Lundi 21 mai 2018
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

PSYCHO - Les extravertis sont de meilleurs candidats à l’expatriation

Par Lepetitjournal.com International | Publié le 19/04/2018 à 18:20 | Mis à jour le 19/04/2018 à 18:25
psychologie expatriation

Une étude américaine montre que certains traits de personnalité, et en particulier l’extraversion, la stabilité émotionnelle et l’ouverture, permettent l’identification des profils les plus aptes à l’expatriation.

Y a-t-il un profil type d’expatriés qui réussissent ? C’est ce que tend à prouver l’étude de la Florida Atlantic University. Les expatriés rencontrent parfois des difficultés à s’adapter à un environnement nouveau, ce qui impacte leur bien-être, leur équilibre vie professionnelle/vie personnelle. Cela peut mener à des échecs professionnels, à des retours précipités dans leur pays d’origine. Les investissements en capital humain des entreprises peuvent ainsi se révéler peu efficaces, un véritable enjeu à l’ère de la globalisation.

En s’appuyant sur les données statistiques issues de plusieurs travaux universitaires récents, des chercheurs de la FAU ont déterminé les caractéristiques psychologiques des expatriés afin de comprendre ce qui favorise le succès d’une expérience à l’étranger. Ils ont notamment étudié l’impact des Big Five, les cinq traits centraux de la personnalité, sur la capacité d’adaptation à l’international : l’ouverture, la stabilité émotionnelle, la conscienciosité – c’est-à-dire le degré de rigueur, d’organisation et d’autodiscipline d’un individu, l’extraversion (tendance à rechercher la compagnie des autres) et l’agréabilité (facilité à se montrer gentil, avenant). Oh surprise ! Il en ressort que les extravertis, ouverts d’esprit et émotionnellement stables s’intègrent mieux dans leur mission et dans leur pays d’accueil.

Parce qu’ils recherchent la compagnie des autres, les extravertis sont mieux armés que les introvertis pour s’expatrier notamment pour construire un nouveau réseau, professionnel ou amical. La stabilité émotionnelle joue également un rôle clé. Cela permet de gérer le stress lié à la mobilité, à l’immersion dans un environnement et une culture nouveaux, parfois déstabilisants. Pour eux, le choc culturel est moins violent, l’adaptation est donc plus rapide. Faire preuve d’ouverture facilite la compréhension de comportements différents et permet une meilleure tolérance.

Michael Harari, Ph.D., co-auteur de l’étude, estime que les entreprises devraient réfléchir à expatrier en priorité des individus qui réunissent ces trois critères de personnalité. Il suggère la mise en place de tests de personnalité pour éviter un trop grand turnover et l’echec de missions à l’étranger.


L’étude a été publiée dans le Journal of Occupational and Organizational Psychology

Nous vous recommandons

1 CommentairesRéagir
Commentaire avatar

ipsette lun 23/04/2018 - 12:53

Je ne partage pas les conclusions de l'étude de la Florida Atlantic University, au sujet des traits de la personnalité permettant une meilleure aptitude à l'expatriation. Lors de ma première année d'études à l'université d'Oxford, j'ai mis un "point d'honneur" à couper tous les ponts avec la communauté française locale. Je me contentais de parler français à une jeune bretonne travaillant dans l'unique boulangerie française, pour lui acheter mon croissant quotidien. Elle, elle avait le mal du pays, et avait pris 15 kg en quelques mois, pour le plus grand désespoir de sa mère ! Et moi, je m'étais transformée en MUSCLOR, sous l'effet de l'entraînement quasi quotidien à l'aviron. On était à la période de la "vache folle", alors j'étais en plus végétarienne ! Pendant ma deuxième année d'études, j'habitais à 2 pas de la Maison Française, une "niche à thésards", mais se retrouver entre français, ça n'était pas mon truc. Dire qu'à l'époque, il y avait encore quelques colleges réservés uniquement aux étudiantes ! Par une erreur administrative, j'ai été envoyée vers un collège scientifique, très masculin, puisque nous n'étions que... 5% d'étudiantes parmi les thésards... Ce qui était dur aussi, c'était le suivi médical, puisque contrairement à la loi, le médecin du collège m'a affirmé que je n'avait pas le droit d'être suivi par le médecin de l'ambassade de France à Londres. Et que mon cas était complexe, et que j'aurais donc besoin d'être suivi par lui, à son cabinet PRIVE ! "L'argent est le nerf de la guerre".... du coup, on se débrouillait entre étudiants : je décrivais mes symptômes à une étudiante voulant devenir infirmière, elle sortait avec un étudiant en médecine, qui savait de quel traitement j'avais besoin, et où ils étaient stockés à l'université. Et en échange, je rédigeais un CV en français ! Ce que j'ai pu en rédiger comme CV ! et importer aussi de France, des antibiotiques pour les étudiantes qui souffraient de cystites ! Il n'y avait que DEUX téléphones dans ce collège, et 3 étudiants faisaient la queue derrière moi, chaque fois ! Le courrier (notamment les plaquettes de chocolat) mettaient 3 semaines à arriver, alors qu'à Hong Kong, je recevais le courrier en 48 heures, et il était livré jusqu'à 5 fois par jour à la Poste Générale, en face de laquelle je travaillais ! Ce qui m'a manqué le plus à Hong Kong, c'est l'aspect culturel, l'absence de musées, et que tout soit limité à l'ascension sociale. Pas d'ISF, mais pas de culture non plus, et pour moi qui ai fait les grandes écoles, c'était un "grand pas en arrière pour l'humanité". J'en profite pour saluer la Librairie Parenthèse (quartier "CENTRAL") qui n'est pas oubliée par le ministère des Affaires étrangères, puisque nous pouvons y acheter tous les quotidiens français au même prix qu'en métropole. Des écrivains viennent souvent y dédicacer leurs livres, et c'est par cette librairie que les élèves doivent commander leurs livres scolaires. Signé : un "parapluie jaune". Comme un accident tout bête est vite arrivé, je vous conseille hautement de prendre une bonne assurance rapatriement, et sachez que les postes sont chers à HK, nous sommes très peu de français (donc tout le monde se connait très vite). A souligner, l'excellente initiative du Consulat de France, qui a un délégué "semi-officiel" par quartier. Vous ne serez jamais seul dans un moment de doute, ni aux fêtes de Noël. Trouver un dentiste, un généraliste ? c'est à votre référent-délégué qu'il faudra le demander, et il saura vous répondre, puisqu'il sera passé par là !

Répondre

Actualités

ECONOMIE

Comment se porte le « made in France » ?

Acheter et produire en France ? C’est possible, et même rentable pour une flopée de petits industriels qui ont fait du patriotisme économique leur marque de fabrique. Pour autant, le « made in France 

Coaching

COACHING

Peut-on rebondir après un burn-out ?

Mea Culpa. Mon erreur première a été de confondre identité et métier. Ayant été très bonne élève pendant mon enfance, il a pendant longtemps été attendu que je fasse une carrière digne de ce nom

PVT/VVT

PVT, VVT, WHV…Tous ces termes regroupent un ensemble de visas temporaires qui permettent à leurs détenteurs de voyager et travailler dans certains pays étrangers.

voir plusZ

VIE/VIA

Le volontariat international en entreprise (VIE) vous permet, sous certaines conditions, d'exercer une mission d'ordre scientifique, technique, commercial etc. dans une entreprise française à l'étranger.

voir plusZ