Les maisons jaunes des marins du quartier de Nyboder à Copenhague

Par Joëlle Borgida | Publié le 01/05/2022 à 18:30 | Mis à jour le 01/05/2022 à 18:30
Photo : ©Joëlle Borgida
Le quartier de Nyboder à Copenhague avec ses alignements de maisons jaunes destinées à loger du personnel de la marine royale danoise

Nyboder est un quartier historique de Copenhague constitué de rangées de petites maisons jaunes. Le roi Christian IV est à l’initiative de cet ensemble datant du XVII ème siècle qui venait répondre aux besoins de logement pour les matelots de la Marine royale danoise.

 

une rue de Nyboder en hiver
©Joëlle Borgida 

 

Nyboder, un quartier pour loger la Marine danoise

Dans les années 1620, le roi Christian IV (1577-1648) - surnommé très justement comme le confirme encore cet exemple le roi bâtisseur - décide de la construction d’un nouveau quartier pour ses marins, sur un terrain situé au nord de la ville hors des fortifications mais non loin du Kastellet (citadelle construite également par Christian IV pour assurer la défense du nord de Copenhague) qui est déjà en place. La Marine royale danoise est en pleine expansion et il y a un besoin urgent de loger ses soldats.

Les architectes Hans van Steenwinckel le Jeune et dans un deuxième temps Leonhard Blasius sont en charge du chantier.

Le quartier appelé alors Sankt Annæ Skanse s’organise selon un plan géométrique avec des rues qui se croisent perpendiculairement et qui portent de noms d’animaux : Krokodillegade -  la rue du crocodile, Delfingade - la rue du dauphin...

 

Krolodillegade Nyboder
©Joëlle Borgida 

 

La première phase des travaux est terminée en 1631 et le quartier achevé 10 ans plus tard ; il est constitué de 20 rangées de logements, soit plus de 600 maisons mitoyennes.

Il compte aussi une école, un hôpital, une église et même sa propre police : une ville dans la ville !

 

église à Nyboder
©Joëlle Borgida 

 

Au milieu du XVIII ème siècle, la population atteint 6 000 personnes. Aujourd'hui, Nyboder compte 2 200 habitants, la plupart encore des militaires mais depuis plus récemment de plus en plus de civils y vivent également.

 

Un patrimoine classé et rénové

En 1658, l'explosion d’une réserve de munitions détruit une première série de baraques puis dans la deuxième partie du 19ème siècle, la moitié de Nyboder est vendue pour être ensuite démolie.

Il a été ensuite question à de nombreuses reprises de faire table rase du reste des maisons afin de disposer de ce terrain, idéalement situé entre Amalienborg et le Kastellet, mais les projets n’ont heureusement jamais abouti. 

En 1918, le quartier est classé et en 2009, la Fondation AP Møller (la société Maersk) donne 50 millions de couronnes pour la rénovation d’une partie des maisons.

Si vous vous vous promenez dans le quartier vous remarquerez qu’il est en pleine réfection. Un campus destiné aux étudiants militaires danois devrait être abrité dans les bâtiments rénovés.

 

réverbère dans le quartier de Nyboder
©Joëlle Borgida 

 

Une attention particulière a été donnée pour respecter les éléments architecturaux emblématiques du quartier comme la couleur jaune du crépis, les tuiles rouges, les cheminées et les cours intérieures tout en apportant le confort moderne : isolation, ventilation…

 

une fenêtre à Sankt Paulsgade Nyboder
Chiens en céramique à la fenêtre ©Joëlle Borgida 

 

- Voir notre article : Pourquoi deux chiens à la fenêtre au Danemark  - 

 

Un petit musée installé dans les plus anciennes maisons du quartier, au numéro 24 de Sankt Pauls gade, présente l’histoire de Nyboder et montre la vie quotidienne des marins. Il est ouvert les dimanches de 11h à 14h.

 

Dans la prolongation, de Sankt Pauls gade, jetez un oeil aux façades de toutes les couleurs ! 

 

rue maisons facades colorées Copenhague
©Joëlle Borgida 

 

Sur le même sujet
Joelle

Joëlle Borgida

Directrice de la publication et responsable éditoriale. Expatriée de longue date et désormais installée à Copenhague, je partage avec les lecteurs de lepetitjournal.com mes découvertes danoises.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Copenhague !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Joelle Borgida

Rédactrice en chef de l'édition Copenhague.

À lire sur votre édition locale