Mercredi 23 septembre 2020
Édition Internationale
Édition Internationale

Les entreprises françaises d’Amérique latine en pleine incertitude

Par Déborah Collet | Publié le 24/06/2020 à 17:30 | Mis à jour le 24/06/2020 à 18:05
entreprises françaises amerique latine

Les Conseillers du Commerce extérieur de la France (CCE) ont réalisé une enquête auprès des sociétés françaises implantées en Amérique latine et aux Caraïbes pour mesurer l’impact de la Covid-19 sur leur(s) activité(s).

L’étude menée par les Conseillers du Commerce extérieur de la France (CCE) met en lumière les réponses apportées par les entreprises françaises situées en Amérique latine et aux Caraïbes face à la crise sanitaire et les impacts de celle-ci sur leur(s) activité(s) à court et à moyen terme. Entre incertitudes d’une reprise d’activité et pertes financières importantes, l’enquête analyse les projections de ces entreprises françaises dans le futur.

 

Télétravail : la nouvelle norme pour les entreprises françaises ? 

Afin que chacun puisse continuer son activité en toute sécurité pendant la pandémie, 76% des entreprises françaises d’Amérique latine et des Caraïbes ont basculé leur activité en télétravail. D’autres ont opté pour une autre méthode d’organisation avec une rotation des équipes ainsi que la mise en place de mesures d’isolement (68% des entreprises interrogées). Concernant les horaires de travail, ils sont restés pour la plupart inchangés, "seules 27% des entreprises y ont eu recours tandis qu’un tiers d’entre elles n’a pas changé de rythme." indique l’étude. 

Les Conseillers du Commerce extérieur de la France (CCE) ont noté : "La digitalisation est la grande gagnante de cette crise avec pour conséquences une hausse potentielle du télétravail, une plus grande flexibilité au travail et une accélération des échanges à distance." Selon les entreprises françaises d’Amérique latine et des Caraïbes, les apprentissages à retenir de cette crise sont la flexibilité des méthodes de travail et le télétravail.

Durant la crise sanitaire, les voyages professionnels ont quasiment tous été suspendus comme l’organisation d’événements. Les répercussions majeures notées par ces sociétés françaises sont l’annulation et le report des voyages internationaux, l’annulation et le report d’actions promotionnelles ainsi que la baisse des prévisions d’investissements.

 

Chiffre d’affaires et trésorerie à la baisse

Sans grande surprise, les entreprises françaises situées en Amérique latine et aux Caraïbes devront faire face à des chiffres d’affaires à la baisse pour 2020. Elles envisagent une diminution de leur chiffre d’affaires de 10% à 30%, voire plus de 30% pour un tiers d’entre elles. La moitié des sociétés françaises pourra combler ces pertes car il s’agit "d’un décalage dans le temps" avec, par exemple, des factures qui seront reportées. Tandis que l’autre moitié est confrontée à une perte dite "sèche", c’est-à-dire qui ne sera pas compensée.

La trésorerie de ces entreprises françaises dégringole ; plus de 80% des personnes interrogées estiment que les problèmes de trésorerie correspondent entre 15 jours et 3 mois de capital travail avec une moyenne de 2 mois.

 

D’autres impacts liés à l’économie

La pandémie mondiale a aussi affecté l’environnement général des entreprises françaises. Elles s’attendent à une croissance nulle pour l’année 2020, et pour 80% d’entre elles à une récession. La valeur des monnaies locales, en Amérique latine et aux Caraïbes a diminué fortement face à l’euro ou le dollar américain. D’après cette étude, la crainte d’une dépréciation monétaire dans les pays de la zone Amérique latine et Caraïbe donne lieu à des inquiétudes. L’Argentine ou encore le Venezuela devraient être les deux pays les plus affectés dans les prochains mois dus à l’inflation des prix et aux ralentissements des échanges.

Concernant les estimations de reprise pour ces sociétés, les réponses varient d’un secteur à l’autre. Près de 30 % des sondés restent optimistes quant à une reprise de leur activité dans les six mois à venir et environ 20 % ne pensent pas voir un retour à la normale avant un an. Quant à un quart des personnes interrogées, elles pensent qu’il est encore trop tôt pour se projeter dans l’avenir.

 

Qu’en est-il des attentes des entreprises françaises en termes d’aides financières ?

Pour faire face à d’importantes pertes financières, les entreprises françaises d’Amérique latine et des Caraïbes souhaitent obtenir des aides locales ainsi qu’une aide du gouvernement français.

Selon l’étude, la majorité d’entre elles demande aux institutions françaises sur place telles que les Ambassades, les services économiques, l’Agence française de développement (AFD) ou encore Team France Export de dialoguer avec les gouvernements locaux afin de les inciter à mettre en place des mesures de soutien. D’après elles, les investissements français dans les pays d’implantation ne sont pas valorisés. Une valorisation est donc demandée pour "démontrer les externalités positives en termes de croissance et d’emplois, mais aussi pour attirer d’autres investisseurs français dans la région." atteste l’étude. Concernant les Investissements directs étrangers (IDE), l’enquête indique qu’il serait souhaitable que les institutions françaises prennent ensuite le relais depuis la France dans le cadre de discussions bilatérales.

Certaines entreprises françaises d’Amérique latine et des Caraïbes appellent l’État français à apporter un soutien financier aux pays ou aux zones durement affectés par la crise sanitaire tels que Cuba ou la Colombie. La communauté d’affaire désire également "plus de transparence et d’informations" vis-à-vis des dispositifs d’aide déjà existants pour les entreprises françaises à l’international.

Au sein des personnes interrogées, 54 % travaillent dans des entreprises de droit local et demandent aux autorités françaises de mettre en place des mesures spécifiques pour remédier aux difficultés rencontrées durant la crise, notamment les besoins de trésorerie (aides financières, accès encadrés aux crédits).

En dehors des aides financières, les entreprises françaises d’Amérique latine et des Caraïbes manifestent leurs inquiétudes concernant la situation sanitaire de leur pays d’accueil. Elles souhaitent plus de transparence concernant l’avancée épidémiologique, les possibilités de rapatriement et les conditions de retour en France par les autorités françaises locales.

 

deborah collet

Déborah Collet

Spécialisée en communication et dans les relations médias, elle est aujourd’hui journaliste au sein de la rédaction internationale.
0 Commentaire (s)Réagir