Mardi 1 décembre 2020
Édition Internationale
Édition Internationale

Génération Z, un avenir post-Covid-19 compromis ?

Par Sandra Camey | Publié le 31/05/2020 à 12:00 | Mis à jour le 02/06/2020 à 16:35
génération Z covid19

Quelques temps avant la crise sanitaire, une fracture générationnelle était déjà soulignée par la génération Greta Thunberg. Tous égaux face à la maladie mais pas à ses conséquences, la Génération Z s’inquiète pour son avenir et celui de la planète.


Bien souvent, lors de crises, de guerres, de révolutions et de grands bouleversements historiques, émergent des phénomènes générationnels. Pour l’historien Jean-François Sirinelle, ce sont des « évènements fondateurs » qui touchent en priorité les jeunes, car leur potentiel de changement est bien plus élevé que leurs aînés. Entre la transition climatique, le slogan « OK, boomer » et les conséquences de la crise sanitaire, la fracture générationnelle plonge la génération Z, née entre 1997 et 2012, dans un futur indécis.

Tous égaux face à la maladie, mais pas à ses risques

L’âge étant le premier facteur de risque du Covid-19, les personnes de 18 à 40 ans ont 180 fois moins de risque de mourir de la maladie que les personnes âgées de 80 ans, a démontré l’étude britannique OpenSAFELY. Seuls 25% des jeunes de la zone EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique) ont déclaré craindre, pour eux-mêmes, d’attraper le coronavirus et 62% disent être surtout inquiets pour leurs proches, selon une étude réalisée par Vice Media.
 

L’école à la maison n’est pas donné à tout le monde

Le confinement a eu des répercutions sur l’apprentissage à la maison, creusant plus profondément les inégalités entre jeunes. Des enquêtes PISA avaient mis en avant que la France était le pays qui affichait l’écart de performances, entre les meilleurs et les moins bons élèves, le plus élevé des pays de l’OCDE. Florian Lascroux, Coordinateur Solidarité et Développement à l’International de l’Education, avait confié au magazine Le Café Pédagogique : « ce sont les enfants les mieux entourés qui ont le moins souffert de cette situation car ils sont plus autonomes et plus à l’aise avec les codes de l’école. »
 

Transformation du marché du travail

Le marché du travail, suite à deux grandes crises financières et une pandémie mondiale, n’annonce rien de rassurant pour les futurs diplômés et ceux qui essaient de rentrer dans la vie active. Stage, premier emploi et job d’été annulés, Florence Lefresne, directrice du Centre d'Etudes et de Recherches sur les Qualifications, partage à La Tribune : « les jeunes sont en position d'entrants sur le marché du travail et subissent à la fois les effets conjoncturels du rétrécissement des emplois en temps de crise et les changements structurels du marché du travail ».

Les chiffres sont alarmants. L’association pour l’emploi des cadres envisage une baisse de 65% des offres d’emploi pour les jeunes avec moins d’un an d’expérience. Pour Antoine Dulin, Coordinateur au sein de l'unité Solidarité et développement au siège de la Fédération l'International de l'Education, « on va avoir une chute attendue de 30% des contrats en apprentissage ». Florence Lefresne explique : « les entreprises recrutent des apprentis parce qu'elles voient leur intérêt de former des jeunes lorsque leurs carnets de commandes sont pleins. Qu'en sera-t-il s'ils sont vides ? »
 

generation Z covid19


Une génération qui pourrait révolutionner le monde ?

L’étude de Vice Media confirme que 44% de ces jeunes savent que le monde du travail sera bien différent de celui de leurs parents et que leur mode de travail devra évoluer. « Si les Milléniaux et les Zoomers se retrouvent en bas de l’échelle, à devoir satisfaire leurs besoins essentiels, peut-être vont-ils ressusciter les vieux débats sur la redistribution économique, l’emploi, la fiscalité et les inégalités ? » s’interrogeait Matthew Goodwin sur Courrier International. Pourtant ces générations n’ont pas attendu la crise sanitaire pour réclamer du changement. La lutte contre le changement climatique et la défense des droits des minorités étaient au coeur de leurs préoccupations avant la pandémie, symbolisées notamment par les marches pour le climat à travers le monde. Le rêve d’un autre monde où l'économie responsable serait la priorité, pourrait, comme ils le désirent, se mettre en route.
 

