TEST: 3629

Chitra, la vendeuse de noix de coco à Chennai

Par Annick Jourdaine | Publié le 17/02/2022 à 01:02 | Mis à jour le 17/02/2022 à 11:58
Chitra devant son stand de noix coco à Chennai

La noix de coco est présente à l'année dans les rues de Chennai et un peu partout dans le Tamil Nadu. Chitra, du haut de ses 38 ans, le sourire toujours aux lèvres, vend des noix de coco à un coin de rue de Chennai depuis 10 ans. Elle nous raconte tout sur la noix de coco et ses vertus multiples.

 

Les « fleurs de coco » apparaissent en janvier / février dans les rues de Chennai

Depuis quelques semaines, les rues de Chennai voient revenir des charrettes pleines de petites noix de coco brunes germées, dont certaines possèdent une jeune plantule déjà bien formée. En Tamoul, on les nomme Thennam poo, traduit en anglais par « fleurs de coco ». Contrairement aux grosses noix vertes que l’on trouve toute l’année, il s’agit d’une offre saisonnière. Les petites noix ouvertes contiennent de la pulpe blanche et tendre. C’est un fruit à croquer, recherché pour sa fraicheur et ses vertus calmantes pour l’estomac. 

 

fleurs de coco sur un stand à Chennai

 

 

L’eau de coco vendue par Chitra à Chennai

De façon plus traditionnelle, les grosses noix avec leur coque verte ou jaune sont vendues pour leur eau. Décalottées, on y plonge une paille (qui finira par terre) pour se désaltérer. Le prix varie entre 30 et 50 roupies selon la taille.

Chitra, du haut de ses 38 ans, le sourire toujours aux lèvres, nous raconte qu’elle n’a pas quitté son coin de rue depuis dix ans. Tous les jours, de sept heures le matin jusqu’à neuf heures le soir, elle vend ses noix de coco à boire sur le trottoir. Dans la journée, pour souffler un peu et s’occuper de sa maison, elle se fait remplacer par sa belle-mère ou un de ses enfants. Il faut se faire respecter dans le quartier pour conserver sa place, surtout depuis l’épidémie car de nouveaux vendeurs tentent leur chance, ayant perdu leur précédente activité. 

 

chitra devant son stand de noix de coco

 

 

Chitra dit qu’elle vend entre 100 et 150 noix par jour. Les mois d’hivers ne sont pas favorables car l’eau de coco est considérée par la médecine ayurvédique comme un aliment « froid » pour le corps ; beaucoup d’Indiens craignent de se refroidir et d’attraper un rhume. 

Les clients de Chitra sont souvent des habitués qui empruntent tous les jours le même chemin. Certains préfèrent acheter l’eau en bouteille plastique : un litre et demi vaut 110 roupies. 

Le coup de main de Chitra pour ouvrir les noix avec la machette est particulièrement sûr et rapide. Les coques vides sont entreposées dans une caisse attendant le passage du service de ramassage des déchets. Elles seront recyclées pour fabriquer la bourre de coussins et de matelas.

 

Chitra décalottant une noix de coco

 

 

Les noix de coco proviennent de la région de Pollachi, à la limite du Tamil Nadu et du Kerala. Tous les vendeurs du quartier s’approvisionnent au même endroit. Les noix sont livrées par camion une fois par semaine, parfois plus quand les ventes augmentent.

 

L’Inde, troisième producteur mondial de noix de coco

L’Inde est le troisième producteur mondial de noix de coco, derrière l’Indonésie et les Philippines. Ces trois pays produisent plus de 70 % des noix de coco au monde.
90 % de la production indienne vient de quatre états : Kerala, Tamil Nadu, Andhra Pradesh et Karnataka. 

 

un stand de noix de coco

 

 

Les cocotiers cultivés dans les plantations donnent leurs premiers fruits à l’âge de 6 ans mais il faut attendre 15 ans pour une production optimale. On considère qu’un cocotier donne entre 150 à 200 noix par an. La presse évoque souvent les difficultés économiques des petits propriétaires et exploitants. Il faut attendre longtemps pour gagner de l’argent avec une plantation et le marché de la noix est entre les mains de gros négociants qui imposent des prix d’achat particulièrement bas.  

 

Vendeur de noix de coco

 

 

Un fruit complexe et riche

La noix de coco est un fruit complexe où les couches s’empilent :

  • une enveloppe externe, verte ou jaune
  • une couche épaisse de fibres brunes
  • une coque très dure puis enfin
  • l’intérieur qui évolue au cours de la maturation du fruit.

 

un tas de noix de coco jaunes vendues pour leur eau

 

Il lui faudra 12 mois pour atteindre une pleine maturité. Au septième mois, la noix est remplie d’eau (l’albumen). Au-delà, l’eau se transforme en chair blanche, le coprah. A terme, le coprah ne contient plus que 6 % d’eau. 

 

fleur de coco ouverte prête à la dégustation
La noix de coco au stade de la fleur de coco

 

Quelques rappels sur les différents produits de la noix de coco 

L’eau, que vend Chitra, contient de nombreux minéraux et vitamines.

C’est la réserve d’eau de la plante pour que le germe et la future pousse se développent ; les cocotiers poussant souvent au bord de mer, la plantule ne supporterait pas l’eau trop salée de l’environnement.

Le lait de coco : ce n’est pas un produit naturel. Il est préparé à partir de la pulpe râpée et trempée dans de l’eau bouillante. On y trouve les mêmes nutriments que ceux de la pulpe déshydratée ou la farine de coco.

La pulpe ou la farine de coco : Fraiche ou déshydratée, la pulpe procure protéines, fibres, minéraux, oligoéléments, vitamines et lipides. Les protéines de la pulpe sont très solubles dans l’eau, d’où faciles à utiliser pour les plats végétariens. 

La pulpe de coco apporte énergie et force. Elle facilite la digestion en réduisant l’acidité. Elle est considérée comme aphrodisiaque.

L’huile de coco : Il existe une polémique sur le risque de cette huile pour les maladies cardio-vasculaires. Il s’agit d’acides gras saturés qui ont tendance à augmenter le taux du cholestérol sanguin et surtout celui du LDL cholestérol. Toutefois, des études sérieuses sur la santé des populations qui consomment régulièrement de l’huile de coco ne montrent pas une prévalence de pathologies cardiaques. 

L’huile de coco accélère la cicatrisation, prévient les maladies dues à l’assèchement de la peau, fait pousser les cheveux et les rend brillants. 

Le sucre de coco : Il ne provient pas de la noix mais de la sève prélevée au niveau des fleurs. Cette sève est chauffée pour donner un caramel liquide qui est ensuite frotté jusqu’à ce qu’il forme des grains. Le sucre de coco est intéressant car il a un faible indice glycémique et contient des minéraux, des oligo-éléments et des vitamines. 

La noix de coco mûre, entière : Elle est vendue pour les rituels hindouistes. Beaucoup de cérémonies commencent en brisant une noix au sol. Une des interprétations est que l’enveloppe dure de la noix représente l’égo de l’homme ; une fois brisée, le moi-intérieur est libéré et entre alors en communication avec l’univers et la spiritualité.

 

noix de coco emballées en offrandes à Hampi
Des noix de coco emballées en offrande

 

annick jourdaine

Annick Jourdaine

Annick vit à Chennai depuis septembre 2019. L'écriture est pour elle le moyen de prendre du recul et de digérer les émotions que ses yeux et oreilles grand ouverts sur le monde indien provoquent.
0 Commentaire (s) Réagir