Vendredi 14 décembre 2018
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

GLYPHOSATE - Le vote des députés des Français de l'étranger

Par Lepetitjournal.com International | Publié le 30/05/2018 à 11:54 | Mis à jour le 31/05/2018 à 17:34
glyphosate, députés français de l'étranger

Dans le projet de loi du ministre de l'Agriculture Stéphane Travert, voté mardi au Palais Bourbon, ne figure pas d'article sur le glyphosate. Ce pesticide est jugé cancérogène probable par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), mais "probablement non cancérogène" par l'Agence européenne pour la sécurité des aliments (Efsa). Le président Macron s’était pourtant engagé à interdire d’ici trois ans cette substance.

Une majorité des députés présents lors du vote a en effet rejeté cette interdiction. Sur onze députés des Français de l'étranger, dix d'entre eux, absents, n'ont pas pris part au vote. Le député des Français d'Amérique du nord, Roland Lescure, a voté contre l'interdiction. 

Samantha Cazebonne, députée de la 5e circonscription (Péninsule ibérique, Monaco) n'a pas voté mais a retweeté le message du député LREM Matthieu Orphelin. 

Les députés ont en revanche donné leur feu vert à des mesures pour réduire les pesticides (interdiction des remises, rabais et ristournes, encadrement de la publicité...). Ils ont aussi approuvé une extension du champ de l'interdiction des néonicotinoïdes, insecticides "tueurs d'abeilles".

 

"Je préfère la responsabilisation et la cohésion à la coercition"

(La position de vote et l'engagement de Roland Lescure)

Trop souvent passer par la loi permet aux politiques de se laver les mains d’un problème sans le résoudre en profondeur. Interdire le glyphosate d’ici trois ans, comme un couperet alors qu’une alternative n’a pas été trouvée à ce stade, mettrait le fardeau uniquement sur nos agriculteurs, qui sont déjà dans une détresse inédite. Alors que la France a réussi à baisser de 10 à 5 ans, l’autorisation de renouvellement du glyphosate en Europe, nous devons être exemplaire au niveau national : demander à l’ensemble des acteurs d’être responsables, de s’organiser pour établir des plans de sorties crédibles du glyphosate, et ensuite montrer la voie à l’Europe. Il faut responsabiliser, tout en respectant les engagements du Président de la République, et rester en phase avec les attentes des agriculteurs, des consommateurs et des intermédiaires.

Loin de moi l’idée d’être en faveur du glyphosate dans nos champs et dans nos assiettes mais l’esprit inédit de concertation de tous les acteurs menés depuis les États généraux de l’alimentation me paraissait incompatible avec l’interdiction dans la loi des phytosanitaires d’ici trois ans. 

De manière générale, je préfère la responsabilisation et la cohésion à la coercition. L’ensemble des acteurs (politiques, agriculteurs, industriels, chercheurs, etc.) ont toutes les cartes en main pour transformer l’essai. Stéphane Travert, Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, a dévoilé en avril son plan d’action pour réduire la dépendance de l’agriculture aux produits phytopharmaceutiques. Si les acteurs ne saisissent pas de cette opportunité, comme l’a dit notre Président de Groupe, Richard Ferrand, la loi sera inéluctable. Christophe Castaner, Secrétaire d'État chargé des relations avec le Parlement, a d’autant plus précisé qu’un groupe de travail va être mis en place pour surveiller cette transition : « La confiance n’exclut pas le contrôle ». 

En tant que président de la commission des affaires économiques, je suivrai de près cette transition et je veillerai personnellement à ce que son interdiction soit inscrite dans la loi si les acteurs ne font pas face à leurs responsabilités dans les 18 mois.

 

5 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Fabritz mar 17/07/2018 - 12:11

CQFD .. Celles et ceux qu'il fallait degager ... IL faut supprimer sans indemnites ces elus de l'etranger .. La noblesse des urnes doit etre purement et simplement et je le repete , purement et simplement eradiquee de la loi francaise.

Répondre
Commentaire avatar

Umechan jeu 31/05/2018 - 13:25

On peut comprendre que les députés de l'étranger ne se sentent pas vraiment concernés, comme une majorité de députés en France - à peine une centaine de votants - mais s'ils ont été élus, ce n'est pas pour dormir pendant les sessions, sur les bancs ou dans leur chambre...

Répondre
Commentaire avatar

petermach jeu 31/05/2018 - 05:59

10 deputes sur 11 onze absents pour le vote , une honte, a quoi servent nos impots , je considère que non seulement ils se moquent de leurs électeurs mais ils ont aucune conscience car il faut interdire l'empoisonnement de nos enfants et éviter les futures maladies collatérales générées par ces poisons . Je considère que ces députes cautionnent un empoisonnement criminel.

Répondre
Commentaire avatar

jeannot16 jeu 31/05/2018 - 05:37

1 deputé sur 11 Bravo,ils doivent avoir beaucoup de travail!!!!!!! entre les repas receptions Merci pour la représentation pauvre FRANCE

Répondre
Commentaire avatar

saintpaul mer 30/05/2018 - 14:02

ET la députée de la 5eme à voté quoi ? rien , je me demande a quoi elle sert . a part faire du vent ? Elle prend l'argent , et rien faire formidable, elle est formidable et médecin en +

Répondre

Vos élus

Tout savoir sur les représentants des Français de l’étranger : les députés, les sénateurs, le secrétaire d’état et l'assemblée des Français de l’étranger.

voir plusZ

Circonscriptions

Tout savoir sur les 11 circonscriptions des Français de l'étranger : les pays, leur fonctionnement, les élus et les résultats des dernières élections

voir plusZ
Sur le même sujet