Khadim Bâ (Locafrique) investit 20 milliards FCFA dans logement au Sénégal

Par Article Partenaire | Publié le 27/07/2022 à 10:54 | Mis à jour le 27/07/2022 à 11:36
Photo : Khadim Bâ (Locafrique) investit 20 milliards FCFA dans le projet 100 000 logements au Sénégal
Homme d'affaire au téléphone

Les pouvoirs publics sénégalais sont sur tous les fronts depuis de nombreuses années. La santé, l’emploi, mais aussi le logement constitue des enjeux stratégiques majeurs, en lien avec la politique du Plan Sénégal Emergent (PSE). Pour réussir pleinement le volet « habitat » du PSE, initié par le président Macky SALL, le projet « Une famille – Un toit » créé en 2009 vise à faciliter l’accès à un logement décent pour tous les sénégalais. Face à l’ampleur de la tâche, les dirigeants peuvent compter à tout moment sur des hommes et des femmes sénégalais d’action, issus du privée. D’après un article paru sur LinkedIn en juillet 2022, l’entrepreneur Khadim Bâdétaille un investissement de 20 milliards FCFA(30,489,795.21 €) au profit du logement décent au Sénégal .

 

Une démographie galopante, une offre immobilière inadaptée

L’Afrique est actuellement confrontée à un bouleversement démographique historique à l’échelle de la planète. Selon les projections des Nations unies, le continent (qui abritait près de 800 millions d’âmes en 2000), devrait voir sa population passer à 4,5 milliards en 2100. Néanmoins, de grandes disparités existent selon les pays et régions, que ce soit sur le plan numéraire, culturel ou historique. Au Sénégal, et selon les chiffres donnés par l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD), les Sénégalais étaient près de 17 millions en 2020. Selon les projections, cette population devrait atteindre les 25 millions en 2030. Les jeunes sont sur-représentés, tandis que la proportion de femmes augmente légèrement.

 

Face à une telle situation, on est en droit de se demander comment vivent les Sénégalais au quotidien. Et la réponse à cette question montre l’ampleur de la tâche. A l’heure actuelle et selon les chiffres officiels, les bidonvilles représentent près de 40% de l’habitat total au Sénégal. L’ensemble de ces structures précaires sont frappées par un faible accès aux équipements et services urbains, sans même évoquer la question de l’insécurité, de la promiscuité et du chômage massif.

 

Les pouvoirs publics sur le pied de guerre

Bien évidemment, cette situation est connue des pouvoirs publics depuis de nombreuses années. C’est ainsi que le Ministère de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique (MULHP) a formulé le « Programme Sénégal Zéro Bidonville » pour supprimer définitivement le problème à l’horizon 2035. Cette initiative vise avant tout à améliorer le cadre ainsi que les conditions de vie de plus de 4 millions de personnes (soit l’équivalent de 500 000 ménages résidant actuellement dans les bidonvilles). Parallèlement à cela, les actions publiques s’intensifient pour accélérer la mise en œuvre du programme de construction de 100 000 logements.

 

Pour le moment, l’offre immobilière reste inadaptée aux besoins des ménages, notamment ceux qui disposent de faibles revenus, ou de revenus irréguliers. De plus, les financements disponibles font preuve d’un réel manque de souplesse – on pense notamment à tout ce qui relève du crédit hypothécaire. Or, c’est précisément sur la question des conditions de financement que les structures privées sont en capacité d’agir.

 

Une offre de crédit, de prêt et de financement pour tous les profils

C’est là que les compétences de l’entrepreneur Khadim Bâ entre en jeu. Né au Sénégal et profondément attaché au développement et à l’autonomie de son pays, l’homme d’affaires a su développer sa toile dans de nombreux secteurs.

Le PDG de la société de crédit-bail Locafrique semble disposer de lignes de crédit conséquentes qu’il met au service de sa nation. Un seul mot d’ordre : inclure durablement les populations les plus démunis dans la politique de logement décent menée par l’Etat.

 

En 2021, les équipes de Locafrique signent un accord avec les autorités, dans le cadre du fameux projet 100 000 logements lancé par le Président Macky Sall. Il en résulte un engagement financier ambitieux, équivalent à 20 milliards de francs CFA, répartis sur 2 ans.

 

Cette action ne doit pas seulement servir à dynamiser la construction immobilière décente, mais doit également permettre de stimuler l’emploi. On attend ainsi la création d’un million de postes sur les cinq prochaines années.

Pour le moment, le projet 100 000 logements semble sur de bons rails. Il faut dire que les autorités et les établissements financiers investis dans cette démarche veillent au grain. Ils se montrent particulièrement impliqués.

 

La première phase du projet des 100 000 logements, proposant une large gamme d’habitation, est sur le point de sortir de terre. Il devrait répondre aux préoccupations de la population. Cette première phase prévoit ainsi la construction de 426 villas sur une surface de 30 hectares (avec une valeur unitaire maximum de 12 millions F CFA hors taxes). La deuxième phase concerne la construction d’un total de 916 logements (dont 458 logements sociaux et 184 logements économiques).

Article Partenaire

Les “articles partenaires” ne sont pas des articles de la rédaction de lepetitjournal.com. Ils sont fournis par ou écrits sur commande d’un annonceur qui en détermine le contenu.
0 Commentaire (s) Réagir
Dans la même rubrique