Escapade fluviale : la magie du canal de Bourgogne

Par Raphaëlle Choël | Publié le 09/12/2021 à 17:45 | Mis à jour le 13/12/2021 à 10:57
Le canal de Bourgogne

Est-ce le confinement ou le temps de la maturité ? Une chose est sûre, découvrir la France par voie fluviale est une merveilleuse façon de reconnecter avec soi, dans le respect du slow life et de l’amour des rencontres authentiques, le tout en parfaite communion avec la nature. Aujourd’hui lepetitjournal.com vous embarque en croisière sur le canal de Bourgogne…

 

Le bateau pour la croisière

 

Dans de nombreuses régions françaises mais également en Europe, l’aventure Nicols permet de profiter de notre doux pays, à son rythme, le temps d’un week-end, d’une mini-semaine ou plus si affinités. Sur le canal de Bourgogne, la magie opère depuis la base nautique de Venarey-les-Laumes d’où l’on prend possession de son bateau. Une, deux, trois cabines selon le nombre de personnes à bord, on choisit un navire vintage ou dernier cri, avec cuisine équipée et des espaces de vie ultra-confort. Le voyage s’annonce prometteur : rapide tour du capitaine, ce bateau-péniche se pilote sans permis et on l’est accompagné tout le long du voyage par des éclusiers qui nous suivent à moto. Une eau apaisante, des couleurs superbes et tous les trésors du patrimoine de la Côte d’Or défilent devant nous : le charme est à son comble. Et si l’on aime les événements populaires, le ravissant village de Flavigny-sur-Ozerain (classé parmi « plus beaux villages de France ») est en effervescence pour les fêtes de la Saint-Simon (fin octobre) autour des habitants et producteurs de toute la région.

 

Les anis de Flavigny sur Ozerain

 

Flavigny-sur-Ozerain, un village et des anis

On passe la nuit dans un petit chalet à deux pas de la marina ou dans un hôtel un peu plus loin. Le soir, on tente l’Epoissette (pizza à l’Epoisse, le fameux fromage de la région) de la Fringale avant de se lever le lendemain matin pour une visite mémorable de l’abbaye de Flavigny-sur-Ozerain à 9 km de là. On se laisse guider par la beauté de l’architecture de ce village classé, la vue imprenable sur la vallée de l’Ozerain, et les effluves qui s’échappent merveilleusement de l’abbaye éponyme. Cette abbaye de moines bénédictins fondée en 719 et dont subsistent les vestiges de l’ancienne crypte carolingienne édifiée au IXème siècle est un petit bijou extrêmement bien conservé. Quant à la visite de la fabrique d’anis, c’est un trésor pédagogique et d’histoire extrêmement bien documenté et vivant pour tous les âges.

 

3000

 

La magnifique Abbaye de Fontenay

On arrive au port de Montbard au terme de trois heures de douce navigation et plus d’une demi-douzaine d’écluses ! On se dégourdit les jambes autour de la Cité de Buffon. Le parc de Buffon et l’église Saint-Urse, première église bâtie à Montbard au Xème siècle, seront une parfaite halte à travers les arbres et une végétation aux couleurs de saison.

Le lendemain matin on rejoint l’office de tourisme pour louer un vélo afin de rejoindre l’Abbaye de Fontenay le long du canal. Cette petite virée absolument charmante rendra toute la magie à ce lieu mythique. Fondée en 1118 par Saint-Bernard, l’Abbaye de Fontenay, propriété privée classée au patrimoine mondial de l’Unesco et « jardin remarquable » est l’un des plus anciens monastères cisterciens d’Europe. On y découvre, intacts, l’église, le cloître, la salle capitulaire et la forge, et le petit film présenté retrace très bien l’histoire du lieu.

 

Les forges de Buffon

 

Direction Buffon

Après un pique-nique champêtre, on regagne son navire en direction de Buffon, à deux heures de navigation. On se laisse bercer par la beauté du lieu, on se hasarde le long du canal et on gravit quelques marches pour admirer le magnifique prieuré de l’hôtel-restaurant « Le Marronnier ». Accueillis chaleureusement par Isabelle et Gary, on passe une soirée gourmande au restaurant du couple qui propose des spécialités locales telles que des escargots de Bourgogne, de la tête de veau ou un plus classique gravlax de saumon ou une aile de raie à l’estragon. On conclut par une délicieuse petite balade digestive avant de retrouver son navire amarré à quelques pas de là. La nuit sera douce au pied des Forges de Buffon, une somptueuse Grande Forge édifiée en 1768 par le célèbre naturaliste George-Louis Leclerc, comte de Buffon. A la demande du Roi, ce dernier entreprit de nombreuses expériences sur la fusion et le traitement des minerais de fer en Bourgogne, région de tradition sidérurgique, ce qui l’amènera à créer sa propre forge. Les bâtiments sont distribués sur deux niveaux, l’un regroupant les bâtiments industriels équipés de somptueuses roues en bois, l’autre intégrant les habitations, les jardins et la ferme.

 

Visite de Granges-Sous-Grignon

La prochaine halte se fera à Granges-Sous-Grignon au terme de plus de quatre heures de navigation. On y rencontre des hommes passionnés, heureux de partager un morceau de leur histoire personnelle et familiale. Au musée de la tuilerie des Granges, François Laurent nous fait découvrir la tuilerie de ses ancêtres, un lieu qui conserve encore toute l’âme du travail effectué par des amoureux de la terre cuite. Un musée-collection plein de vie, riche en histoires et en souvenirs ; on peut même y mouler sa propre brique selon les procédés d’antan. L’autre passionné, c’est André Mercuzot et sa collection personnelle d’outils oubliés. Une impressionnante série de près de 2000 outils où le bisaiguë du charpentier et le boutoir du maréchal n’auront plus de secret pour ses visiteurs. On écoute, on découvre et on se régale des mille anecdotes que l’homme des lieux a dans sa besace.

 

Le château de Bussy-Rabutin

 

Le MuséoParc Alésia et le Château de Bussy Rabutin

En fin d’après-midi on rejoint Venarey-les Laumes en une trentaine de minutes de navigation. Le lendemain, après avoir rendu les clés du navire, on enfourche son vélo depuis la boutique Venarey Cycles située juste derrière la base nautique et on se dirige en un petit quart d’heure le long du canal jusqu’au MuséoParc Alésia, une superbe mise en scène adaptée à tout public faisant mémoire à la guerre sanglante opposant Gaulois et Romains. En plus de l’installation du bâtiment principal, on peut également visiter les vestiges de la ville gallo-romaine d’Alésia ainsi que la statue de Vercingétorix érigée par Napoléon III. Enfin, après un rapide déjeuner au Carnyx à l’intérieur du MuséoParc Alésia on se dirige vers le Château de Bussy-Rabutin à 7 km de là. Encore un somptueux voyage dans le temps et dans l’histoire de la vie du maître des lieux, le comte Roger de Rabutin, cousin de Madame de Sévigné. Un homme plein d’esprit passionné par la littérature, l’amour et des rencontres qui ne l’auront pas épargné. Le mystère plane, la suite vous sera contée avec emphase et élégance … au château !

 

 

Les points de visite le long du Canal de Bourgogne

Où se restaurer ?

Où dormir ?

  • Camping & chalets privatifs pouvant loger 6-8 personnes (à deux pas de la base nautique) : rue du Docteur Roux 21150 Venarey-les-Laumes 03 80 96 07 76.
  • Hôtel et chambres de charme au Prieuré : Le Marronnier : 03 80 92 33 65 / 06 11 95 18 94 – 21500 Buffon Lemarronnier.buffon21500@gmail.com

 

Que rapporter du Canal de Bourgogne ?

  • Les anis de Flavigny aux nombreux parfums, boîte à biscuit, puzzle, plateau, mug
  • Les liqueurs apéritives à base d’orange, de miel ou de clémentine de Christine Borderie : auxportesdelacacia@gmail.com / tél : 06 03 04 19 78
  • Les délicieux fromages de chèvre de Justine Prévotat, qui a ouvert sa chèvrerie à Boux-sous-Salmaise que l’on peut visiter. lachevreriedelodyssee@gmail.com / tél : 06 79 92 24 54
  • Le caramel au beurre salé : un goûter à la ferme de Gaec de Blessey à Source-Seine / tél : 03 80 35 06 62.
Sur le même sujet
raphaelle choel

Raphaëlle Choël

Journaliste globe-trotteur, auteure d’ouvrages et coach, Raphaëlle a été collaboratrice régulière des éditions de Londres, Shanghai, Singapour, Tel Aviv, Manille et de nos pages Mag. Elle y nourrit généreusement nos colonnes de ses portraits inspirants.
0 Commentaire (s) Réagir
Dans la même rubrique
À lire sur votre édition internationale