Jeudi 19 septembre 2019
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Les énergies renouvelables françaises à la conquête du marché mondial

Par Justine Hugues | Publié le 19/06/2019 à 09:26 | Mis à jour le 19/06/2019 à 11:25
énergies renouvelables entreprises françaises

Speed dating ambassadeurs étrangers/entreprises françaises, feuille de route stratégique, développement de la finance verte…Le quai d’Orsay multiplie les actions pour « vendre » l’expertise hexagonale en matière de transition énergétique. 

 

« Le développement massif des énergies renouvelables et une solution réellement envisageable » assure Caroline Malaussena, directrice de la diplomatie économique au Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères. Le 11 juin dernier à l’hôtel du Ministre, la diplomatie française mettait les petits plats dans les grands. Objectif : séduire les représentants de plus d’une cinquantaine d’ambassades étrangères, à grand renfort de power-points et rencontres bilatérales avec la crème de l’industrie énergétique verte.  

 

« Nous vivons sur le modèle ancien »

 

Pour le ministre Jean-Yves Le Drian, « nous n’avons pas pris la mesure des conséquences stratégiques et politiques de la transition énergétique : nous vivons sur le modèle ancien ». Le coup d’arrêt récent porté au développement des énergies renouvelables dans le monde compromet la réalisation des objectifs fixés par l’accord de Paris. Des secteurs tels que le chauffage et le transport sont à la traîne dans la décarbonisation, tandis que de fortes inégalités persistent entre les leaders de la transition énergétique –la Chine produit près de 30% des énergies renouvelables – et plus de 800 millions de personnes n’ayant toujours pas accès à l’énergie, dont la grande majorité en Afrique subsaharienne. 

 

Face à de tels enjeux, les entreprises françaises sont prêtes à carburer. Elles trouvent aujourd’hui dans l’Etat français un partenaire de taille pour vanter leurs mérites hors des frontières hexagonales. 

 

Des entreprises françaises innovantes

 

« Le mouvement des gilets jaunes n’a pas freiné la volonté française d’accélérer la transition écologique, défend Brune Poirson, secrétaire d’Etat à la transition écologique et solidaire. En France, le secteur des énergies renouvelables emploie 150.000 salariés et représente un chiffre d’affaires de 23 millions d’euros ». 

 

Innovation, performance, adaptabilité : près de 70 PME, ETI et grands groupes français ont pu mettre en avant leurs atouts lors de rencontres bilatérales inédites avec les représentations étrangères, à l’image des rencontres entre les ambassadeurs français en poste à l’étranger et des entrepreneurs français, qui ont lieu chaque veille de rentrée. 

 

Akuo Energy a, par exemple, présenté ses serres photovoltaïques anticycloniques,  déjà déployés sur quelques territoires insulaires, tandis qu’Ideol a mis en avant le succès de ses éoliennes flottantes au large des côtes japonaises. Au registre des solutions moins connues, Ciel & Terre développe le solaire flottant sur lacs artificiels, qui permet de résoudre le problème de la disponibilité foncière tout en étant à proximité du réseau des utilisateurs. Une solution qui pourrait être développée à grande échelle sur le continent asiatique, et investir prochainement l’espace marin côtier. L’entreprise Mascara Renewable Water a quant à elle, mis au point un système de déssalement solaire, pour produire une grande quantité d eau potable sans émission de gaz à effet de serre.  

 

A côté des initiatives de production, le stockage et la mise en réseau ne sont pas en reste. « Aujourd’hui, la production est déphasée avec la consommation, cela freine le développement d’outils déjà installés », observe Olivier Baud d’Energy Pool, tout en appelant au développement de solutions de financement, en dehors des seuls achat et mise en place d’installations. 

 

 

« Leur donner les moyens d’avoir un coup d’avance »

 

« Ce ne sont plus les recettes fiscales qui doivent financer la transition écologique », estime Brune Poirson. Entre feuille de route pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 et outils financiers (garanties, crédits export, assurance prospection) visant à faciliter les investissements dans les énergies renouvelables, l’Etat français entend bien « donner aux entreprises françaises les moyens d’avoir un coup d’avance » sur le marché international, actuellement dominé par le géant chinois et les Etats-Unis. 

 

En Afrique de l’est, au Moyen Orient et en Indonésie, trois « clubs » français des énergies renouvelables ont été créés. Leur mission : informer les entreprises sur les opportunités du secteur de la transition énergétique à l’étranger, permettre une plus grande synergie entre acteurs et un accès facilité aux autorités locales. « L’intérêt de nos filières pour le marche de l’exportation concorde avec celui de nombreux pays pour accélérer la transition énergétique », note Jean-Louis BAL, président du Syndicat des Énergies Renouvelables. « Le temps d’un sursaut collectif est venu » conclut Jean-Yves Le Drian. 

Nous vous recommandons

Justine Hugues

Justine Hugues

Après avoir travaillé 8 ans dans l’aide humanitaire et au développement (en Amérique Centrale, République Dominicaine et Birmanie) elle s'est reconvertie dans le journalisme avec l'ESJ Pro. Elle fait aujourd'hui partie de l'équipe de rédaction à Paris.
0 Commentaire (s)Réagir

PVT/VVT

PVT, VVT, WHV…Tous ces termes regroupent un ensemble de visas temporaires qui permettent à leurs détenteurs de voyager et travailler dans certains pays étrangers.

voir plusZ

VIE/VIA

Le volontariat international en entreprise (VIE) vous permet, sous certaines conditions, d'exercer une mission d'ordre scientifique, technique, commercial etc. dans une entreprise française à l'étranger.

voir plusZ
Sur le même sujet