Lundi 24 septembre 2018
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Julie Bourgeois, l’épanouissement professionnel à Hong Kong

Par Skema/Alumni | Publié le 12/09/2017 à 00:00 | Mis à jour le 07/09/2017 à 12:07
PML - General Manager Julie Bourgeois High Res

 

Depuis presque 10 ans, Julie Bourgeois vit à Hong Kong, un environnement aussi dynamique et concurrentiel où elle a multiplié les expériences professionnelles réussies. Elle est aujourd'hui General Manager au sein du Groupe hôtelier Peninsula. Elle nous raconte avec enthousiasme son parcours ainsi que les clés de son succès et de son équilibre.

Skema AlumniEN PARTENARIAT AVEC SKEMA ALUMNI

 

Lepetitjournal.com : En quoi votre parcours professionnel doit-il tant aux orientations que vous avez prises lorsque vous étiez étudiante en école de commerce à Skema à Nice ?

Julie Bourgeois : Je suis une Skema junkie ! Mes parents n'avaient aucun réseau particulier en entreprise. Le fait d'intégrer Skema, de découvrir la vie associative m'a ouvert toutes les portes. J'étais présidente d'Avenue Montaigne, l'association mode de l'école. Nous avons organisé un défilé de mode au Palm Beach à Cannes qui appartient au groupe Partouche. J'ai ainsi rencontré le directeur marketing du Groupe qui m'a proposé de lancer le programme de fidélité à ses côtés durant mon année de césure.

Une loi venait de passer qui demandait l'identification des clients pour protéger les mineurs et les interdits de jeu. Notre carte de fidélité garantissait à la fois l'identité des personnes qui fréquentent les casinos et permettait aussi de cumuler des points lors du jeu afin d'obtenir des avantages. Cela nous permettait de nous distinguer de la concurrence. Pendant un an, j'ai sillonné les casinos du réseau. Cette expérience unique m'a beaucoup formée, notamment sur le plan humain et marketing.

J'avais alors 23 ans, peu de certitudes mais une véritable envie de découvrir le monde. J'ai rempli un dossier pour faire un échange universitaire à Hong Kong (université HKUST) sans vraiment savoir ce que j'allais y trouver mais avec de l'appétit et de l'ouverture d'esprit. Je suis arrivée en Asie le 14 janvier 2008 et ce fut « Love at first sight » pour cette ville. J'admire l'humilité des Hongkongais, leur capacité d'accueil et leurs valeurs de la famille et du respect.

Leur culture est très différente de la nôtre mais si on la respecte et que l'on fait un effort pour les comprendre, c'est la source d'une expatriation non seulement réussie mais heureuse.

Après votre diplôme, vous êtes restée en Asie...

Oui ! J'ai été prise en stage de fin d'études à la Chambre de commerce de Hong Kong au sein du département responsable des « memberships », initialement pour 3 mois. Je suis restée 3 ans à sa direction. Mes objectifs consistaient à recruter des nouveaux membres et à créer du networking en favorisant les opportunités de business. A partir de 2008, la population française n'a cessé d'augmenter à Hong Kong, ce qui a fait - et continue de faire - de ce réseau l'un des plus dynamiques de la place.

Par le biais de ces rencontres, j'ai eu par la suite une belle opportunité chez IWC, Groupe Richemont : je n'ai pas eu besoin de réfléchir, j'allais rejoindre l'univers du luxe et surtout celui du retail. Et vous savez qu'à Hong Kong, c'est « All about retail ! », LE secteur par excellence.  

Puis très vite, Nespresso m'a approchée pour me proposer un poste de directeur commercial. Impossible de refuser ! Nespresso est une très belle marque et un produit qui fonctionne très bien en Europe. C'était top de comprendre et d'adapter l'image de cette marque aux besoins des clients locaux qui n'ont pas la culture du café. Faire un capuccino, pourquoi pas, mais dans ce cas il faut du lait de soja ! En Asie, le café est bu dans 80% des cas avec du lait. Les défis majeurs consistaient à réadapter toute la stratégie retail ainsi que l'expérience client en boutique. J'y ai beaucoup appris pendant 3 ans, puis j'ai eu à nouveau une opportunité impossible à refuser au sein du Groupe Peninsula. 

Comment expliquer une ascension professionnelle si rapide ? 

En toute humilité, j'ai la chance d'avoir pu évoluer régulièrement à différents postes parce que le marché ici est très dynamique et que mon profil est recherché. Travailler à Hong Kong est un véritable accélérateur de carrière.

Je suis aujourd'hui Directrice Générale de la filiale Retail au sein du groupe Peninsula. Basé originellement à Hong Kong, l'hôtel est un emblème de la ville comme l'est le Ritz à Paris. Aussi, fort de son ouverture au public il y a près de 150 ans, voilà le groupe le plus ancien en opération continue d'hôtellerie dans le monde ! La filiale que je dirige, elle, n'a que 15 ans, mais nous voulons qu'elle devienne la première expérience (« the first taste ») du client avec la marque « Peninsula ». Pour cela, nous développons une large gamme de produits dérivés que nous distribuons partout dans le monde. L'inventaire compte aujourd'hui près de 400 produits distribués dans 8 pays au sein d'une trentaine de points de vente.

