des "chiens dangereux"

Le 27 décembre 2021, le ministère de l'Environnement, de l'Urbanisation et du Changement climatique a ordonné, via une circulaire envoyée aux gouvernorats et municipalités des 81 provinces du pays, le ramassage des chiens errants classés "dangereux" pour les emmener dans des refuges.

Selon la loi n° 7332 et le code pénal turc, les chiens de races : American Staffordshire Terrier, American Bully, American Pitbull Terrier, Dogo Argentino, Fila Brasileiro et Japanese Tosa, sont considérés comme "dangereux".

La circulaire enjoint aux autorités de procéder à des audits réguliers pour identifier ces chiens, rassembler ceux qui ne sont pas surveillés, et les conduire dans les refuges.

Une fois dans ces refuges, les animaux bénéficieraient d'une "réhabilitation" (traitement antiparasitaire, une stérilisation, la saisie de leurs données dans la plateforme numérique), comme prévu par la circulaire. Ce n'est qu'une fois "réhabilités" que les animaux pourraient être remis dans la rue.

La circulaire avait été publiée suite à une controverse suscitée par le président Recep Tayyip Erdoğan le 25 décembre dernier, appelant les "Turcs blancs"* à s'occuper de leurs chiens, après que deux pitbulls ont attaqué un enfant de 4 ans dans la province d'Antep (sud-est).

Selon les défenseurs des animaux, le président turc a surtout utilisé cet incident pour demander que les rues soient exemptes d'animaux. Fin décembre, la nouvelle régulation a fait polémique sur les réseaux sociaux.

 

Ce dimanche, les organisateurs de la manifestation ont déclaré que, depuis les propos du président turc, certaines municipalités torturaient les chiens errants et même les "enterraient vivants".

Les droits des animaux reviennent très régulièrement dans le débat public en Turquie. Le 9 juillet 2021, le parlement turc a voté une loi reconnaissant les animaux comme "êtres vivants", et déclaré les violences qui leur sont faites comme crimes punissables de 6 mois à 4 ans d’emprisonnement.

____________

(*) L’expression "beyaz Türk" est régulièrement employée pour désigner l’élite turque occidentalisée.

 

Sur le même sujet
lepetitjournal.com istanbul

Lepetitjournal Istanbul

L'unique média gratuit et quotidien sur internet pour les Français et francophones de Turquie et d'ailleurs!
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Istanbul !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Albane Akyuz

Rédactrice en chef de l'édition Istanbul.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale