Lundi 19 avril 2021
Bucarest
Bucarest

Rencontre avec Frédéric Lamy à la tête de Leroy Merlin Roumanie

Par Grégory Rateau | Publié le 05/04/2021 à 00:00 | Mis à jour le 05/04/2021 à 09:29
Frédéric Lamy, directeur de Leroy Merlin Roumanie
Cette semaine, notre rédaction est allée à la rencontre du Français Frédéric Lamy. A la tête de Leroy Merlin Roumanie depuis quelques années, il revient pour nous sur son expérience roumaine.
 
 
 
Grégory Rateau : Pouvez-vous nous présenter brièvement votre parcours ?
 
Je vais fêter cette année mes 50 ans. Né en France et après pas mal d'années passées à l'étranger, ma carrière a démarré en 1994 après avoir été diplômé de l'EM Lyon. J'ai débuté ma carrière dans la Finance, d'abord comme auditeur chez Arthur Andersen, puis comme contrôleur financier chez Compaq avant de devenir Directeur Financier pour la marque anglaise Dyson. C'est chez Dyson que mon parcours a radicalement changé car je suis passé dans des fonctions de vente et marketing. Après quelques années dans des environnements de produits de grande consommation, j'ai rejoint le groupe Adeo (Leroy Merlin) en 2009 où j'ai vécu des expériences formidables et dans des métiers différents sur 4 pays (France, Indonésie, Turquie et Roumanie). Je dirige la filiale Leroy Merlin en Roumanie depuis maintenant 7 ans et j'ai vécu ici une aventure humaine exceptionnelle tant sur le plan du développement de mon entreprise que du rapport avec mes équipes. L'humain a toujours beaucoup compté pour moi et la Roumanie répond en cela parfaitement à mes aspirations.

 
Pourquoi cette passion du vivre ailleurs en ce qui vous concerne ?
 
Le fait de sortir de chez soi le matin (même si en ces temps de pandémie, c'est plus compliqué) et d'entendre une langue différente de sa langue maternelle est déjà un défi et c'est ce que j'aime à l'étranger: l'inconnu, les challenges du quotidien, des expériences différentes, des rencontres humaines, résoudre des problématiques parfois complexes....tout ce qui fait le sel de la vie: apprendre en permanence !

 
Quelles ont été vos premières perceptions de la Roumanie? Un endroit préféré à Bucarest ou ailleurs?
 
J'ai tout de suite aimé ce pays et m'y suis senti tout de suite très bien. Les Roumains font preuve d'une grande simplicité qui me correspond bien. Ils adorent apprendre et c'est un bonheur de travailler avec eux. J'aime beaucoup Bucarest et son architecture si diversifiée. Un petit coup de coeur pour les petites rues du quartier Icoanei (où j'ai mon bureau) avec ses belles maisons anciennes mais ma grande passion, c'est la Montagne, près de Sinaia et notamment Busteni où je me suis construit mon jardin secret où je me rends quasiment tous les week-end pour respirer l'air exceptionnel des Monts Bucegi.
 
 
Aviez-vous des a priori avant de venir vous y installer?
 
Oui, bien sûr, comme tout le monde qui ne connait pas la Roumanie. Mais après quelques semaines passées ici, on se rend compte que la réalité est bien différente des clichés. La Roumanie est un pays qui va vite, très vite et qui en même temps reste traditionnel sur certains aspects. J'aime ce pays où tout est finalement possible quand on est entrepreneur !
 
 
En tant qu’acteur économique, comment jugez-vous les perspectives économiques du pays?

Je suis un éternel optimiste et je crois que ce pays a de belles années devant lui et beaucoup d'atouts: une population jeune qui a soif d'apprendre, une géographie exceptionnelle, des marchés économiques qui ne demandent qu'à se développer, encore plein de progrès à réaliser dans ses infrastructures. Je pense sincèrement que la Roumanie comble progressivement son retard par rapport a l'Europe de l'Ouest et que, dans certains domaines comme l'IT par exemple, elle va 100 fois plus vite que le reste de l'Europe !

 
Pendant la pandémie, avez-vous remarqué une hausse de la demande en matériels de bricolage?
 
Oui absolument. La population roumaine est restée confinée pendant de longues semaines et, du coup, ce temps passé et contraint à la maison, leur a donné envie de tout changer dans leur habitat ! C'est une bonne nouvelle pour Leroy Merlin car nous avons réalisé une très belle année en 2020 mais, de façon générale, 95% des Roumains sont propriétaires, ils aiment leur maison et veulent l'améliorer en permanence. Pour le coup, je crois que le marché est encore loin d'avoir atteint une taille critique.
 
 
Quelles différences avez-vous constatées entre les méthodes de travail des Roumains et celles des Français?

Les Roumains sont de grands pragmatiques. Les anglo-saxons les nommeraient de grands "Doers" et c'est vrai qu'ils sont très vite tournés vers l'action et prennent moins de temps dans la réflexion. Nous avons parfois tendance, en tant que Français, à retourner un problème dans tous les sens et peser le pour et le contre en permanence. Les Roumains n'agissent pas ainsi et vont plus vite que nous pour trouver des solutions et, je dois l'avouer, avec une vraie agilité et une capacité d'adaptation et de résilience remarquables.

 

Comment se traduirait votre implication sur le plan social ?

Nous avons fait l'an dernier un hôpital de campagne pour des patients atteints du Covid dans l'un de nos magasins a Bucarest - projet mené de concert avec les équipes d'Auchan Roumanie, 70 entreprises françaises et roumaines et en lien avec le Ministère de la Santé. Nous prévoyons cette année de transformer cet hôpital en un centre social pour des personnes en très grande difficulté qui ont tout perdu. Ce projet, mené avec une ONG, verra le jour cet été et a pour objectif la réinsertion professionnelle pour ces personnes que la vie a laissé de côté. Je suis très heureux de lancer ce projet avec mes équipes car je considère qu'une entreprise n'est pas seulement une entité destinée à faire du profit, elle doit être aussi en proximité avec son territoire local.

 

Etes-vous optimiste pour un "après"?

Je suis toujours optimiste car la vie est courte et c'est tout de même plus agréable de penser positif quand on commence sa journée - je répète d'ailleurs inlassablement ce message à mes enfants ! Nous allons bientôt sortir de cette crise du Covid 19. C'est long, c'est compliqué mais de très beaux jours s'annoncent pour chacun d'entre nous. Le tout étant de garder espoir quelles que soient les circonstances. J'ai toujours plein de projets et d'envies pour le futur et j'entends bien les mener avec tout l'enthousiasme qui me caractérise.

grégory rateau

Grégory Rateau

Rédacteur en chef du site lepetitjournal.com/Bucarest, chroniqueur à Radio Roumanie Internationale et écrivain
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Petre21 jeu 08/04/2021 - 19:58

Euh!...: IT?

Répondre