Lundi 17 décembre 2018
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Le développement du plurilinguisme en question à l'Assemblée nationale

Par Lepetitjournal.com International | Publié le 08/10/2018 à 14:56 | Mis à jour le 09/10/2018 à 09:27
Photo : Parlementaires et experts débattaient du plurilinguisme à l'Assemblée samedi
plurilinguisme Roland Lescure

« Le monolinguisme sera l’illettrisme du 21ème siècle » Gregg Roberts

Samedi 6 octobre, à l’Assemblée nationale, le député des Français d'Amérique du nord, Roland Lescure, réunissait tous les acteurs qui s’intéressent au développement du plurilinguisme en France et à l’étranger dans un colloque intitulé : « le plurilinguisme : vecteur d’influence, d’attractivité et d’émancipation »

Devant plus de 200 personnes réunies en Salle Victor Hugo, la ministre Brune Poirson a introduit le colloque en rappelant « la volonté politique jamais égalée » de ce Gouvernement de développer le plurilinguisme en France ainsi que la promesse présidentielle de doubler le nombre d’élèves dans le réseau de l’apprentissage du français à l’étranger.

Dans la première table ronde, Gabriel Attal, député des Hauts de Seine et whip de la majorité à la commission Culture et Education à l’Assemblée, a insisté sur l’importance de développer les synergies entre le réseau à l’étranger et la formation des enseignants en France.

Fabrice Jeaumont, attaché d’éducation au consulat de France à New York et auteur du livre La Révolution bilingue a rappelé l’importance du rôle des parents et des diasporas dans le développement des écoles plurilingues ainsi que le lien entre ces initiatives souvent associatives et les pouvoirs publics.

Hamida Rezeg a annoncé l’ouverture de quatre nouveaux lycées internationaux d’ici 2021 en Ile-de-France afin de poursuivre les efforts d’attractivité du territoire dans un contexte de Brexit.

Dans la seconde table ronde, Samantha Cazebonne, Christophe Bouchard, Bruno Bodaerts et Pierre François Mourier ont esquissé les premières pistes de réflexion pour transformer l’AEFE et répondre à l’objectif présidentiel de doublement du réseau pour 2030.

Roland Lescure

Pour clôturer les travaux, le député Roland Lescure (photo) ainsi que l’ambassadeur du Canada en France ont rappelé ce que représente l’enjeu plurilingue dans le façonnement des identités.

Roland Lescure a notamment déclaré : « les écoles bilingues de Saint Germain en Laye, c’est formidable mais il faut également que cela se passe à Saint Denis» il a par ailleurs rappelé que « le talent francophone c’était Aznavour mais c’était aujourd’hui Chris(tine and the Queen) ou Big Flo et Oli. »

Une déclaration a été rédigée à l’issue du colloque proposant des pistes pour démocratiser le plurilinguisme en France et pour faire du Français une véritable langue globale. 

6 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

vnazaire mar 16/10/2018 - 20:59

Parlant et ecrivant quatre langues, dont trois langues majeures (le francais, l anglais et l espagnol), je peux affirmer que le plurilinguisme est possible et enrichissant surtout dans les rapports interpersonnels. Cependant, il existe toujours une langue de reference , celle qui nous sert d identification, possiblement deux quand les deux langues sont apprises et pratiquees des l'enfance. Des lycees ou ecoles secondaires bilingues sont a realiser pourvu que un temps de classe egal soit accorde aux deux langues : le matin une langue et l apres-midi la deuxieme langue.

Répondre
Commentaire avatar

Marie jeu 11/10/2018 - 09:27

N'oublions pas l'espagnol qui avec 440 millions de natifs est la langue la plus parlée après le chinois. Le bilinguisme, le plurilinguisme sont excellents pour développer l'esprit à condition de ne pas l'utiliser comme une arme politique.

Répondre
Commentaire avatar

Thonburiboy mer 10/10/2018 - 06:04

Tout à fait d'accord avec Pimoulle en ce qui concerne le terme anglais de “whip” (fouet): quel mal y aurait-il à parler de chef ou chef de file de la majorité même si ce mot est moins “coloré” que le vocable utilisé par les Anglo-saxons? Quant au plurilinguisme, c'est une nécessité impérative pour tout citoyen français. L'apprentissage d'au moins une langue étrangère est en outre un excellent exercice cérébral - d'aucuns disent même que cette activité retarde voir élimine l'apparition d'Alzheimer- qui permet d'élargir son horizon et d'ouvrir une fenêtre sur une autre culture.

