Jeudi 9 décembre 2021
Édition Internationale
Édition Internationale
TEST: inter

Marie-Eve Richet : Clictaville permet «de redécouvrir la France avec un oeil d’expat»

Par Damien Bouhours | Publié le 25/10/2021 à 18:00 | Mis à jour le 26/10/2021 à 10:22
Photo : Marie-Eve Richet et son nouveau site Clictaville.com
Marie-Eve Richet et son nouveau site Clictaville.com

Marie-Eve Richet est une plume bien connue de nos lecteurs. Notre ancienne partenaire à Istanbul et à Shanghai est aujourd’hui de retour en France et lance un nouveau site : Clic ta ville. Cette plateforme s’adresse à tous les Français qui souhaitent quitter leur région pour une autre ville en France en leur apportant un maximum d’informations pratiques.

 

 

Comment vous est venue l’idée de Clic ta ville ?

Je suis rentrée en France fin 2018 après dix années d’expatriation à Istanbul et à Shanghai. Ce retour à Paris ne s’est pas fait dans des circonstances extraordinaires puisqu’il y a eu la crise des gilets jaunes, les grèves SNCF et puis les confinements. Pendant près de trois ans, nous n’avons pas pu profiter des avantages de Paris et ma cote d’amour pour cette ville était en berne. J’avais envie de redécouvrir la France avec un oeil d’expatriée, comme s’il s’agissait d’un nouveau pays. En dix ans, les villes françaises avaient également beaucoup changé.

 

La page d'accueil de Clictaville.com
La page d'accueil de Clictaville.com

 

Finalement, en sondant mon entourage, je me suis rendue compte que beaucoup de personnes quittaient Paris et se posaient des questions sur leur lieu de vie, en particulier des quinquagénaires en fin de carrière qui cherchent une troisième vie professionnelle ou en vue de leur retraite, mais également des jeunes qui cherchent un travail en province une meilleure qualité de vie.

 

Il y a une vraie tendance à la décentralisation en France, notamment suite aux différentes politiques territoriales menées par le gouvernement. Je voulais donc faire découvrir les atouts de ces villes comme j’ai pu déjà le faire avec lepetitjournal.com à Istanbul et à Shanghai, en faisant comprendre l’âme de ces villes. J’ai pour l’instant répertorié 133 villes, en particulier des villes moyennes de plus de 50.000 habitants.

 

Il y a un vrai redéploiement en régions, qui comble aujourd’hui le déséquilibre entre Paris et la province

 

Est-ce que le confinement a accéléré le mouvement de population en France ?

Le confinement a été un catalyseur. Le télétravail a également facilité ce phénomène. Des entreprises préfèrent ne plus avoir de locaux et développent le travail à distance ou bien quittent la région parisienne qui est trop chère. Il y a un vrai redéploiement en régions, qui comble aujourd’hui le déséquilibre entre Paris et la province. Il y a une grosse tendance pour l’ouest de la France : la Bretagne, la Vendée ou encore la Nouvelle-Aquitaine. Bordeaux est d’ailleurs la première ville créatrice d’emplois en France et attire beaucoup de Parisiens. Toutes les villes à plus ou moins deux heures de Paris en TGV sont très attractives.

 

Les Français souhaitent plus d’espace

 

Qu’est-ce qui motivent les Français à changer de ville ?

La principale raison est la recherche d’espace. Les Français souhaitent plus d’espace au sein de leur logement, avoir une maison, un jardin, mais aussi une proximité avec la nature et pouvoir sortir plus rapidement de la ville. Les Français ont envie d’une bouffée d’air frais. Ils recherchent aussi une ville qui a une offre culturelle intéressante.

 

Une recherche de ville cosmopolite sur Clictaville.com
Une recherche de ville cosmopolite sur Clictaville.com

 

Comment ont été constituées les pages par ville ?

J’ai réalisé une étude de marché et je me suis basée sur des baromètres réalisés par OpinionWay. Cela m’a permis de déterminer les critères des Français dans le choix d’une ville : la sécurité, le dynamisme économique, l'accessibilité en transports, la qualité de vie, le prix de l’immobilier ou encore les infrastructures scolaires ou de santé. J’ai également regardé les informations disponibles sur l’Insee et pu rajouter des informations intéressantes comme le pourcentage de maisons dans les villes. Et en pensant aux  expatriés de retour en France comme moi, j’ai attribué à certaines villes un indicateur cosmopolite. Ce label est attribué aux villes qui ont une ouverture vers l’international, que ce soit via la présence d’entreprises, d’écoles ou d’établissements étrangers ou accueillant des ressortissants étrangers.

 

J’ai également récolté plus d’une vingtaine de témoignages de mon entourage réseau et pour beaucoup certains des expatriés rentrés en France. Je souhaite par la suite développer davantage de contenus en rapport avec l’actualité locale et également des vidéos.

 

Un témoignage sur clictaville.com

 

Est-ce qu’il y a finalement des similitudes entre la mobilité nationale et une expatriation ?

Effectivement, comme pour une expatriation, il faut arriver quelque part en n’ayant pas d’idées préconçues. Lorsque l’on part vivre dans un nouveau pays, il faut éviter de le comparer avec ce qui nous est familier. Il en va de même lorsque l’on change de ville. Il faut prendre ce qu’il y a de positif et se débarrasser de ses réflexes.

 

Il ne faut pas fantasmer cette nouvelle vie

 

Quels sont les conseils que vous donneriez à quelqu’un qui souhaite changer de ville ?

Il faut bien réfléchir à ses attentes et ne pas se mentir ni fantasmer cette nouvelle vie. Il est important de s’y rendre plusieurs fois et à plusieurs saisons. Dans le cas d’une ville balnéaire, il est intéressant d’y aller en hiver par exemple. Pour bien préparer ce départ, il est possible de louer un bien pour quelques semaines pour se mettre dans les conditions d’un réel emménagement et d’un nouveau quotidien sur place.

Damien Bouhours

Damien Bouhours

Diplômé de sociologie à l'Université de Nantes et Tromsø (Norvège), il a vécu plus d'une décennie en Asie du Sud-Est (Laos et Thaïlande). Il a rejoint lepetitjournal.com en 2008 dont il est directeur éditorial et partenariats.
0 Commentaire (s) Réagir