Nous proposons des produits gourmet, très haut de gamme : chocolat, thé, cookies, chinese delicacies comme les mooncakes (gâteaux de lune) pour lesquels nous sommes leader, confitures... Notre clientèle est principalement asiatique, en grande partie japonaise, mais aussi chinoise, taiwanaise? De 3 personnes en 2003, je gère aujourd'hui plus de 65 personnes. J'ai la chance extraordinaire de pouvoir participer au développement des produits et de créer les collections depuis Hong Kong. Mon équipe et moi recherchons les meilleurs fournisseurs et partenaires dans le monde pour développer les collections, puis nous adaptons les matières premières choisies au concept « Peninsula ». Nous gérons aussi les campagnes marketings et la distribution à travers notre réseau. En somme, nous agissons sur toute la chaine, de la conception à l'innovation, puis la production en finissant par la distribution, c'est passionnant !

Comme pour le prêt-à-porter, nous évoluons au rythme des saisons. Nous en avons 6 en combinant le calendrier asiatique (nouvel an chinois, festival de la lune etc.) et le calendrier occidental (Noël, Pâques).

La touche française est-elle un plus ?

Définitivement oui et ce, à plusieurs niveaux. Outre le savoir-faire artisanal propre à la gastronomie française, l'image des Français à l'étranger dans leur milieu professionnel est très souvent synonyme de « qualité » et de « rigueur ». 

Vous êtes présidente des alumni de Skema à Hong Kong et vous dites également avoir une mentor, pouvez-vous nous expliquer l'importance de ces réseaux ?

Par nature et de par mon éducation, je suis toujours à l'écoute lorsqu'on me prodigue des conseils. Et puis j'aime partager mon expérience. Je considère avoir été aidée alors il me parait normal pour moi de vouloir aider en retour.

Sur une centaine de diplômés, nous sommes à chaque rencontre une quarantaine d'alumni à nous retrouver au rythme de 4 fois par an. Nous célébrons les évènements pros mais aussi perso ! Nos échanges nous amènent souvent à réfléchir et nous permettent de rester bien ancrés dans le monde réel. Une famille de substitution en fait !

J'ai une mentor, Maryse Kraatz. Elle était directrice de la Chambre de commerce de Hong Kong lorsque je suis arrivée stagiaire en 2008. Elle m'a beaucoup appris, m'a donné des responsabilités très vite et m'a ouvert des portes. C'est un super leader qui m'a accompagnée dans mes grands choix de carrière, un modèle pour moi, qui m'inspire beaucoup. La personne qui lui a succédé, Oriane Chenain, a aussi toujours pris le temps de me donner des conseils. Je leur dois beaucoup. Maryse vit aujourd'hui à Bangkok où elle a ouvert un concept store, nous entretenons toujours la relation mentor/mentee. Quand on arrive à un poste de direction générale, on se sent souvent seul et certaines décisions sont difficiles à prendre ; Se sentir entourée par des personnes de confiance fait énormément de bien. Je conseille vivement le mentoring, qui va de pair avec le networking à l'étranger. 

A quoi consacrez-vous votre temps libre ?

J'ai une fille de un an à qui je consacre un maximum de mon temps libre. Je viens de déménager dans le sud de l'île de Hong Kong, la qualité de vie ici est exceptionnelle même si on travaille intensément la semaine. Le week-end, c'est deux jours de détente ultime entre plage et piscine... Pour moi cette ville est magique. Cela va faire 10 ans que je vis ici. J'y ai vécu étudiante, jeune diplômée en colocation, j'y ai construit mon couple, et maintenant je suis maman.

La seule chose qui me manque de France, c'est ma famille, je rentre le plus souvent possible pour les retrouver. 

Un conseil pour ceux que votre parcours inspire ?

Mixer deux secteurs complémentaires mais bien différents est ce qu'il peut y avoir de plus enrichissant dans une carrière, pour moi l'hôtellerie et le retail. C'est de ces mélanges disruptifs que l'on crée de l'innovation.

Je dirais aux étudiants de s'accrocher, de tout faire pour réussir à intégrer la société ou le poste qui les font rêver. Ceux qui y arrivent sont les plus insistants, et surtout n'ayez pas peur des nouveaux défis !

MPP (www.lepetitjournal.com) mardi 5 septembre 2017 

Pour lire une version en anglais de cet entretien, c'est ici 

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

PORTRAIT D'ENTREPRENEUR

Marc Lefebvre : "Être soi-même, c’est le meilleur moyen d’être unique"

Dans une industrie très concurrentielle, l’optique, Marc Lefebvre, CEO de Killine, a décidé d’évoluer dans une entreprise familiale devenue aujourd’hui un acteur global, présent dans 80 pays.

PVT/VVT

PVT, VVT, WHV…Tous ces termes regroupent un ensemble de visas temporaires qui permettent à leurs détenteurs de voyager et travailler dans certains pays étrangers.

voir plusZ

VIE/VIA

Le volontariat international en entreprise (VIE) vous permet, sous certaines conditions, d'exercer une mission d'ordre scientifique, technique, commercial etc. dans une entreprise française à l'étranger.

voir plusZ
Sur le même sujet