Répondre
Commentaire avatar

kris mar 09/10/2018 - 23:57

Des faits pas des palabres svp!!! Je ne souviens au Kenya du discours de l’Ambassadrice du Canada de l’époque á l’occasion de la Fête Nationale du Canada. Discours tout en anglais ?? Yes mam! Quelques québécois se sont approchés d’elle ensuite de quelques mots en Français….elle ne comprenait pas! Ben ouai la représentante du Canada bilingue ne l'était pas! Ce n'est pas une blague! Alors pensez donc pour comprendre non seulement le Québécois mais la mentalité, la petite culture québécoise, sa façon de voir les choses etc etc.... dans laquelle la langue baigne depuis plusieurs siècles. Incroyable donc ici, que le Canada pays constitutionnellement bilingue Franco-anglais qui n’a pas même pu faire en sorte que le Québécois soit légal de l’Anglais dans toutes ses Provinces, vienne aujourd’hui dire au monde ce qu’il faut faire ? On n'a plus peur du ridicule ! Ce fourmillement de gugus de colloques et séminaires palabreurs ne sont-ils la plaie de notre époque ? Ne sont-ils toujours á côté de la plaque sur alors, cette question aussi? Ils discutaillent sur la nécessité de parler plusieurs langues ce qui est juste en effet mais ils ne disent rien sur le combat à mener contre la mondialisation qui n’en veut qu’une seule jointe à un nivellement culturel ce que les faits démontrent tous les jours. Non rien! Or là est justement la question. Les cultures sont en danger, les langues elles en font partie. Une langue quelle qu’elle soit n’est qu’un simple outil tout autant qu’un téléphone, rien de plus si on ne comprend pas qu'elle exprime sa culture et donc auparavant on doit faire en sorte que l'interlocuteur doit en connaître quelque peu pour ainsi comprendre ce qu'elle a á dire et pourquoi elle le dit ainsi . Dans la modernité matérielle d’aujourd’hui la question ne porte pas sur l’utilisation de l’outil « langue » mais de trouver le moyen d’exprimer à l’autre le fonds de ce que l’on dit et non la forme dans laquelle on le lui dit. La langue n’est que l’instrument expressif d’une culture et elle n’est rien si donc son enveloppe culturelle disparait. Or c’est ce qui arrive actuellement par ce culturel nivellement mondial anglicisé et encore il ne s’agit même plus de ce bel anglais mais d’un slang d’onomatopées ridicules. Or là est justement la question. Développer une langue sans aucunement faire d’abord largement connaître la culture dans laquelle elle a baigné, elle baigne et devra continuer à baigner est stupide. Ainsi assembler les petites matérialités des langues et ne pas voir l’énormité du nivellement culturel dû à la mondialisation qui va dans l’autre sens est simplement palabrer encore pour rien et le Canada est fort mal placé pour donner des leçons. Ainsi par boutade extrême, on pourrait dire que conserver la culture française en l’exprimant en anglais, en Russe ou en Chinois, peu importe pourvu qu'on la conserve pour le plus grand bien culturel des Français des Anglais et des Chinois. C’est une tout autre histoire or ce multilinguisme de façade dans une mondialisation criminelle n’en prennent pas le chemin. Ceci est un leurre de plus. Comment ne voient-ils pas que ce n'est pas de la langue dont il s'agit mais plus grave on déshabille le monde des cultures des Peuples qui fera que la langue individuelle de chacun d'eux disparaitra non seulement pour chacun d'eux mais aussi par manque de comparaison ne pourront former les valeurs culturelles des autres. Sans vouloir en voir l'aspect culturel d'abord ce multilinguisme lá participe á cuisiner une générale soupe verbale qui baignera dans une soupière mondiale culturelle en....... plastique. Or là est justement la question, alors ici en réalité on ne fait rien mais comme toujours, certains palabrent d'honoraires mirobolants pour cuisiner leurs intérêts personnels .

Répondre
Commentaire avatar

Pimoulle mar 09/10/2018 - 04:28

UN whip? Et qu'est-ce que cela, Monsieur, s'il vous plait? Il y a pluriinguisme et plurilinguisme. L'anglais, pour la FRance, ation europeenne, occcidentale et atlantique, est indispensable; l'allemand et l'italien aussi, car que serait l'Europe sans l'Allemagne et surtout l'Italie? Viennent ensuite le russe, langue de la Russie heritiere de l'orient grec et byzantin; et lenfin la Chine...

Répondre
Voir plus de réactions

Vos élus

Tout savoir sur les représentants des Français de l’étranger : les députés, les sénateurs, le secrétaire d’état et l'assemblée des Français de l’étranger.

voir plusZ

Circonscriptions

Tout savoir sur les 11 circonscriptions des Français de l'étranger : les pays, leur fonctionnement, les élus et les résultats des dernières élections

voir plusZ