Samedi 26 mai 2018
Bucarest
Bucarest
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

PETITE ENFANCE - Le comportement de mon enfant est-il normal?

Par Petite enfance | Publié le 01/12/2017 à 00:00 | Mis à jour le 01/12/2017 à 00:00
eddie-kopp-263527

Les parents ont souvent des difficultés à faire la différence entre les variations du comportement normal et les vrais problèmes de comportement. En réalité, la différence entre un comportement normal et anormal n'est pas toujours claire. Habituellement, c'est une question de degré ou d'attente. Une ligne imperceptible sépare souvent les deux, en partie parce que ce qui est «normal» dépend du niveau de développement de l'enfant, qui peut considérablement varier en fonction de l'âge. Le développement peut également être inégal, comme par exemple celui plus social qui est souvent en décalage avec la croissance intellectuelle de l'enfant, ou vice versa. Le comportement dit «normal» est en partie déterminé par le contexte socio-culturel - c'est-à-dire par la situation familiale et le contexte socio-culturel.

 

 

 


Comprendre les progrès développementaux de votre enfant est nécessaire pour interpréter, accepter ou adapter son comportement (ainsi que le vôtre). Rappelez-vous, les enfants sont uniques, chaque tempérament est un cas à part, son développement et le comportement qui en découlent sont différents pour chacun.

Certains parents trouvent utile de considérer trois types généraux de comportement:


1. Certains types de comportement sont recherchés et approuvés. Ils pourraient inclure le fait de faire ses devoirs, être poli, et participer aux tâches ménagères. Ces actions reçoivent généralement des compliments de la part des parents.

 

2. D'autres comportements ne sont pas sanctionnés mais sont tolérés sous certaines conditions, comme en cas de maladie (d'un parent ou d'un enfant) ou de stress (déménagement, par exemple, ou naissance d'un nouveau frère). Ces types de comportement peuvent inclure un refus de participer aux corvées de la maison, un comportement régressif (parler comme un bébé), ou être excessivement égocentrique.

 

3. D'autres types de comportement ne peuvent et ne doivent pas être tolérés ou encouragés. Ils comprennent des actions qui nuisent au bien-être physique, émotionnel ou social de l'enfant, des membres de la famille et d'autres personnes. Ils peuvent interférer avec le développement intellectuel de l'enfant. Ils peuvent être interdits par la loi, l'éthique, la religion ou les principes sociaux. Ils peuvent inclure un comportement très agressif ou destructeur.

 

Vous devez prendre en charge vos responsabilités, vos réactions et pas toujours les mettre sur le dos du comportement de votre enfant. Fréquemment, les parents réagissent de façon excessive à un changement mineur et normal dans le comportement de leur enfant, ce dernier évolue, c'est tout-à-fait normal. À l'autre extrême, ils peuvent ignorer ou minimiser un problème sérieux. Ils peuvent aussi chercher des réponses simplistes ou expéditives à des problèmes complexes. Toutes ces réponses peuvent créer des difficultés ou rallonger le temps qu'il faut pour résoudre les choses en profondeur.


Un comportement que les parents tolèrent, négligent ou considèrent raisonnable, diffère d'une famille à l'autre. Certaines de ces différences proviennent de la propre éducation des parents; ils ont peut-être eu eux-mêmes des parents très stricts ou très permissifs, et leurs attentes envers leurs enfants sont donc en conséquence. D'autres comportements sont considérés comme un problème lorsque les parents estiment que les gens les jugent pour le comportement de leur enfant; cela conduit à une réponse incohérente de la part des parents, qui peuvent tolérer à la maison un comportement qu'ils sont gênés de revendiquer en public.

 

Le tempérament des parents, leur humeur habituelle et les pressions quotidiennes influenceront considérablement leur interprétation du comportement de leur enfant. Les parents accommodants peuvent accepter plus de choses, laisser couler, et être plus lents à étiqueter quelque chose de plus problématique, alors que les parents qui sont par nature plus sévères, sont plus rapides et réactifs pour faire régner la discipline. Les parents dépressifs, ou les parents ayant des difficultés conjugales ou financières, sont moins susceptibles de tolérer les écarts de comportement de leur progéniture. Les parents diffèrent généralement les uns des autres par leurs vécus et leurs préférences personnelles, ce qui entraîne des réactions très différentes mais qui, il faut le dire, auront des conséquences positives ou négatives sur le développement de leur enfant.

 

Nous vous recommandons

Le-Carrousel-école-maternelle-Bucarest

Petite enfance

Une mine de conseils pratiques pour accompagner le développement des tous petits, en collaboration avec Le Carrousel, école maternelle et primaire francophone à Bucarest
0 CommentairesRéagir