Mardi 25 septembre 2018
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Lycées français : le combat marathon d’un réseau de parents d’élèves

Par Lepetitjournal.com International | Publié le 11/05/2018 à 08:00 | Mis à jour le 14/05/2018 à 13:49
collectif lycées français plainte AEFE

Le collectif « avenir des lycées français du monde en danger »,  formé par des parents d’élèves suite à l’annulation de 33 millions d’euros de crédit du budget de l’Agence pour l’Enseignement Français à l’étranger (AEFE ), passe la vitesse supérieure dans sa défense d’un service public de l’enseignement français à l’étranger.

Le groupe vient en effet d’enregistrer une plainte auprès de la Commission d’Accès Aux Documents Administratifs (CADA). Celle-ci concerne deux demandes de documents administratifs sur l'utilisation des contributions financières versées par les familles aux lycées français à l’étranger, soumises à Jean-Yves Le Drian et Bruno Lemaire. Demandes restées sans réponse, malgré le délai officiel d’un mois.

« Il y a beaucoup de flux financiers entre les établissements, l’AEFE et Bercy. Nous sommes en droit de savoir où va l’argent des parents », déclare Hassan Hassan, l’un des deux porte-parole du collectif. « Notre inquiétude est qu’une grande partie de ce qui est transféré à l’AEFE ne soit pas redistribuée aux lycées. Le silence observé en réponse à nos demandes peut laisser croire qu’on nous cache des informations », poursuit-il. 

Face à l’engagement d’Emmanuel Macron de doubler le nombre d’élèves des lycées français d’ici 2030,  le collectif, qui a multiplié au cours des dernières semaines les courriers et demandes d’audition à tous les niveaux du gouvernement et des représentants des Français de l’étranger, est dubitatif. « Quand on écoute les témoignages de notre réseau, que ce soit à Madagascar, au Liban, en Espagne, en Angleterre, en Amérique latine, on se rend bien compte que tout le monde grogne sans avoir de réponse claire », déplore Hassan. Prenant l’exemple de l’école française Pablo Picasso de Benidorm, antenne du lycée français d’Alicante menacée de fermeture imminente, le groupe de parents d’élèves entend bien défendre le modèle d’un service public de l’enseignement français à l’étranger. « Si on continue de sous-traiter à des partenaires, on va aller vers un système privé où on ne maitrisera plus rien », alerte Hassan. 

C’est dans cette optique que le collectif travaille à la finalisation de propositions pour un nouveau modèle de gestion des établissements, qui devraient être amplement diffusées avant les conclusions de la mission parlementaire menée par la députée Samantha Cazebonne. 

Après le lancement d’une pétition en ligne qui a recueilli près de 14.000 signatures, la plainte auprès du CADA est la deuxième étape d'un long combat. « La voie juridique sera le troisième stade », s’engage Hassan. « Les frais de scolarité constituent 60% du budget de l’AFE. Pourtant, les parents d’élèves n’occupent que deux sièges sur 28 au conseil d’administration. Ce n’est pas normal qu’on ne nous écoute pas ». 

2 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Marc mer 16/05/2018 - 14:45

A mon avis, ce combat est perdu d'avance. L'absence de réponse a la plainte au CADA est révélateur. La stratégie de l'AEFE est de baisser drastiquement le coût de l'enseignement a l’étranger pour le rendre comparable aux autres écoles internationales. Pour cela, il faut se débarrasser du statut des établissements en gestion directe pour les passer en établissement prive sous convention. Ce qui entraînera évidemment une forte augmentation des frais d’écolage.

Répondre
Commentaire avatar

Django jeu 10/05/2018 - 19:49

Vu que les syndicats paraissent tellement avides de defendre les parents d’élèves face à cette réforme, pourquoi ne commencent-t-ils pas par arréter de bloquer la participation des représentants des parents aux commissions techniques au sein de l’aefe?

Répondre

Education

Dubaï Appercu
ENSEIGNEMENT

ANGÉLIQUE MOTTE - Les clefs de l’école pour les parents

C’est la rentrée scolaire, avec son cortège de questions et d’inquiétudes, pas seulement du côté des élèves, mais aussi (surtout ?) chez les parents. La vie d’expat rajoute encore un peu de complexité

Retour en France

ASSOCIATION

Au secours, je rentre en France !

L’association France Retour Accueil organisait la semaine dernière son café de rentrée. L’occasion pour ses membres de se serrer les coudes dans une période de transition souvent délicate, le retour..

Sur le même sujet