Le changement climatique, leur cheval de bataille

Le 5 novembre 2019, Chlöe Swarbrick, députée néo-zélandaise de 25 ans, défendait l’urgence de la lutte contre le réchauffement climatique devant le Parlement de son pays, lorsqu’un collègue plus âgé a hué son intervention. Pour faire taire cette contestation, elle a répondu « OK, Boomer ». Depuis, cette expression est devenue un symbole des jeunes générations, protestant contre les adultes, accusés d’avoir épuisé les ressources, détérioré la planète et dégradé le climat. Ce slogan traduit une fracture générationnelle se cristallisant autour de la question climatique. Greta Thunberg en est devenue la personnification. A 17 ans à peine, elle a déjà fait trembler le monde avec ses discours. A l’ONU, elle a ainsi déclaré : « Vous nous laissez tomber. Mais les jeunes commencent à voir votre trahison. Les yeux de toutes les générations futures sont tournés vers vous. Et si vous décidez de nous laisser tomber, je vous le dis : nous ne vous pardonnerons jamais ! Nous ne vous laisserons pas vous en sortir. Nous mettons une limite, ici et maintenant »
 

Une génération pessimiste ou réaliste ?

The Globe and Mail partageait le 29 avril le témoignage poignant d’une jeune Canadienne de 20 ans. Elle expliquait qu’elle ne comprenait pas les réactions de surprise et la déroute que cette crise a eu sur ses parents. Pour elle, « ce monde apocalyptique, effrayant, étrange, ressemble au monde auquel je me suis préparée à vivre toute ma vie. Un monde dominé par l’instabilité et le changement (…) où les catastrophes font partie du quotidien ». Entre fusillades de masse, montée en puissance du terrorisme et du populisme, catastrophes naturelles, prévisions alarmantes du climat, ils ont entendu « pour la première fois dans l’histoire de l’humanité » trop souvent. Toutes les normes établies par les générations passées se sont effondrées : « les traditions, les pratiques culturelles, (…) les gouvernements, le rôle des deux sexes et l’existence même de cette binarité » .


Cette génération est celle d’un monde d’après où tout n’est qu’incertitudes. La crise sanitaire a marqué à jamais le monde d’avant et celui d’aujourd’hui. La génération Z devra rattraper les erreurs passées tout en trouvant des solutions innovantes pour sauver ce qu’il reste de notre planète bleue. Malgré les nombreux obstacles sur sa route, la génération Z, plus inventive et dynamique que jamais, n’a pas pour moteur la peur mais l’espoir d’un monde meilleur.

92156619_221550398957456_3872276264203059200_n

Sandra Camey

De formation scientifique et journalistique, elle s'expatrie à Berlin où elle étudie la photographie et les sciences politiques du Moyen-Orient. Aujourd’hui en écriture de mémoire sur les politiques environnementales au Moyen-Orient
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

KRISS mer 03/06/2020 - 00:42

Eh bien oui mais il faudrait peut-être déjà avoir le courage de laisser juger par cette génération que peut-être « c’était mieux avant » car c’est quoi AVANT ? Simplement ce que vous dîtes « ..Toutes les normes établies par les générations passées » celles qui « se sont effondrées : « les traditions, les pratiques culturelles, (…) les gouvernements, le rôle des deux sexes et l’existence même de cette binarité » Un cadre qui selon un processus historique lent a façonné siècle après siècle le monde des humains, du Darwin quoi ! Non seulement tout ceci a été foutu en l’air depuis 30/40 ans mais impossible de remettre de quelconques normes car plus aucune connaissance de l’ AVANT, voire un dénigrement systématique, pour les laisser juger comment faire l’APRES Plus d’enseignement d’HUMANITES plus d’enseignement d’HISTOIRE DES HOMMES plus même un minimum de CULTURE GENERALE …des DIPLÔMES BIDONS pour tous, tout ce qui était par l’effort personnel simple exercice personnel de connaissance de l’autre etc..etc…Le bonheur individuel se fait comment alors si on ne se connait pas même soi-même dans l’effort et moins encore les autres ? Ainsi génération Z , comme zombie ; des êtres qui n’ont plus aucune base, des masses gélatineuses, des protozoaires qui avalent n’importe quoi sans mâcher par simple déglutition de pseudopodes en tout sens ! Cette canadienne a raison « monde apocalyptique, effrayant, étrange..) Un monde en mains de nouveaux Goebbels internationaux de la propagande ou Hide et Jekkil scientifiques experts COVID dont on ne saura jamais rien, où quand qui pourquoi comment ? Tout est pris par un pouvoir occulte si on n’y prend garde ! Les Z le verront-ils si les parents ne le voient pas? « Greta Thunberg .. a déjà fait trembler le monde …. » Or après ce tremblement vous avez vu le tsunami attendu vous ? Oui c'est le monde de la raison qui a de quoi trembler en effet quand ce système utilise des enfants et que justement plus personne ne se rende compte de la manipulation.

Répondre

Famille

Montreal Appercu

Mohamed Ghoul est toujours dans le rythme

Lauréat du prix éducation des Trophées des Français de l’étranger 2020 organisés par lepetijournal.com, Mohamed Ghoul continue de travailler auprès des personnes avec autisme via son programme APPROSH