Mardi 20 novembre 2018
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

La scolarité complémentaire internationale : garder un lien avec la France

Par CNED | Publié le 11/06/2015 à 09:45 | Mis à jour le 09/02/2018 à 07:31
publi

 

Mis en place en 2013, le dispositif « Scolarité complémentaire internationale » du CNED permet à tous les élèves de suivre un enseignement français, quel que soit sa nationalité. Cet enseignement un peu atypique fait ses preuves et rassemble aussi bien les enfants d’expatriés que les étrangers qui veulent découvrir la culture française.

cned Pour les enfants d’expatriés, la scolarité est une question de choix : s’ils souhaitent bénéficier d’un enseignement scolaire à programme français, la formation peut être suivie intégralement à distance avec le CNED. Sinon ils peuvent suivre une scolarité en présence dans un établissement conventionné avec le CNED qui utilise ses contenus.

Depuis la rentrée scolaire de 2013, tous les élèves hors de France peuvent prétendre à la scolarité complémentaire internationale, et ce, sans distinction géographique ou de nationalité. Idéal pour ceux qui ne peuvent fréquenter un établissement à programme français homologué et sont inscrits dans un établissement local !

L’objectif de cette formule est de permettre à ces élèves de suivre, en parallèle de leur scolarité, une formation complémentaire à distance en français et faciliter ainsi une éventuelle poursuite d’études dans le système éducatif français.

Disponible de la grande section de maternelle jusqu’à la terminale, cette formule de scolarisation complémentaire porte sur trois matières fondamentales, qui varient selon le niveau scolaire : français, mathématiques, histoire-géographie. 

Les élèves seront évalués au cours de l’année dans chaque matière au moyen de devoirs retournés aux correcteurs par internet ou par la voie postale

Un lien avec la francophonie

L’intérêt de la démarche tient dans la volonté de créer un lien avec la langue et la culture française pour les jeunes expatriés. En effet, plus d’un enfant expatrié sur deux ne fréquente pas les établissements français de l’étranger.

Le dispositif de scolarisation complémentaire international constitue également une réponse à la demande croissante des élèves étrangers attirés par le système éducatif français.

Cette formule est idéale pour faciliter l’expatriation : ainsi une famille peut s’installer plus aisément  dans une ville où il n’y a pas d’établissement français. Flexible, le dispositif offre un enseignement mieux adapté à la réalité des élèves et est assurément moins contraignant qu’une double scolarisation !

Inscrivez-vous dès à présent sur les pages Scolarité complémentaire internationale école, collège et lycée général du site du CNED.

cned

CNED

Le CNED, établissement public administratif sous la tutelle du ministère de l’Éducation nationale, propose son expertise dans le domaine de l’enseignement et de la formation à distance, quels que soient votre situation et vos objectifs.
0 Commentaire (s)Réagir

Installation

EXPATRIATION

Quelles sont les meilleures et pires villes où s'expatrier ?

Positionnée à la 67ème place sur 72 villes à travers le monde, Paris figure parmi les pires destinations de l’Expat City Ranking 2018 d’InterNations. Les 10 villes en tête du classement sont Taipei...

Famille

ADMINISTRATION - Ce qui va changer pour les jeunes français expats

Journée défense et citoyenneté, Identification nationale des Etudiants, numéro INSEE… Les jeunes Français de l’étranger ne reçoivent pas exactement le même traitement administratif que les autres. Sur

Patrimoine

Shanghai Appercu
FINANCE

ECONOMIE - Attention, ces transferts d’argent sont illégaux en Chine

En Chine, comme partout ailleurs, il est important de savoir quelles transactions sont considérées comme suspectes afin d’éviter de déclencher une enquête sur votre compte bancaire.

Retour en France

Nathalie Perakis-Valat, une âme d’artiste nomade

Parmi les belles rencontres de ma vie d’expatriée, il y a eu celle de Nathalie Perakis-Valat dont j’ai croisé la route à Shanghaï en 2013, puis furtivement à Singapour peu après. De retour à Paris...