Samedi 17 avril 2021
Édition Internationale
Édition Internationale

Julie Bourgeois : « SKEMA m’a permis de lancer ma carrière »

Par SKEMA Alumni | Publié le 27/01/2021 à 17:45 | Mis à jour le 27/01/2021 à 17:45
julie bourgeois skema

Pendant ses études à SKEMA Business School, Julie Bourgeois ouvre des portes qui la conduiront vers une brillante carrière internationale. Après une dizaine d’années en Asie où elle occupe des postes de haut rang dans des entreprises de renom, elle s’expatrie aux États-Unis, où elle travaille aujourd’hui comme CEO de la zone Amérique du Nord pour la marque Jacadi. Elle nous raconte ses multiples expériences professionnelles, revient sur les challenges rencontrés et nous explique le rôle qu’a tenu SKEMA dans sa carrière et dans sa vie.

 

Pourquoi avoir choisi d’intégrer SKEMA Business School ?

J'ai grandi en région parisienne, en ZEP. Étudier était le seul choix possible pour réussir dans la vie. Après le lycée, j'ai intégré une prépa, et j'ai ensuite voulu entrer en école de commerce. Quand j’ai passé les épreuves du CERAM (ancien SKEMA Business School), j’ai tout de suite eu un très bon contact avec les professeurs et les étudiants. J’ai aussi adoré le cadre. C'est difficile de ne pas être conquise quand on découvre le campus de Sophia Antipolis ! SKEMA a vraiment tenu une place émotionnellement très importante dans ma vie. En arrivant à l’école, je n’avais ni contacts, ni network, et l’école a su me guider et m’ouvrir à un vaste champ des possibles. Je suis très reconnaissante envers SKEMA, qui m'a vraiment permis de lancer ma carrière. C’est aussi là que j’ai rencontré certains de mes meilleurs amis, qui font encore partie de ma vie aujourd’hui.

 

Quel rôle a joué SKEMA Business School dans votre carrière ?

Mon implication dans la vie associative de l’école m’a offert beaucoup de visibilité et de rayonnement, qui m’ont ouvert des portes pour la suite de ma carrière. Pendant mes études, j’ai été présidente de l’association de mode Avenue Montaigne. Avec quelques étudiants, nous avons organisé un défilé de mode au Palm Beach à Cannes, un casino du groupe Partouche. Cet événement m’a permis de rencontrer le directeur marketing du groupe, qui m’a ensuite proposé de lancer un nouveau programme de fidélité du groupe, pendant mon année de césure. Pendant cette même année, j’ai réalisé un échange universitaire de 6 mois à Hong Kong. J’ai tellement aimé ces quelques mois en Asie que j’ai décidé d’y rester ! J’ai alors intégré la Chambre de commerce de Hong Kong, où j’étais chargée de développer le réseau des membres. Ça a été un super tremplin en termes de network, d'écosystème, et ça m’a vraiment aidée à mieux comprendre le monde du business en Asie. J’y ai travaillé pendant plus de deux ans et j’ai, en parallèle, monté ma propre agence d’hôtesse d’accueil à Hong Kong, que j’ai revendue par la suite. J’ai ensuite rejoint IWC, marque du Groupe Richemont, à l’époque où la consommation de luxe était en plein essor en Chine. Peu après, j’ai eu une opportunité chez Nespresso, pour développer la marque à Hong Kong et Macao. J’ai adoré le challenge de devoir adapter le produit à la clientèle asiatique, chez qui le café n’est pas du tout ancré dans la culture. Après ça, j’ai rejoint le groupe Peninsula, l’un des plus grands et des plus anciens groupes hongkongais dans le monde de l'hôtellerie. On m’avait proposé de prendre en main la création d’une marque de produits dérivés Peninsula. Je faisais donc le lien entre le monde du retail et de l’hôtellerie. C'était une expérience incroyable dans l’univers de l'hôtellerie et de l'ultra-luxe, qui m’a énormément appris.

 

Pouvez-vous nous parler de votre activité professionnelle actuelle ?

Après 12 ans à Hong Kong, mon mari a eu une opportunité professionnelle à New York, et on a décidé de se lancer dans cette nouvelle aventure ! J’ai donc quitté le groupe Peninsula. J’ai dû reconstruire un réseau, une crédibilité et toute une carrière à mon arrivée. C’était un vrai exercice d’humilité de devoir refaire ses preuves. J’ai d’abord lancé ma propre agence de consulting et peu après, j’ai rencontré le nouveau CEO de Jacadi. Il recherchait quelqu’un pour gérer la zone Amérique du Nord de la marque. J’ai donc pris en charge la zone US, et récemment, l’Amérique du Nord. La prise de poste a été très chahutée, car j’ai intégré l’entreprise au début de la crise sanitaire. Il a fallu très rapidement s’adapter à ce contexte, protéger les équipes, les assets, trouver des solutions magasin par magasin… Il a vraiment fallu se réinventer. Mais ça nous a aussi permis de renforcer les valeurs de la marque. Nous avons concentré nos efforts sur notre site internet, et mis en place de nouveaux services digitaux (private shopping session, click and collect en boutique, livraisons depuis les magasins…). J’ai dû m’intéresser de près au digital marketing pour pouvoir maîtriser notre première source de revenu. Nous avons aussi fait le choix de mettre le client au cœur de notre réflexion, pour adapter notre stratégie en fonction des besoins spécifiques des consommateurs. Cela a bien fonctionné, car nous avons connu une croissance exceptionnelle ces derniers mois.

 

Êtes-vous impliquée dans le réseau alumni de SKEMA Business School ?

J'ai été très impliquée dans le réseau SKEMA pendant mon expatriation en Asie : j’étais ambassadrice du réseau alumni pendant dix ans. Nous organisions de nombreuses rencontres, amicales et professionnelles. Depuis les États-Unis, j’accompagne l’école sur certains événements. J’ai d’ailleurs récemment représenté SKEMA en tant que maître de cérémonie pour le Transatlantic Leaders Forum de FrenchFounders, co-organisé avec le soutien de la BNP Paribas et de SKEMA. Je me suis également engagée dans la campagne de levée de fond de l'école, au côté de plus de 300 diplômés qui ont déjà permis d’attribuer plus de 100 bourses à des étudiants en difficultés financières. J'ai eu l'honneur de réaliser un clip vidéo depuis New York pour soutenir la campagne de dons de la fin d'année 2020.

 

 

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes diplômés de SKEMA Business School ?

Je leur conseillerais de profiter de l'école pour utiliser toutes les opportunités qu'elle peut offrir en termes d'échanges universitaires, de stages à l’étranger et de réseau. Networking is everything ! Il faut être visible sur LinkedIn, faire beaucoup de self marketing, échanger avec les autres étudiants, les professeurs, les intervenants... C’est pendant les études que tout commence. Dès son arrivée à l'école, il ne faut pas hésiter à se familiariser avec le réseau des alumni de SKEMA qui est à disposition des étudiants, que ce soit pour demander des conseils, être mis en relation avec un.e diplômé.e, postuler à un stage, relire un CV…  Il faut mettre à profit toutes les opportunités qui s’offrent à vous, et à SKEMA, il y en a énormément ! 

Nous vous recommandons

skema alumni

SKEMA Alumni

Le réseau SKEMA Alumni constitue une communauté de 45 000 diplômés présents sur les cinq continents dans plus de 145 pays.
0 Commentaire (s)Réagir