Lundi 16 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Tabagisme au Cambodge : une nouvelle taxation requise par les experts

Par Paul Vernois | Publié le 25/04/2019 à 20:00 | Mis à jour le 26/04/2019 à 04:30
Photo : Des cigarettes en vente dans une boutique au Cambodge. Crédits : Nicholas Wang / Flickr Creative Commons
cigarettes cambodia

Plusieurs associations de lutte contre le tabagisme ont appelé mardi 23 avril le gouvernement cambodgien à augmenter le prix du tabac dans le pays, parmi les plus faibles de la région.

Le paquet de cigarettes moins cher qu’un café, bientôt de l’histoire passée au Cambodge ? Le 23 avril dernier, trois organisations engagées pour la lutte contre le tabac ont demandé au gouvernement cambodgien de réformer la politique fiscale actuelle sur les produits à base de tabac. La Southeast Asia Tobacco Control Alliance (SEATCA), l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Cambodia Movement for Health (CMH) sont convaincus que la meilleure solution pour lutter contre le tabagisme au Cambodge est de taxer davantage le tabac afin de réduire rapidement sa consommation par la population.

« Une taxe élevée sur le tabac est une mesure à bas coût mais très efficace, recommandée par l’OMS car elle ne coûte rien aux gouvernements. Au lieu de cela, ce type de mesure apporte des revenus qui peuvent financer la politique de santé tout en décourageant le fait de fumer, ce qui permet de sauver des vies », a déclaré le docteur Yel Daravuth, représentant de l’OMS au Cambodge.

Le Cambodge est en effet l’un des pays qui impose le moins de taxes sur chaque paquet de cigarette vendu. En 2016, la taxe s’élevait à hauteur de 5%. Aujourd’hui, la taxe cambodgienne sur le tabac est située entre 25 et 30% sur chaque paquet vendu. Cependant, c’est l’un des taux les plus bas de l’ASEAN, d’autant que les prix des cigarettes oscillent globalement entre 0,5 et 2 dollars dans le commerce au détail.

On dénombre au Cambodge 1,68 million de fumeurs de cigarettes et environ un demi-million de consommateurs de tabac à chiquer. Le taux de jeunes fumeurs est également en hausse et concerne 2,9% des garçons et 1,9% des filles.

Encore aujourd’hui, le tabac est la première cause de mortalité évitable dans le monde. Au Cambodge, ce sont plus de 10 000 personnes qui décèdent chaque année en raison du tabac. Le tabagisme coûte chaque année environ 163 millions de dollars en frais de santé. Les impératifs de santé publique sont accentués par le fait qu’on estime à 30% la part de la population cambodgienne qui bénéficie d’une couverture santé.

D’après le docteur Mom Kong, directeur exécutif du Cambodia Movement for Health, « les experts s’accordent sur le fait que le gouvernement devra rendre les produits à base de tabac de moins en moins abordables pour que la politique ait un réel impact sur la santé publique ». Des études ont démontré que le prix des cigarettes en 2016 était deux fois plus abordable qu’en 2002.

Un sondage mené par SEATCA en 2018 visant les jeunes de 18 à 24 ans a montré que le prix maximum que ces jeunes pourraient payer pour un paquet de cigarettes s’établissait à 2,5 dollars, soit 10 000 riels par paquet.

Les experts ont également recommandé au gouvernement cambodgien de demander des licences aux fabricants, importateurs, distributeurs et commerçants de tabac afin de contrôler la chaîne de distribution et de limiter le risque de contrefaçon.

Le tabagisme est également nocif pour l’environnement. L’industrie du tabac représente près de 6% de la déforestation mondiale et les mégots jetés par terre représentent entre 30 et 40% des déchets retrouvés sur le sol. Selon une étude du programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), le mégot de cigarette est le déchet plastique à usage unique le plus retrouvé dans la nature.

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Jean-Paul Demoule : les multiples facettes de l'archéologie

Jean-Paul Demoule est professeur émérite de protohistoire européenne à l’université de Paris I (Panthéon-Sorbonne) et membre honoraire de l’Institut Universitaire de France.